ACTUALITé - ÉCONOMIE

Les petites entreprises aussi ont droit à la commande publique

France-Antilles Guadeloupe 06.10.2018
M.A.

2RÉAGIR

Les petites entreprises aussi ont droit à la commande publique
Thierry Romanos, président du centre de gestion agréé. (Roberto Birhus)

La Riviera du Levant a organisé, jeudi et vendredi, le premier Forum de la microentreprise. Objectif : guider ces entrepreneurs afin qu'ils exploitent au mieux leur potentiel.

Salle comble, jeudi matin, lors de l'ouverture du premier Forum de la micro-entreprise et de la commande publique. Cette affluence démontre que cette initiative de la Riviera du Levant - épaulée notamment par la Région et la Chambre de commerce (CCI IG) - correspond à un besoin d'autant plus prégnant aujourd'hui que, depuis 3 ans, l'environnement des petites entreprises ne cesse d'évoluer. Entre simplification des démarches, réforme de la commande publique, dématérialisation des marchés, les entrepreneurs, et particulièrement les dirigeants de très petites entreprises, ont souvent du mal à se repérer.
C'est d'autant plus dommage que ces très petites entreprises sont incontournables en Guadeloupe. Elles représentent 95% du tissu économique. « Ce sont donc elles qui ont le potentiel de générer de la croissance et de créer de l'emploi, remarque Thierry Romanos, président du Centre de gestion agréé. D'ailleurs, la grande majorité des créations d'entreprises sont des micro-entreprises. »
LA RÉVOLUTION NUMÉRIQUE
Mais pour exploiter au mieux ce potentiel, il faut être au fait des règles, des évolutions, et croire en son étoile. Les règles ont largement évolué au cours des dernières années, avec notamment la réforme de la commande publique. « L'obligation d'allotissement des marchés permet aux petites entreprises de soumissionner lot par lot, rappelle M. Romanos. Il ne faut pas penser que vous, dirigeants de TPE, en êtes exclus d'office. Il faut répondre, comme le font beaucoup d'artisans dans le BTP, au besoin en vous constituant en groupements. » Et pour répondre, il faut absolument réussir sa transition numérique. « Aujourd'hui, la dématérialisation des marchés est obligatoire à partir de 25 000 euros. Les TPE doivent absolument s'adapter à cette évolution et réussir leur révolution numérique. » Comment ? C'est, entre autre, ce à quoi ce forum entend répondre.
L'ouverture du Forum de la micro-entreprise a fait salle comble. (Roberto Birhus)
2
VOS COMMENTAIRES
  • iMandarinGriot - 09.10.2018
    Cocher, scanner, envoyer, télécharger ? Absolument !
    Rarement, j’en conviens, je trouve motif d’être content, aussi quand j’en trouve un, je le dis mais à ma manière. Je donne un très bon point : cette salle comble ne contenant que des artisans, je l’espère et non de curieux et autres politiciens venus pour être vus !
    Ensuite le menu proposé me paraît conforme à ce que mes artisans se doivent de posséder au moins quelques notions. J’en viens à ce qui m'intéresse : dématérialisation des marchés et cette impérieuse nécessité : réussir sa transition numérique. Et pour une raison simple : si on veut participer à une offre, dès qu’elle dépasse 25 000€, l’usage du numérique est obligatoire. Aucune autre option n’existe d’où l’adaptation à cette évolution absolument obligatoire !
    J’ai vu un reportage sur le Moule qui initiait les personnes âgées à l’utilisation d’un ordinateur. J’ai fait un commentaire élogieux mais une semaine plus tard, un retraité me dit qu’il est allé : que son nom a été pris pour un rendez-vous dans 3 à 4 mois. Si les initiations promises aux artisans sont de la même veine, je doute fort que plus de 5 à 10% de mes artisans deviennent des familiers du clavier et de la souris, outils aussi importants, sinon plus, dans l’exercice de leur travail.
    J’applaudis cette démarche mais connaissant mon département, je crains fort que dans quelques mois, des artisans ne forment un énième collectif pour exiger les formations promises de ma nière si médiatique, tellement médiatique.



  • réflexion - 06.10.2018
    apprentissage
    Comment développer l'apprentissage et permettre à nos jeunes de s'insérer quand 95 % du tissu économique est occupé par des mini-entreprises ? Tout le monde ne peut pas créer sa petite entreprise.
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION