ACTUALITé - ÉCONOMIE

Free et le roaming illimité : 5 clés pour comprendre

France-Antilles Guadeloupe 20.03.2017

0RÉAGIR

Free et le roaming illimité : 5 clés pour comprendre

Dans un communiqué, l'opérateur Free Mobile annonce une offre roaming pour les appels, SMS, MMS et un Internet de 5 Go toute l'année en illimité, dans 35 pays, dont les départements d'Outre-mer. Sommes-nous réellement impactés, ici aux Antilles ? Décryptage.

1. ROAMING INTERNET ILLIMITÉ DANS 35 PAYS.
Les utilisateurs du fameux forfait à 19,99 euros de l'opérateur (15,99 euros s'ils ont la Freebox) peuvent désormais utiliser, en illimité et tout au long de l'année, du roaming internet intégré à leur forfait dans 35 pays d'Europe mais aussi dans les départements d'Outremer, aux États-Unis, au Canada, en Israël, Australie, Afrique du Sud et Nouvelle-Zélande.
Auparavant, la connexion était limitée à 35 jours par an. Par ailleurs, la quantité de data proposée par mois passe de 3 Go à 5 Go. Un plus pour les touristes ou les Guadeloupéens de l'Hexagone lors de leurs vacances « au pays » .
2. APPELS/SMS ET MMS ILLIMITÉS DANS 35 PAYS
L'offre comprend aussi les appels, SMS et MMS illimités vers les mêmes destinations. Dans la réalité, aux Antilles, les frais de roaming appels et SMS entre l'Hexagone et les Dom sont supprimés depuis le 1er mai dernier, suite à la loi du 14 octobre 2015, dite d'actualisation du droit des Outre-mer. Pour les pays d'Europe, Free ne fait qu'anticiper la réglementation européenne. Les autres opérateurs devraient suivre le pas prochainement. Ainsi, dès le 15 juin, la législation supprime les frais de roaming au sein de l'Union européenne permettant appels, SMS et MMS illimités dans cette zone, dans les limites « d'une utilisation raisonnable » .
Free propose, en revanche, les appels, SMS et MMS au tarif local et en illimité depuis les États-Unis, le Canada, Israël, l'Australie, l'Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande.
3. COMMENT EN PROFITER ?
« Cette offre est simple d'utilisation et ne nécessite l'installation d'aucune application. Elle s'applique automatiquement aux anciens comme aux nouveaux abonnés au Forfait Free » , indique Free, dans son communiqué.
4. J'HABITE EN GUADELOUPE : JE PEUX M'ABONNER ?
La tentation est grande, compte tenu des prix des forfaits aux Antilles. Malheureusement, comme le précise l'opérateur dans ses mentions légales, cette offre n'est valable qu'« en France métropolitaine selon la couverture du réseau et avec un mobile compatible » . Impossible donc de prétendre à un forfait avec une adresse guadeloupéenne.
Qu'à cela ne tienne direz-vous, il suffit d'« emprunter » celle d'un ami, vivant dans l'Hexagone et de profiter, ensuite, sous les tropiques de cette offre à bas prix. Ce serait évidemment\ trop simple et l'opérateur, comme d'autres avant lui, a bien pris soin de se prémunir d'un détournement de son offre. Si Free précise que son abonnement est particulièrement intéressant pour des « frontaliers » , le roaming internet, appels, SMS, MMS est illimité « sous réserve d'une utilisation raisonnable des services » . En clair, « une consommation ou une présence en itinérance internationale majoritaire par rapport à une consommation ou une présence nationale pendant une période d'observation de 4 mois » constitue un cas « d'utilisation abusive ou anormale des services » . Dans ce cas, « Free Mobile se réserve la possibilité de facturer les communications au tarif en vigueur » .
Mieux vaut éviter donc, sous peine d'avoir une facture très salée.
5. ET LA 4G AUX ANTILLES ?
Aux Antilles, l'opérateur qui soutient « mettre un terme aux discriminations tarifaires qui existent aujourd'hui entre les Outre-mer et la Métropole » fait fantasmer dès l'évocation de son nom.
Souvenez-vous : le 22 novembre, il a obtenu l'une des trois meilleures fréquences aux Antilles, pour l'attribution de la 4G. Il s'est placé devant Digicel, pourtant implanté localement contrairement à son concurrent. Cinq mois plus tard, c'est toujours le silence radio du groupe Iliad sur sa stratégie de développement et sur une éventuelle date d'arrivée.
Le rachat d'un opérateur semble aujourd'hui écarté. La création d'un réseau propre paraît trop complexe et trop coûteuse. Dès lors, Free pourrait lier des accords de roaming avec les opérateurs sur place, comme elle l'a fait SFR à La Réunion ou Orange dans l'Hexagone. Mais, à ce jour, c'est toujours le plus grand flou...
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION