ACTUALITé - ÉCONOMIE

Niveau de vie : un boum appréciable

France-Antilles Guadeloupe 16.05.2017
S.B

0RÉAGIR

Niveau de vie : un boum appréciable
Entre 2001 et 2011, le niveau de vie des ménages guadeloupéens a augmenté de 45 %. Mais le fossé entre les plus aisés et les plus pauvres se creuse aussi.

En dix ans, le niveau de vie a augmenté de 45 % en Guadeloupe. Une bonne nouvelle qui concerne surtout les couples avec au moins un enfant.

En termes de statistiques, les nouvelles sont rarement encourageantes pour la Guadeloupe. Et pourtant, en épluchant le dernier dossier de l'Insee (1) sur la famille en Guadeloupe, on y trouve quelques données positives. C'est le cas, par exemple, du niveau de vie des ménages guadeloupéens.

Selon l'étude, il s'améliore. Entre 2001 et 2011, il a augmenté bien plus en Guadeloupe (+ 45%, soit ?+ 4600 euros) qu'en Martinique (29%) ou qu'en Guyane (40%). En 2011, le niveau de vie moyen des personnes vivant en ménage en Guadeloupe s'élève à 14800 euros annuels, soit 1230 euros par mois. Ce sont les personnes vivant en couple qui présentent le niveau de vie moyen le plus élevé, respectivement 18700 euros pour les couples sans enfant et 17 370 euros avec enfant(s). L'évolution du niveau de vie est toutefois différente et fortement inégalitaire selon le type de ménage. Elle a été très dynamique pour les couples avec au moins un enfant. Ceux-ci l'ont vu augmenter de 81% entre 2001 et 2011, soit 36 points de plus que la moyenne régionale.
Les individus des couples sans enfant, des ménages complexes et les personnes seules connaissent l'évolution la moins forte (moins de 30%) et ont les niveaux de vie les plus faibles.
PAUVRETÉ EN LÉGÈRE BAISSE
À noter également, le fossé important entre les plus aisés et les plus pauvres.
En Guadeloupe, les mieux lotis, avec un niveau de vie équivalent à 32190 euros, gagnent sept fois plus que les moins aisés dont le niveau de vie moyen ne dépasse pas les 4500 euros à l'année.
Un écart qui peut notamment s'expliquer par la part de fonctionnaires bénéficiant des 40 % de vie chère.
Chez nous, le seuil de pauvreté local s'élève, en 2011, à 7170 euros annuels, soit environ 600 euros par mois. La pauvreté concerne 81300 personnes en Guadeloupe, soit un taux de risque de pauvreté local de 20,1 %.
Ce taux est proche de celui de la Martinique (20,6 %), bien inférieur à celui de la Guyane côtière (30,2 %) et plus élevé de 6 points que celui de la France hexagonale.
Cette pauvreté a toutefois baissé (-0,7 point) entre 2001 et 2011. Les personnes seules et les seniors de 65 ans et plus sont les plus touchés. À supposer une absence de versements d'aides légales effectuées par la CAF (caisse d'allocations familiales), le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté augmenterait de 47800 en Guadeloupe et le taux de risque de pauvreté local passerait à 31,9%.
(1) Insee : institut national de la statistique et des études économiques.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION