ACTUALITé - CULTURE

Norian Cruz, photographe dominicaine en résidence

France-Antilles Guadeloupe 16.07.2017
Laurence BAPTISTE-SALOMON

0RÉAGIR

Norian Cruz, photographe dominicaine en résidence
Le travail que réalise en Guadeloupe, Norian Cruz, ar tiste photographe dominicaine, en résidence d'ar tiste au Mémorial ACTe, est à voir dans le cadre de l'exposition temporaire Darboussier au coeur des migrations. -(Photo : L.B.-S.)

La lauréate du Prix spécial MACTe attribué par le centre culturel Eduardo León Jimenes de Santo Domingo, Norian Cruz, expose dans le cadre de l'exposition temporaire Darboussier au coeur des migrations.

« L'objectif de ce travail est de montrer la réalité et de donner un aperçu de la diversité ethnique de la société guadeloupéenne » , dit Norian Cruz, feuille à la main, dans un français légèrement traînant et teinté de son accent espagnol. Elle fait référence aux photos qui sont en train de défiler sur un écran de la salle de l'exposition temporaire Darboussier au coeur des migrations, qui fait son retour au Mémorial ACTe jusqu'à début septembre. Dans le cadre du projet Séjour, elle travaille essentiellement dans le quartier pointois de Carénage, sous la tutelle du photographe guadeloupéen Charles Chulem-Rousseau. La jeune femme de 28 ans est la lauréate du Prix spécial MACTe décerné par le centre culturel Edouardo León Jimenes à Santo-Domingo, ce qui lui a permis d'obtenir une résidence d'artiste du 15 juin au15 juillet.
FAUTE ET SOLITUDE
« Ça nous intéressait d'avoir le regard de Norian Cruz parce que c'est une très bonne artiste. Faltoet Aislamiento sont des séries que j'ai trouvées absolument magnifiques, où elle construit des cadres qui disent vraiment des histoires dans une image fixe » , commente Jacques Martial, le président du Mémorial ACTe.
En effet, ce sont ces deux séries de 5 photographies - la première réalisée en 2014 et la seconde en 2015 - qui lui ont permis de remporter ce prix. « La série Falto (Faute) est un cri d'alerte pour attirer l'attention de tous ceux qui se sentent fortement attachés à des situations qui les dépassent eux-mêmes. Et Aislamiento (Solitude), par choix ou par le hasard de la vie » , explique le Mémorial. « La photographie est un art très complet, non seulement parce qu'elle permet de voir le réel dès le début mais elle permet aussi de jouer avec le surréalisme et d'ajouter plus d'éléments qui vont exagérer l'environnement et jouer avec l'esprit des personnes » , explique la jeune femme. Norian Cruz, diplômée des Beaux-Arts à l'Université de l'Utah, a déjà participé et remporté plusieurs concours de photographie aux États-Unis et en République dominicaine.
Jusqu'au dimanche 3 septembre, exposition Darboussier au coeur des migrations, Mémorial ACTe, Pointe-à-Pitre. Entrée : 5 euros (plein tarif), 3 euros (tarif réduit) ou 18 euros (billet jumelé expositions permanente et temporaire). Renseignements : 05 90 25 16 00.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION