ACTUALITé - ÉCONOMIE

Patrick Sellin : « Pour une agriculture exempte de pesticides »

France-Antilles Guadeloupe 09.10.2017
Propos recueillis par Estelle VIRASSAMY

0RÉAGIR

Patrick Sellin : « Pour une agriculture exempte de pesticides »
(Roberto BIRHUS)

Patrick Sellin, président de la Chambre d'agriculture depuis 2013, a été reconduit à son poste avec 30 voix sur 35 votants. Il livre les grandes lignes de son plan d'actions pour les mois à venir.

Vous êtes conforté au poste de président avec 30 voix sur 35 votants. Ce résultat est pourtant contesté par certains. Qu'avez-vous à dire à ce sujet ?
Le résultat est sans appel. On me conforte au poste de président. Lors des précédentes élections, j'avais une majorité relative. Aujourd'hui, j'ai une majorité écrasante. Je crois que les démissions en série, intervenues il y a quelques mois, et qui ont provoqué ces élections partielles, ont eu un effet positif. Cela m'a permis de nettoyer ma liste. Aujourd'hui, j'ai des gens que j'estime plus convenables pour continuer le travail à la Chambre d'agriculture.
Quelle est la situation de la Chambre actuellement ?
La Chambre d'agriculture, c'est 7 millions d'euros de budget et 67 personnels. Lorsque j'ai été élu en 2013, la Chambre était sous tutelle, avec un déficit important. Il y avait deux audits qui en disaient long, avec 28 points de recommandations. J'ai mené un combat dès mon arrivée pour qu'elle retrouve son équilibre. Au bout de deux ans, la Chambre est sortie sous tutelle puisque j'ai produit des excédents budgétaires, malgré l'argent public qui se fait rare.
Quelles sont les principales orientations ?
Nous militons pour une meilleure reconnaissance des GIEE (Groupements d'intérêts économiques et environnementaux) et pour une agriculture plus propre, exempte de pesticides. Aujourd'hui, nous avons même quelques agriculteurs qui font du lombricompostage. La Chambre, dans sa dynamique, est revenue à son coeur de métier, c'est-à-dire que nous sommes dans la prospective. Nous collaborons avec les instituts de recherches dans la recherche appliquée, notamment à travers les programmes Rita (Réseau d'innovation et de transfert agricole). On part des besoins des agriculteurs pour orienter les recherches. Il y a notamment le projet de remplacement du paillage plastique par du paillage papier biodégradable. Les essais sont en cours.
Les problèmes sanitaires au niveau de l'élevage sont aussi l'une de vos priorités...
C'est un gros dossier qui a été mis en stand-by à cause des démissions et des élections partielles. Avec le préfet de l'époque, Jacques Billant, et son secrétaire général, nous étions sur un engagement pour que cette compétence passe à la Chambre d'agriculture. Le troupeau guadeloupéen est en grande difficulté. Pour nous, c'est un dossier prioritaire.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION