ACTUALITé - ÉCONOMIE

Retour des agrumes pays : encore un peu de patience

France-Antilles Guadeloupe 09.08.2017
S.B.

3RÉAGIR

Retour des agrumes pays : encore un peu de patience
En 2012, la production d'agrumes pays a fortement diminué suite à la contamination de 95% de la production locale par le citrus greening. (Photo d'archives)

Cinq ans après les ravages du citrus greening sur la production d'agrumes, des plants sains sont proposés par des pépiniéristes agréés. Les producteurs se montrent, quant à eux, très frileux.

Retrouverons-nous bientôt sur nos étals, oranges, mandarines et citrons pays ? Peut-être bien, mais il faudra encore patienter, certainement plusieurs années. Pour rappel, depuis 2012, la production d'agrumes pays a fortement diminué. Les vergers ont rapidement dépéri suite à la contamination de 95% de la production locale par le citrus greening, une maladie bactérienne particulièrement virulente (voir ci-contre). La production s'étendait alors sur 350 hectares, essentiellement dans le Sud Basse-Terre, répartis sur 200 professionnels. Les citrons verts ont un peu mieux résisté, ce qui explique qu'une vingtaine de producteurs parviennent encore à écouler leur production sur les marchés.
L'espoir a refait surface il y a neuf mois avec la production de plants sains (25 euros par plant) par trois pépiniéristes agréés (deux autres sont en cours de mise aux normes). Un dispositif piloté depuis trois ans par l'IT2, l'Institut technique tropical (IT2), le Cirad (1) et la chambre d'agriculture, qui ont encadré les pépiniéristes afin de leur fournir des greffons. C'est l'association de producteurs de fruits, Assofwi, qui a en charge le redémarrage de la filière. Problème : à ce jour, l'offre dépasse largement la demande car les producteurs, qui pour la plupart se sont diversifiés, ne se bousculent pas au portillon.
« LES RISQUES SONT ENCORE GRANDS »
« Personnellement, j'ai fait le choix de repousser d'une année, explique Frédéric Bourson, président de l'Assofwi et producteur de mandarines. Les conditions environnementales ne me le permettent pas. Les producteurs sont majoritairement frileux. D'abord parce que le coût de mise en place et d'entretien avant production est à la fois long (cinq ans) et coûteux. Les compensations financières promises par l'Europe se font attendre. Nous attendons le feu vert des financements par la région. Et puis les risques sont encore grands. Le citrus greening est encore partout. Les producteurs doivent miser sur un itinéraire technique particulier pour pourvoir espérer produire 6 ou 7 ans. »
Face au manque d'enthousiasme des producteurs, les pépiniéristes tentent d'écouler leur stock de plants sains depuis 4 à 5 mois dans les jardineries à destination des particuliers. « Il est prévu une concertation avec pépiniéristes et revendeurs, poursuit Frédéric Bourson. Il est important que les conditions drastiques dans lesquelles les plants sains sont confinés en pépinière soient maintenues en jardinerie. Sans quoi la contamination sera inévitable. On insiste également pour que tous les particuliers qui veulent planter ces jeunes plants sains dans leur jardin éliminent, en amont, tous leurs agrumes, à 95% malades. »
(Cirad) : centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement.
Le citrus greening, une maladie bactérienne
(E.V.)
Le citrus greening ou Huanglongbing (HLB) est une grave maladie bactérienne des agrumes. Elle est transmise aux fruits par un insecte, le psylle asiatique. La maladie est reconnaissable au niveau des feuilles qui présentent des taches jaunes asymétriques (contrairement aux carences qui provoquent des taches symétriques de part et d'autre de la nervure). Les fruits, le plus souvent de petite taille, sont asymétriques, décolorés, amers et contiennent des graines avortées. Ils demeurent cependant comestibles.
Un traitement bio préconisé
L'Association Assofwi préconise un traitement bio à l'huile ou au savon noir pour protéger les futures productions d'agrumes. Les traitements chimiques majeurs tuent tous les insectes, or la préservation de la faune utile est primordiale pour lutter contre le citrus greening.
3
VOS COMMENTAIRES
  • tigri - 10.08.2017
    de qui se moque t on ???
    Des plants sains pas bon marché à 25€ pas résistant à la maladie pas enrayée
    J'achète je plante et je perds tout de nouveau pffffff !!
    la meilleurs solution je n'achète pas ses plants puisque je perdrai mon argent
    Prennent-il les gens pour des gogo ?
  • tigri - 10.08.2017
    lire: la meilleure...ces plants ...prennent-ils...gogos
  • iMandarinGriot - 10.08.2017
    Vive la Nouvelle-Zélande et les autres !
    Cet article sur les agrumes pays m'a fait comprendre que plus jamais je devais m'appuyer sur la Nouvelle-Zélande qui garnit les rayons de mes hypers avec ses oranges, poires, pommes, fraises sans oublier les kiwis .
    Attendez avant de vous indignez, lisez puis vérifiez tout ce qui suit !
    Seuls les NPI produisent des fruits (ex Chili), les pays développés qui le font, Australie et Nouvelle-Zélande le font et dominent les marchés. Vérifiez ce qui suit : les agriculteurs de ces deux ont obtenu l'abandon des normes à respecter contre l'absence d'aides en cas de catastrophes. Conséquence : une productivité sans égale et au large du Queensland, la Grande barrière de corail se meurt à cause des pesticides et autres employés pour la canne dans cet Etat !
    Je n'ai pas fini. J'ajoute ceci : les horticulteurs de Floride et de Californie sont repoussés de plus en plus au profits des golfs, de zones résidentielles , de centres d'attraction qui sont beaucoup plus rentables. Et les Etats qui sont à côté ne veulent pas des horticulteurs car ils ont besoin de trop d'eau. En Californie? Le Gouverneur, les maires des grandes villes donnent la priorité pour l'eau aux terrains de golf, les zones résidentielles et les cliniques privées (sic)
    Et hier soir, un de mes invités m'a dit d'un ton léger : En comptant 25€/plant, 350 plants/ha, cela demande 8 750€ avec un résultat plus qu'incertain dans 6 à 7 ans. Même un inconscient ne fera pas ce pari.
    Tout est dit, je vous dis !




1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION