ACTUALITé - ÉCONOMIE

Film caribéen : convaincre de nouveaux diffuseurs

France-Antilles Guadeloupe 10.10.2018
FXG

0RÉAGIR

Film caribéen : convaincre de nouveaux diffuseurs
Fély Sédécias et Christophe Agelan

Alors que France Ô, sommée de devenir une chaîne numérique, va bientôt disparaître des antennes, le marché du film caribéen doit repenser le système de coproduction, pour faire exister, sur d'autres diffuseurs, le regard des Outre-mer dans le paysage audiovisuel.

Depuis que la Région a signé une convention avec le Centre national du cinéma et de l'image animée, le Femi (Festival régional et international du cinéma de Guadeloupe) s'est doublé localement d'un marché international du film caribéen (MIFC). « La production de documentaires et de fictions aux Antilles, et dans les Caraïbes, connaît un renouveau et cela nécessite un lieu de rencontre, raconte Fély Sédécias, promotrice du Femi. On a d'abord travaillé sur la réalité du marché. On s'est rendu compte que nos formats ne convenaient pas aux chaînes, mais surtout que nous n'avions pas assez de films à proposer pour être attractifs. » C'est ainsi que le MIFC s'est réorienté sur un « marché de projets » avec des ateliers professionnels, des conférences débats. Depuis 5 ans, le MIFC est délocalisé en région parisienne. Cette année, ça se passe à Arcueil (94), à l'espace Jean-Vilar. Vendredi et samedi prochains, deux journées seront consacrées à ces pistes de réflexion. Un grand nombre de professionnels y participeront, parmi lesquels, le sociologue Didier Mauro, Samuel Chauvin de Promenade film, Mike Horn de Art2voir, Sébastien Onomo, de Spécial touch studio ou Lorène Gaudet de Riddim production.
BESOIN DE SUIVI ET D'ACCOMPAGNEMENT
« Nous allons débattre, explique le réalisateur et producteur martiniquais Christophe Agelan, qui sera le modérateur de ces journées, de la manière dont les télévisions peuvent s'inscrire dans la coproductions des films des Outre-mer au moment où France Ô va disparaître des antennes.
Existe-t-il des fonds de coproduction régionaux ? Quels sont les freins et opportunités pour les productions des Outre-mer ? » « Concrètement, explique Fély Sédécias, il s'agit de comprendre comment trouver une coproduction pour un film caribéen et comment diffuser nos productions en France et en Europe ? » Un autre gros travail a déjà été effectué pour accompagner les porteurs de projet et notamment pour améliorer les scenarios. « Deux experts sont venus l'an dernier et ont examiné les projets de long et de court-métrage. Ils ont assuré un suivi et un accompagnement, c'est de cela dont on a le plus besoin. »
Depuis 24 ans que le FEMI existe, Fély Sédécias a la sensation que le festival et son marché des professionnels remplit sa mission : « Nous avons créé des envies de production et des productions sont sorties de nos ateliers-débats... L'option cinéma au lycée est devenue un BTS à Pointe-Noire... »
Plus largement sur la cinquantaine de boîtes de production recensées aux Antilles et en Guyane, une trentaine s'intéressent sérieusement à la fiction et au documentaire. Quant au catalogue du MIFC, il comporte déjà une centaine de titres. Et si, pour l'heure, nos cinéastes de long métrage ne sont encore qu'une poignée (Palcy, Jean-Baptiste, Lara, Barny), des créateurs comme Camille Mauduech et Gilles Elie-dit-Cosaque seraient bel et bien en phase de préparation pour tourner chacun leur premier long métrage.
FXG, à Paris
La semaine du film de la Caraïbe à Paris
Le marché des professionnels offre un début de réponse à la problématique de la diffusion des oeuvres parce qu'il propose en plus, depuis maintenant deux ans une semaine du film de la Caraïbe et des Outre-mer au cinéma parisien des 7 Parnassiens. Cette année, cet événement aura lieu du 8 au 14 octobre. L'occasion de voir ou revoir des fictions et documentaires salués lors les différentes éditions du Femi comme : Esclave et Courtisane de Christian Lara, Kafou, de l'Haïtien Bruno Mourral, Petites Antilles coeur battant, de Julie Mauduy et Thierry Trésor, Chalvet, la conquête de la dignité, de Camille Mauduech, Un air de Césaire de Gilles Elie-dit-Cosaque. La soirée de mardi sera consacrée aux courts-métrages dont le lauréat du Femi 2018, L'histoire des lions, de la Guyanaise Marie-Sandrine Bacoul, Arthur Rambo, du Réunionnais Guillaume Levil, Goyave, des Martiniquais Neneb et Christophe Agelan et encore Miroir du Guadeloupéen Dimitri Zandronis...
La marraine de la semaine est Babette de Rozière, et le fondateur du prix littéraire Fetkann, José Pentoscrope, exposera ses oeuvres picturales dans le hall du cinéma.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION