ACTUALITé - ÉCONOMIE

POINTE-À-PITRE - Les abus des maraîchers devant le bâtiment Barre 45

France-Antilles Guadeloupe 18.04.2017
Harry MAPOLIN

6RÉAGIR

Les abus des maraîchers devant le bâtiment Barre 45
Des restes de fruits et légumes jonchaient encore le sol, hier en fin d'après-midi. (H.M)

Après le marché de samedi, les marchands ont laissé l'espace de prolongement du marché à Man Réau - devant le bâtiment Barre 45, non loin de l'entrée du cimetière, par la rue Hincelin - dans un état déplorable. Les habitants choqués pensent alerter le maire dès ce mardi.

Des sacs remplis de feuilles de madère ont été déposés dans une cage d'escalier. (H.M)
Désemparés, choqués, ce sont les termes employés par les habitants du bâtiment Barre 45 - immeuble construit il y a une cinquantaine d'années et qui a été récemment repeint en façade pour être en phase avec la rénovation urbaine de Pointe-à-Pitre. Le parking situé au pied de cet immeuble est devenu, depuis quelques mois, le prolongement du marché à Man Réau. Le samedi matin, toute cette zone est occupée par des vendeurs de fruits et légumes. Au début, tout semblait bien fonctionner. Mais depuis quelque temps, les résidents de cet immeuble, qui sont de surcroît propriétaires et pour la plupart des personnes âgées, se plaignent des nuisances et d'une insalubrité grandissante.
« DE PLUS EN PLUS SALE »
« Au début, des agents municipaux nettoyaient le parking après le marché. Mais depuis un moment, le nettoyage est négligé. » Telle est la version commune recueillie auprès de la majorité des résidents.
Le point culminant a été ce samedi, premier marché de Pâques depuis la réouverture de la place à Man Réau. Sur place, on pouvait encore voir jusqu'à hier des restes d'aubergines, de tomates, de piments et des oranges au sol.
Dans une cage d'escalier, quatre sacs poubelle en plastique contenant des feuilles de madère en décomposition, originairement destinées à faire le calalou, étaient encore stockés.
Une femme d'une trentaine d'années, qui a hérité de l'appartement de sa grand-mère, a pris les choses en main à la demande des habitants trop âgés pour mener le combat. La trentenaire nous emmène d'un appartement à l'autre et c'est toujours les mêmes propos. « C'est de plus en plus sale, alors qu'au début, tout avait bien commencé. » Certains parlent de nuisances sonores provoquées par les marchands qui s'installent dès 2 heures du matin. Une résidente dénonce l'odeur de pétrole que dégage le grilleur de poulets qui allume son fourneau dès 3 heures. Puis l'odeur de grillade qui monte.
ILS ONT DIT
Marcelle Obrun : « On a tout accepté mais là c'est trop! »
(H.M)
J'habite ici depuis que j'ai 8 ans. Je n'ai jamais vu autant de malpropreté. Un maraîcher a laissé un tas de produits invendus et périmés sur place. C'est inadmissible, d'autant plus que la Ville a mis des poubelles en place à disposition des vendeurs. Au départ, c'était bien nettoyé, mais aujourd'hui, la situation se dégrade. On a tout accepté mais là c'est trop. Maintenant, c'est la débandade. Il faut que le maire alerte les maraîchers. »
Marceline Factum : « La négligence s'est installée »
(H.M)
« C'est de plus en plus sale après le marché. Je suis dégoûtée. Le samedi, depuis 2 heures du matin, on est réveillé par le bruit des marchands. Au début, il y avait un nettoyage systématique, mais au bout d'un mois, la négligence s'est installée. Les rats ont commencé à faire leur apparition. On demande un nettoyage après chaque marché et aussi que l'on mette des toilettes pour ces marchands, et surtout qu'ils les utilisent au lieu des cages d'escalier. »
Jacky Léogane, adjoint au maire : « La municipalité se penchera sur ce problème »
(H.M)
« Après chaque marché, nous avons un service de nettoyage qui lave l'espace à grande eau. J'ignore ce qui s'est passé ce week-end. Si la place a été laissée dans un tel état, je suis le premier révolté. Une place comme celle-ci, qui vient d'être inaugurée, ne peut souffrir de saleté. Il y a certainement eu un raté et je vous assure que la municipalité se penchera sur ce problème, le plus rapidement possible. Nous demanderons aux maraîchers de respecter l'engagement d'assurer la propreté des lieux. »
Excréments et urine dans les cages d'escalier
« Trop c'est trop » , disent les habitants de la cité Barre 45 qui reconnaissent que tout le monde doit gagner sa vie. Mais en même temps, ils disent avoir déjà fait des concessions. « On ne nous a pas demandé notre avis. On nous a imposé ce marché. Et en plus, il nous est interdit de garer nos véhicules dans le parking. »
Mais encore plus grave, ils se plaignent de trouver des excréments humains et de l'urine dans les cages d'escalier au rez-de-chaussée. On parle déjà de prolifération des rats.
6
VOS COMMENTAIRES
  • lenaif1 - 19.04.2017
    PLACIER = TAXE
    que je sache les marchands ET marchandes paient une taxe pour la place occupée , la réglementation interdit aux vendeurs de mettre au niveau du sol les marchandises destinées à la consommation , ds cette municipalité les conseillers préfèrent payer un intermédiaire ,ou quimboiseur pour régler les problèmes
  • morouvif - 18.04.2017
    Il suffirait peut-être d'1 ou 2 vigiles pendant toute la durée du marché, et...
    je dis ça,je ne dis rien...
  • rose - 18.04.2017
    La posture des marchandes (mal assises, mal habillées) . Ce n'est pas parce qu’on est marchande qu'on doit paraître en mauvais état . et la présentation des produits est aussi à déplorer . Les marchés ressemblent à ceux du tiers monde , c'est à faire fuir un client . Les hommes sont plus présentables que les femmes marchandes .
  • malanga - 18.04.2017
    L'élu déclare "J'ignore ce qui s'est passé ce week-end". Je peux lui expliquer: A chaque pâques et pentecôte, mais aussi tout long week-end en Guadeloupe.
    Les salariés chargés de nettoyer les lieux public, vont faire la fête. Et ils savent que personne ne viendra contrôler, car les personnes en question font aussi la fête.
    A la marina de pointe à pitre, c'est la même chose chaque année.
  • lenaif1 - 18.04.2017
    HYPOCRISIE
    dans tous les medias on entend qu'il faut développer la production locale , manger local , je constate que la gpe n'a pas de marché regional pour les producteurs mais un joli vélodrome qui est utilisé 1 fois par an l'entretien coute combien un marché en centre ville oui mais avec un perimètre et des WC et autres fonctionnalité c'est le résultat de 50 ans d'idéologie communiste alors habitants ne vous plaignez pas c'est vous les électeurs
  • mécréant - 18.04.2017
    La municipalité doit prendre ses responsabilités et rapidement,les excréments sont-ils le fait uniquement des maraîchers ?
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION