ACTUALITé - ÉCONOMIE

La tech ultramarine met un pied à Station F

France-Antilles Guadeloupe 13.07.2017
Céline GUIRAL

0RÉAGIR

La tech ultramarine met un pied à Station F
Les locaux de Station F sont situés dans le 13e arrondissement de Paris. (Patrick TOURNEBOEUF)

Le réseau Outremer network (OMN) vient d'installer son hub d'accélération à Station F, le plus grand campus mondial de start-up fondé par Xavier Niel, à Paris. Tout un symbole pour l'innovation ultramarine.

Elles seront bientôt 1000. Et l'Outre-mer en est. Mille start-up qui, à terme, prendront place à Station F, le plus vaste campus de jeunes pousses au monde, fondé par le PDG de Free, l'iconoclaste Xavier Niel. Au coeur de cette ruche innovante, les pépites ultramarines sont déjà en bonne place. C'est le très joli coup réalisé par le réseau Outremer network (OMN) qui soutient et accompagne depuis 2009 ces entreprises de la tech.
Le 29 juin, la « team OMN » était de la partie lors de l'inauguration de Station F par le président Macron, dans le 13e arrondissement de Paris, à quelques encablures de la Seine. Avec beaucoup, beaucoup de monde au balcon dans cet ancien hall de gare revisité, et une vraie fierté pour les co-fondateurs d'OMN, Daniel Hierso et Jocelyn Golitin. Ces messieurs s'y sont ainsi offert une « mezzanine » , espace partagé avec Zendesk, dans ce bâtiment ultramoderne aux lignes épurées et baignées de lumière.
Sur la genèse du projet, « nous étions à la recherche depuis un bon moment d'un incubateur parisien où installer les start-up que nous accompagnons » , explique Daniel Hierso, le président d'OMN. À la faveur de rencontres providentielles, le contact s'établit d'abord avec Anne-Michelle Basteri, alors à la tête de Kima ventures, le fonds co-fondé par Xavier Niel en 2010, puis avec Roxanne Varza, directrice de Station F. Daniel Hierso trouve auprès de cette dernière une oreille attentive. « On lui a fait part de notre intérêt pour intégrer Station F, et elle a dit oui tout de suite » , note ce dernier. Les contrats sont établis et OMN obtient d'être le seul réseau ultramarin sur le campus. Une implantation qui vient traduire, dans les faits, le comportement proactif de l'équipe d'OMN, qui sait se positionner et activer les bons leviers.
« IL RESTE DES PLACES »
Station F est un bâtiment ultramoderne aux lignes épurées et baignées de lumière. (Patrick TOURNEBOEUF)
Mais comme à son habitude, Daniel Hierso préfère raison garder. Il sait d'où viennent ces avancées. Depuis ses débuts, le réseau n'a pas vu la couleur de la moindre subvention. Son président a mis, sur ce coup-là, la main à la poche pour financer en fonds propres, et personnels, l'installation d'OMN à Station F. « Parce qu'il fallait y être » , argue-t-il.
Le hub d'accélération d'OMN compte 20 postes, dont certains sont déjà dédiés à une dizaine de jeunes pousses que le réseau suit et accompagne depuis quelques années. Parmi elles : Shop'îles, Kadalys ou encore Bemersive. « Nous avons lancé un appel à candidatures il y a quatre mois, mais il est vrai qu'il est passé relativement inaperçu, souligne Daniel Hierso. Il reste donc quelques places, sachant que cinq ou six postes sont réservés à l'accueil d'entrepreneurs de la tech ultramarine lorsqu'ils sont de passage dans la capitale. »
Il est aisé de saisir l'incroyable écosystème dans lequel l'accélérateur d'OMN se trouve désormais immergé. Depuis quelques années, le programme accompagne des pépites innovantes d'Outre-mer en s'adjoignant des partenaires prestigieux à l'instar d'HEC, de BpiFrance ou encore de KPMG. Le volet formation baptisé « Jeudis de la stratégie » permet quant à lui, depuis 2013, à de jeunes entrepreneurs de profiter de sessions de haut vol avec d'anciens patrons du CAC 40. Station F sonne donc comme une nouvelle étape pour le réseau et les start-up accompagnées. Synergies, passerelles, compétences partagées, adossement à de grands groupes, visibilité : le hub floqué aux couleurs de l'Outre-mer promet de tourner à plein.
Jusqu'en septembre, « nous serons résidents à temps plein » , estime Daniel Hierso. Le temps pour le réseau de prendre ses marques dans cette aventure collective et participative. « Nous devons assurer deux ateliers par mois au profit de la communauté de start-up présentes à Station F. » Échange de bons procédés dont pourront largement jouir les start-up accompagnées par OMN au sein du campus. Sans se priver d'intégrer en parallèle certains des 30 programmes d'accompagnement proposés sur place, dont ceux de Station F : « founders » ou « fighters program » . Ce dernier, gratuit, ciblant des entrepreneurs « qui ne sont pas partis avec les mêmes chances » . Illustration de la volonté de Xavier Niel, qui a investi quelque 250 millions d'euros dans le projet, de voir éclore l'entrepreneuriat dans toute sa diversité. Une nuance de talents au coeur de laquelle l'Outre-mer devrait briller.
Céline GUIRAL@ClineGuiral
« Un outil au service de la communauté »
Si l'accélérateur réunionnais Nexa et la Délégation interministérielle pilotée par Jean-Marc Mormeck se sont associés rapidement au projet d'implantation à Station F lancé par OMN, « l'aventure reste ouverte à toutes les bonnes volontés » , assure Daniel Hierso. « Il s'agit bien d'un outil au service de toute la communauté mais aussi des territoires. L'ambition pourrait être de passer de 20 à 40 postes d'accueil. »
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION