ACTUALITé - CULTURE - CARNAVAL 2017

LAMENTIN - Karukéra Stars se distingue avec ses coiffes originales

franceantilles.fr 15.02.2017
Franck BRELAND

0RÉAGIR

Karukéra Stars se distingue avec ses coiffes originales
Tout le monde met la main à la pâte, l'implication de tous est nécessaire même si trois couturières s'occupent des costumes. (Photos : F.B.)

Le groupe de carnaval qui s'entraîne à Vincent prépare activement les jours gras avec l'ambition d'obtenir, pour la première fois, un prix lors de la parade de dimanche gras à Pointe-à-Pitre.

Les carnavaliers lamentinois ont fait fort le dimanche 5 février. Déjà couronné l'an dernier à Moule pour le prix de la coiffe, Karukéra Stars a remis ça et a même fait coup double en remportant le concours de la parade. Créé en 2010 et défilant pour la première fois l'année suivante, le groupe du Lamentin s'est rapidement fait une place et un nom dans le milieu du carnaval. Présidente de Karukéra Stars depuis sa création, Corinne Pourmassy est à l'origine de sa naissance. « L'idée d'un groupe sur le Lamentin vient d'un ami, confie t-elle. J'étais carnavalière depuis longtemps dans un autre groupe. Tous le temps, il nous disait, venez faire un groupe au Lamentin parce qu'il n'y en pas. Ça se passe en 2007. On lui a dit, on va voir, on va réfléchir. Quand je dis on, il s'agit de ma sœur, mon frère et moi. En 2009, c'est le déclic. On s'est dit, c'est un terrain neutre. Pourquoi pas. C'est comme cela qu'est né Karukéra Stars avec l'appui de cet ami qui était avec nous les trois premières années. Aujourd'hui, il n'est plus là. »
Se différencier de la Caraïbe
Six ans plus tard, le groupe carnavalesque a fait son chemin. « Dès nos débuts, nous avons annoncé la couleur en disant que nous arrivons petit à petit, plaide la présidente. Nous avions même une chanson disant que " Karukéra Stars sé on tsunami, piti a piti i ka vini ". Au bout de sept ans, les choses ont pris de l'ampleur, se mettent en forme et nous en sommes très fières. » La philosophie n'a pas changé depuis la création du groupe. « Dès le départ, nous avons voulu montrer que le carnaval de Guadeloupe peut être autre chose que ce que les gens peuvent penser qu'il est, explique Corinne. Nous voulons différencier notre carnaval de celui de la Caraïbe. Le carnaval de la Caraïbe est sur une couleur, sur une image qui est celle qu'elle est. Nous, nous voulons démontrer que celui de Guadeloupe se fait et peut se faire de façon différente. Dans la Caraïbe, les gens sont très, très dénudés, il faut le dire. C'est très coloré avec beaucoup de plumes. Nous n'avons rien contre les plumes mais nous montrons que nous pouvons faire autre chose que les plumes et être dénudé. » Pas de plumes donc mais un mixte de récupération, de végétaux et de tissus. « Dans le travail que nous fournissons, il y a toute sorte de matières premières », assure la présidente.
Corinne Pourmassy rêve d'être primé le Dimanche Gras à Pointe-à-Pitre. « Ce n'est jamais arrivé », regrette t-elle.
Très concentré sur son ouvrage, ce membre travaille sur une coiffe qui sera portée les jours gras.
La coiffe, la spécialité de Karukéra Stars
Le groupe de carnaval du Lamentin s'est construit une petite réputation dans la confection de coiffe. Karukéra Stars est régulièrement récompensé pour ses réalisations. Depuis le début de la saison, KS a été primé deux fois pour ses coiffes à Moule et à Sainte-Rose. « Nous attachons une importance particulière à cet accessoire et ça nous réussit. Souvent les spectateurs nous disent que nous avons de belles coiffes. Elles sont même mises en exergue dans des magazines. Les gens apprécient énormément le travail que nous fournissons sur les coiffes. Nous prenons goût à les faire et c'est devenu un atout comme ça. Maintenant, c'est un plus. Elles ne sont pas similaires aux autres et sont d'une taille importante. Il y a un travail conséquent qui est réalisé et qui fait la différence », se réjouit Corinne Pourmassy.

Des activités originales hors carnaval
En dehors du carnaval, KS essaie également de ne pas faire comme tout le monde. « Nous faisons ce que les autres ne font pas comme le bougéval qui consiste à un maintien physique du corps sur la musique du carnaval. Nous avons un groupe de danse avec des femmes adultes et nous faisons du chant a capella », souligne la présidente.
 


0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION