ACTUALITé - ÉCONOMIE

La liste Engagement et action veut « moderniser la Chambre de métiers »

France-Antilles Guadeloupe 12.01.2018
M.A.

1RÉAGIR

La liste Engagement et action veut « moderniser la Chambre de métiers »
Engagement et action au coeur des métiers a « élaboré un plan quinquennal pour redynamiser l'ensemble du tissu artisanal » (Roberto Birhus)

Candidate aux élections à la Chambre de métiers, la liste « Engagement et action au coeur des métiers » , portée par l'Agence pour le développement de l'artisanat des îles de Guadeloupe, met en avant un programme ambitieux.

Tête de la liste « Engagement et action au coeur des métiers » , Patrick Chouan a présenté hier le programme qu'il compte mettre en oeuvre s'il emporte les élections à la Chambre de métiers. Soutenu par l'Agence pour le développement de l'artisanat des îles de Guadeloupe - Adieg, dont il est le premier vice-président - M. Chouan affirme « l'ambition » de son groupe de « moderniser la chambre de métiers » . Une modernisation de l'outil qui passe par « un développement de son attractivité, son emplacement géographique (!) et la qualité des services offerts » .
À ce niveau, M. Chouan entend notamment développer la dématérialisation des services offerts, via une mise en ligne, d'une part des documents nécessaires à la constitution des dossiers pour l'accès aux marchés publics, d'autre part d'une plateforme d'assistance administrative et technique. Le corollaire, c'est qu'il faudra « développer les actions de modernisation des entreprises, singulièrement en matière digitale » . Les aléas climatiques de 2017 « ont démontré la fragilité de notre économie. » Patrick Chouan entend donc « mettre en place une commission chargée d'élaborer un plan d'urgence pour les entreprises touchées, et d'imaginer la constitution d'un fonds de solidarité » . Ce fonds local interviendrait dans un premier temps, en attendant que la solidarité des instances nationales prenne le relais. L'argent et l'accès au crédit restent le nerf de la guerre. M. Chouan entend négocier avec la Région et les établissements de crédit pour « faciliter l'accès au financement de l'ensemble des entreprises, via la mise en place d'un dispositif relais. Dès qu'un projet est viable, l'entreprise qui le porte doit pouvoir être accompagnée, et ce quelle que soit sa situation financière. » Pas sûr que les banques l'entendent ainsi...
Enfin, Patrick Chouan invite les artisans à sortir de leur réserve. « Il faut anticiper pour ne pas avoir à subir. » Ainsi, sur la suppression du Régime social des indépendants (RSI), il estime que « les artisans ne sont pas suffisamment agressifs. Nous devons intervenir et faire connaître notre position, notamment sur le taux qui doit être adapté à notre environnement économique » .
L'apprentissage doit devenir un choix
La liste « Engagement » veut rendre l'apprentissage attractif. « L'apprentissage doit devenir un véritable choix, et il doit conduire à des formations diplômantes. »
À cet effet, Patrick Chouan préconise des réunions d'information dans les collèges, mais aussi une modernisation de la structure existante. « Le lieu où l'apprentissage est dispensé doit lui aussi être attractif, tout comme les formations qui y sont dispensées et les services qui y sont proposés. » Actuellement, le centre de formation des apprentis compte 650 élèves, contre 1 200 il y a quelques années.
À plus long terme, M. Chouan veut, via l'Université régionale des métiers de l'artisanat, « réconcilier la formation professionnelle et la formation académique » .
1
VOS COMMENTAIRES
  • lenaif1 - 17.01.2018
    chambre des magouilles
    pourquoi tant de haine de magouilles dans un pays qui connaît autant de problème de formation d'emploi
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION