ACTUALITé - CULTURE

Roger Raspail, musicien « La Guadeloupe est une salle de concert permanente »

France-Antilles Guadeloupe 19.03.2017
Propos recueillis par F.-X.G., à Paris

0RÉAGIR

Roger Raspail, musicien « La Guadeloupe est une salle de concert permanente »

Après des années passées à poser son doigté expert auprès des plus grands (Guy Konket, Eugène Mona, Chet Baker, Cesaria Evora, Kassav, etc.), le Guadeloupéen de Capesterre-Belle-Eau signe un premier disque sous son nom. Il y aborde la question de la créolité, en accostant sur les nombreux rivages qui l'ont accueilli, du calypso à la bossa, de la biguine à la cadence...

Où avez-vous appris la musique ?
J'ai grandi à Marquisat, derrière l'usine. Elle était mon terrain de jeu. Il y avait des camions diesel qui stationnaient pour charger du sucre ou du rhum et j'écoutais... Les moteurs faisaient des rythmes assez bizarres, ternaires, binaires, c'était de la musique. J'écoutais comme ça aussi le son des rivières. La Guadeloupe est une salle de concert permanente. On écoute partout des sons extraordinaires, des sons urbains aussi... J'ai grandi dans cette ambiance.
Quand avez-vous tenu un ka la première fois ?
Le ka, traditionnellement, on le prend vers 14 ou 15 ans. Mais comme à l'époque, pour écouter de la musique, on n'avait pas de transistor portable, il fallait la faire soi-même, on utilisait tout, les seaux en plastique, les casseroles... J'ai participé à des groupes de carnaval et j'ai beaucoup joué du ka dans les fêtes communales, les bals. Il n'y avait pas encore de léwòz organisés comme aujourd'hui, c'étaient des coups de tambour comme ça, surtout pendant les mouvements sociaux. C'est après mes 20 ans, quand j'ai quitté la Guadeloupe, qu'ils ont commencé à organiser ces réunions de tambours qu'on appelle les léwòz.
Comment êtes-vous devenu un professionnel ?
J'ai fait mon service militaire à La Jaille dans la fanfare et j'ai fait la connaissance de musiciens qui m'ont invité à les revoir quand je viendrais à Paris. Mon frère y était et je lui ai demandé de me payer mon billet. J'ai d'abord travaillé à La Poste et j'ai été viré. J'ai commencé à jouer dans les hôtels et j'ai rencontré d'autres musiciens. Je me suis vite aperçu qu'en faisant le ménage à 5 heures du matin, je gagnais beaucoup plus en une soirée qu'en deux semaines de travail! Je me suis mis au travail, apprendre, écouter, être disponible...
Le déclic ?
Un jour où je donnais des cours au centre culturel universitaire de Saint-Germain-des-Près, un trompettiste de Duke Ellington me demande de l'accompagner au Dreyer, un club de jazz à Châtelet. J'ai retrouvé Mal Waldron, le pianiste de Billie Holliday, c'est comme ça que c'est parti. J'ai aussi croisé la route de Malavoi et des Vikings et je m'en suis inspiré. Ce sont des grands frères et ce sont eux qui ont commencé à porter cette flamme de la musique caribéenne et je suis fier d'apporter ma pierre à cet édifice.
Dalva, c'est quoi ?
Quand j'achète un disque, j'attends qu'il m'amène de ports en aéroports, de pays en îles et j'ai réalisé Dalva en fonction de mes voyages et de mes rencontres. Je propose au public qui m'a écouté en diverses formules l'idée qu'ils se sont faite de moi en live. Tous les amis qui m'accompagnent sur cet album et sur les concerts à venir sont tous des gens avec qui j'ai travaillé.
Le 24 mars en show case à La Fnac de Montparnasse. Le 31 mars en première partie des Vikings de la Guadeloupe, au New Morning, à Paris.
Les musiciens sur les 12 titres
Roger Raspail, Alfred Rosanne et Cyrille Domont (percussions), Sylvain Padra, Dao Adelaïde et Nicole Wagner Di Reinhardt (voix), Yvon Guillard (trompette), Remi Sciuto (saxophone), Pierre Chabrelle (trombone), Patrick Marie-Magde- laine (guitare), Anissa Altmayer (violoncelle), Maryll Abbas (accordéon), Florian Pellissier (claviers), Mike Clinton (basse), Reda Samba (batterie), Franck Curier (arrangements) et les guests : Anthony Joseph (voix), Alain Jean-Marie (piano) et Patrice Caratini (contrebasse).
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION