ACTUALITé - CULTURE

SAINTE-ROSE - Le polissoir de Dindé révélera ses secrets

France-Antilles Guadeloupe 12.09.2017
Claudia BELTON

0RÉAGIR

Le polissoir de Dindé révélera ses secrets
Le polissoir a été découvert en 2007 par un Sainte-Rosien. (Photo d'archives)

Les 34e Journées européennes du patrimoine se tiendront, vendredi, pour quatre écoles, sur la plage de Dindé, à la découverte du polissoir amérindien. Le lendemain, le tout public pourra aussi le découvrir.

Dans le cadre des 34e Journées européennes du patrimoine, les agents des services techniques nettoient le site archéologique, protégé et classé, de la plage de Dindé. Celui-ci accueillera, vendredi, les quatre classes de CM1 et CM2 de l'école de Duzer et de Bourg 1, de 8 h 30 à 11 heures. « Jeunesse et patrimoine » est le thème retenu par le ministère de la Culture, cette année. Jean-Marie Avril, responsable du service culturel de Sainte-Rose, orchestrera la journée réservée aux écoliers (1).
UNE VINGTAINE DE MONUMENTS
« Chaque commune met un pan de son patrimoine en valeur, indique M. Avril. À Sainte-Rose, nous avons choisi de valoriser le polissoir amérindien de Dindé, sur la plage des Amandiers. » Le polissoir a été découvert sur la plage en 2007 par Olivier Toesca, un Sainte-Rosien. Depuis, quatre autres ont été retrouvés dans la rivière de La Ramée. Ils ont d'ailleurs été inscrits au titre des monuments historiques (2).
À travers les Journées du patrimoine, le ministère veut sensibiliser le jeune public à son histoire et à son architecture. Il appelle cela « l'éducation au patrimoine » . La Ville sainte-rosienne multipliera toute l'année, pour les écoliers, des visites sur le thème du patrimoine. Ils visiteront par exemple les monuments d'Ali Tur, surnommé « l'architecte des colonies » .
Sainte-Rose a répertorié une vingtaine de bâtiments, d'espaces ou d'objets à forte valeur patrimoniale sur son territoire. Cela va de l'aqueduc de l'habitation de La Ramée à l'église Sainte-Rose de Lima, au bourg, ou encore le tombeau de Jude Le Boyer. Afin de valoriser cet inventaire, une démarche est entreprise auprès de Marie-Noëlle Martial, chargée du Conservatoire du patrimoine à la Direction des affaires culturelles. Son but : les inscrire comme monuments historiques et déposer une demande de subvention. « À terme, nous voudrions structurer cet inventaire patrimonial, le signaler par des panneaux sur la route et sortir une brochure » , souligne M. Avril.
Jean-Marie Avril, responsable du service culturel à Sainte-Rose, prépare avec son équipe les 34e Journées du patrimoine sur le site de Dindé.
(1) Samedi 16 septembre, journée réservée au tout public.
(2) Arrêté 2014-9079 de la Dac portant inscription au titre des monuments historiques.
Un moule de reproduction
Les Amérindiens se servaient du polissoir en roche volcanique pour affûter et aiguiser leurs armes, haches en pierre ou en coque de lambi.
Ne sachant pas que ce bloc d'andésite d'environ 1,5 mètre de long avait une quelconque valeur historique, des visiteurs s'en sont servis en 2010 comme barbecue. La chaleur a fait éclater l'objet, qui doit être restauré par un spécialiste avant d'être coulé dans un moule par sécurité, ce qui permettra de conserver une reproduction.
Cinq ans plus tard, la municipalité installe à l'attention du public des panneaux d'information.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION