ACTUALITé - ÉCONOMIE

Les cannes litigieuses seront bien payées

France-Antilles Guadeloupe 11.08.2017
L.B.-S.

5RÉAGIR

Les cannes litigieuses seront bien payées
Sur les 680 107 tonnes de cannes récoltées, 10 000 étaient concernées. (Photo archives : DCL)

À l'issue du conseil d'administration de l'Iguacanne, une délibération a été prise pour autoriser le paiement des cannes que Gardel avait refusé au motif qu'elles étaient non saines, loyales et marchandes.

Le comité de défense des intérêts des planteurs du Nord Basse-Terre pousse un ouf de soulagement. « Nous sommes satisfaits » , annonce Véronique Charabie, membre du comité.
Mardi, à l'issue du conseil d'administration de l'Iguacanne - l'interprofession qui réunit planteurs et usiniers -, une délibération a été prise donnant accord pour que « les cannes non saines, loyales et marchandes soient payées selon les mêmes modalités que les années précédentes » .
Document qui va dans le même sens qu'un communiqué de la préfecture publié le 28 juillet au soir, après un comité de liaison de l'inter-profession, assurant que les cannes litigieuses allaient être payées.
Quatre jours plus tôt, les planteurs du Nord Basse-Terre s'étaient mobilisés bloquant le pont de La Boucan à Sainte-Rose, réclamant leur dû, arguant que l'usine n'avait pas rejeté leurs cannes et les avait broyées.
« L'accord interprofessionnel prévoyait que les cannes dont la pureté était inférieure à 70 et la richesse en sucre supérieure ou égale à 2, étaient payées ; tandis que celles dont la pureté était inférieure à 70 mais la richesse en sucre inférieure à 2, ne l'étaient pas » , explique Franck Buffon, directeur de la Sicagra (1) et administrateur de l'Iguacanne, présent au CA de mardi.
« Mais jusqu'à présent, Gardel les avaient toujours toutes payées » , complète-t-il. Sur les 680107 tonnes de canne récoltées cette année, un peu plus de 10000 tonnes étaient concernées.
Parmi les autres points abordés au cours du conseil : le versement de l'aide nationale AGP (Aide à la garantie du prix). Si en début de campagne, en raison de prévisions à la hausse (774000 tonnes), on estimait que l'enveloppe ne permettrait de couvrir que 82% de la production, au final, avec ce qui a été récolté à l'échelle des quatre bassins, tous pourront être payés en intégralité.
Il faut savoir que c'est de cette aide que le planteur tire le plus gros de ses revenus, avec le prix industriel et les revenus bagasse que lui verse l'usinier courant septembre.
D'ici la fin de l'année, des discussions cruciales doivent se tenir dans la profession avec la fin des quotas sucriers au niveau de l'Union européenne. Des nouvelles dispositions pour l'enveloppe AGP et un nouvel accord interprofessionnel seront négociés.
(1) Société d'intérêt collectif agricole pour le Centre et le Sud de la Grande-Terre.
Les 600 000 euros de Marie-Galante
Cette année, l'enveloppe AGP étant utilisée quasi dans sa totalité pour le paiement des planteurs, il n'y aura pas de reliquat permettant de verser à la Sica de Marie-Galante 600 000 euros pour les planteurs car ils n'ont pas de revenus bagasse. Le conseil d'administration de l'Iguacanne a donc demandé à l'État de verser cette aide à la Sicama en respect d'une convention datant du 20 février 2017.
5
VOS COMMENTAIRES
  • iMandarinGriot - 12.08.2017
    La Justice vs Morale et Indignation ? Absolument !
    Hou là là ! Trois commentaires indignées, basées sur la morale, l'émotionnelle. Je rappelle que l'indignation est un sentiment puéril, reflet d'un esprit enfantin, se manifestant par des anathèmes, des insultes ou pire. Je rappelle aussi que dans les temps d'antan, les potaches immanquablement, planchaient, sur le sujet suivant : La justice et la morale sont toujours séparées.
    Je rappelle aussi que Madame Elisabeth Badinter a, à mon humble avis, fait le tour de la question. Tapez son nom !
    Je vais laisser ces grandes envolées et utiliser l'argument que j'ai employé chez moi sur ce sujet. Nous étions une bonne dizaine et une fois de plus j'étais seul car tous les autres étaient contre le paiement. Je martelais : Gardel va payer. Ce n'est pas moral mais la justice va passer.
    J'ai expliqué le marchand de poissons passe, je prends 2 kg de coulirous, je les mets dans la cuisine puis je lui dis qu'ils ne sont ni loyaux, ni sains, ni marchands, trivialement que ses poissons ne sont pas consommables, comestibles, qu'ils sont gâtés et qu'en conséquence, je ne paie pas.
    Un m'a dit qu'ils sont dans ma cuisine, donc je dois payer, un autre m'a dit que puisque je les avais pris, je devais payer.
    Moralement je ne dois pas payer des coulirous gâtés, l'indignation m'étreint à l'idée que je doive les payer, mais hélas, je les ai pris et la justice m'oblige à payer ce que je dois. C'est aussi simple que cela !
  • lenaif1 - 12.08.2017

    Commentaire supprimé par la rédaction

  • lenaif1 - 12.08.2017
    MAJOR PAILLE
    du coté de ste rose on voit des remorques qui transportent plus de paille et boue que de cannes où est l'esprit de "major canne" comme partout il y a des fainéants et des malpropres on baigne dans les eaux pas très claires du" négationnisme économique" bon vent messieurs
  • Martin B - 11.08.2017
    Et les herbes de mon jardin ?
    Quand je passe ma tondeuse, j'obtiens des herbes qui, je vous l'assure, ressemblent vraiment à de la très belle canne à sucre.
    Puis-je exiger que l'on me les paie au titre des subventions européennes pour la survie des cultures qui ne servent à rien mais sont payées très chères ?
  • siam - 11.08.2017
    C'est la vérité: certains planteurs portent des cannes très riches en paille, boue et autres saletés et demandent au gars chargés de la mesure de la richesse saccharine de modifier (vers le haut) le résultat plutôt faible de leur soit-disant canne...Malheureusement avec vos belles herbes je doute que vous puissiez bénéficier de la même complicité...
  • Martin B - 11.08.2017
    Elles seront payées à quel titre ? Produits pour poubelles ?
    On se moque de qui en fait ?
    Devant autant d'inepties économiques et d'incompétences laxistes, on ne peut que conseiller aux "planteurs" de cannes qui se moquent littéralement du monde, de présenter la prochaine fois des patates à la place de cannes.
    Elles leur seront payées car ici, la seule règle n'est pas de réfléchir et d'être économiquement viable mais de prétendre être dans la tradition.
    Il suffit donc de raconter des salades, de mentir, tricher et de passer à la caisse des subventions.
    Avouons que parfois beaucoup d'entre nous regrettent de n'être pas des "acteurs agricoles" si essentiels de la Guadeloupe, heureusement pour elle encore Française et Européenne.
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION