ACTUALITé - ÉDUCATION

Blanquer veut "redonner du sens" au baccalauréat

AFP 13.11.2017

6RÉAGIR

Blanquer veut "redonner du sens" au baccalauréat

Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer attends à Jouy-en-Josas (France) le 30 août 2017

-ERIC PIERMONT (AFP)

Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer annonce le démarrage des consultations qui doivent déboucher sur une réforme du baccalauréat, pour "redonner du sens" à cet examen, dans un entretien au Parisien publié lundi.

La consultation de "tous les acteurs de la communauté éducative" doit s'achever en février. "On se donne du temps", souligne le ministre.

Le baccalauréat "doit reprendre plus de sens", explique Jean-Michel Blanquer qui estime qu'il faut "en finir avec le bachotage".

"Notre fil directeur est surtout d'aboutir à quatre matières pour les épreuves finales du bac", avance le ministre qui reconnaît que "la disparition des filières L, S et ES est une option, mais parmi bien d'autres".

"Le bac doit à la fois certifier une qualité atteinte à la fin de l’enseignement secondaire, mais aussi aider à réussir par la suite", assure-t-il. "Qu’il soit un tremplin vers le supérieur pour les élèves."

Pour l'enseignement supérieur, le conseil des ministres doit examiner d'ici la fin du mois le projet de loi sur les nouvelles modalités d'entrée à l'université qui doit supprimer le tirage au sort dans les filières les plus demandées à l'université et réduire l'échec en première année.

Concernant le temps périscolaire, le ministre annonce la création d'"un plan mercredi." "A mes yeux, l’important est plutôt de faire en sorte que les enfants fassent quelque chose d’intelligent et d’utile sur le temps périscolaire. C’est pourquoi je prépare un plan mercredi?, en lien avec les ministres de la Culture et des Sports, Françoise Nyssen et Laura Flessel."

"L’objectif est de venir en appui des collectivités pour que tous les mercredis de France soient riches en activités culturelles et sportives de qualité", précise-t-il.

Jean-Michel Blanquer indique également être "en train de préparer la création d’unités laïcité qui seront effectives avant la fin de l’année".

"Il s’agit d’équipes spécialisées qui interviendront dans les établissements. Il y aura une dimension juridique, pédagogique, pratique et psychologique. Les professeurs ont parfois besoin d’un conseil, d’une expertise devant certaines situations. Il est primordial que la réponse apportée puisse être la même dans tous les établissements" explique le ministre pour qui "à chaque fois qu’il y a atteinte à la laïcité dans une école, un collège ou un lycée, le professeur concerné ne doit plus se retrouver seul".

Enfin, Jean-Michel Blanquer veut que "l'autorité soit rétablie dans le système scolaire" et a "demandé à tous les chefs d’établissement d’organiser des conseils de discipline chaque fois que c’est nécessaire, car ce n’était pas systématiquement fait."

6
VOS COMMENTAIRES
  • G-Gui-ple - 17.11.2017
    Réussite scolaire et profession des parents.
    Dans une étude de l'INSEE, les enfants des professeurs de l'éducation nationale avaient un taux de réussite au bac au-dessus des taux des autres professions comparables. Si on demande l'avis des professeurs, ils préconiseront ce qu'ils savent faire, pas ce qui est le mieux pour la nation.
  • vin9cent - 14.11.2017
    La France est un beau pays, mais peuplé d'ignares. Un lifting serait bienvenu...Et un sérieux régime.
  • moranus - 15.11.2017
    le meilleur des mondes
    La nature est un temples où de vivants piliers laissent parfois sortir des paroles incompréhensibles.
    On a voulu créer des bêtas plus et des bêtas moins on récolte des bêtas.
    Je suis sideré en regardant sur internet la réparation d'un feu radiant d'une plaque de cuisson au programme du bac pro, je me dis qu'ils connaissent beaucoup de choses. En fait ils ne connaissent que le mode d'emploi et rien de plus. C'est comme les fameux bac S qui ne connaissent en tout et pour tout qu'appliquer des formules ésotériques et qui sont incapables de résoudre un probléme de la vraie vie de bout en bout sans consulter Google. Par contre ils nous créent beaucoup de problémes, j'ai vu des médecins incapables de lire une radio et faisant opérer à tort des patients sains.
    Une réforme du bac est une urgence de santé publique, le ministre de la santé ferait bien de faire aussi son boulot car des grands fours créent des petits fours. La coniculture doit être défiitivement abolie au même titre que l'esclavage car on assiste à une prolifération de tonneaux vides faisant plus de bruits que des tonneaux pleins. Il faut aussi réformer les profs car ils ont été nourris au même biberon que nos futurs bacheliers comme des frères siamois. Vaste programme d'éliminer la bêtise humaine!
    Car la mémoire de nos futurs scientifiques a disparu, elle est depuis longtemps dans le cloud.
  • kunta kinte - 14.11.2017
    Les parchemins en papier toilette.
    Le Bac c'est devenu comme la légion d'honneur...Il est temps d'arrêter la distribution de caramels.
  • moranus - 13.11.2017
    Bacs à fleurs, bacs à blablas
    On va considérer le bac comme admis et on passe à l'étape suivante : l'inscription donne l'admission.
  • lucide971 - 13.11.2017
    Bravo ! Oui, redonnons de l'autorité à nos professeurs, enfin un discours de fermeté qui va permettre de virer tous ces voyous qui polluent les établissements et qui empêchent de travailler tous ceux qui veulent le faire. Sortons de ce discours socialiste du "tout le monde il est beau tout le monde il est gentil", de la langue de bois des recteurs pour qui tout va bien et qui demandent aux chefs d'établissement de ne surtout pas faire de vagues ! Bravo encore nous éradiquerons une grande partie de la violence en nous attaquant directement à elle, pas en faisant des sorties à la plage, du hip hop ou des flash mob. Et je ne m'etends pas sur les marches derrière banderole !
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION