ACTUALITé - ÉDUCATION

BASSE-TERRE - Des étudiants trinidadiens en visite

France-Antilles Guadeloupe 20.04.2017
Yvor J. LAPINARD

3RÉAGIR

Des étudiants trinidadiens en visite
Devant la mairie, le maire adjoint Frantz Darlis et les animatrices du patrimoine a réservé un accueil chaleureux aux étudiants. (Y.J.L.)

Depuis lundi, 40 étudiants de Trinité-et-Tobago découvrent la Guadeloupe à travers un programme de tourisme scolaire. Mercredi, à Basse-Terre, ils ont été accueillis très chaleureusement.

Après avoir visité la Grande-Terre, et notamment la Pointe des Châteaux, la ville du Moule, la Grande Vigie à Anse-Bertrand, les Marches des esclaves à Petit-Canal, etc., mais aussi le Nord Basse-Terre, avec notamment le parc de Blachon à Lamentin, c'est dans le Sud Basse-Terre qu'un groupe de 40 étudiants trinidadiens ont poursuivi leur immersion scolaire.
Mercredi matin, c'est d'abord à Sainte-Marie, dans la commune de Capesterre-Belle-Eau, que les jeunes et leur parents et enseignants accompagnateurs ont été accueillis. Là, ils ont pu découvrir le lieu du débarquement de Christophe Colomb, avant que le temple hindou de Changy ne leur soit présenté. Puis, à la plantation Grand-Café, les jeunes ont visité une bananeraie, avant de retrouver le chef-lieu en début d'après-midi.
VISITE GUIDÉE
Devant la mairie, le maire adjoint Frantz Darlis les a accueillis à bras ouverts, afin de leur dire tout le bien qu'il pensait de Basse-Terre. Il leur a ensuite présenté les animatrices du patrimoine, Frédérique Radjouki et Suzy Crane, qui les ont accompagnés en ville, le temps d'une balade, afin de mieux apprécier le patrimoine architectural et militaire de la cité, entre autres.
UN VOYAGE CULTUREL ET PÉDAGOGIQUE
Cette visite émane de l'Association des étudiants trinidadiens, qui veut ainsi permettre à ces étudiants de découvrir d'autres jeunes de leur âge, de découvrir d'autres cultures et surtout de pratiquer les langues étrangères. C'est ce qu'on appelle du tourisme scolaire, autrement dit une sortie en groupe organisée par les enseignants, des formateurs ou encore des associations pour une durée variable. Ce déplacement en terre guadeloupéenne est donc culturel et pédagogique.
Pour les étudiants trinidadiens, « la Caraïbe insulaire est riche de ses différences. Mais c'est une zone géographique où se côtoient des peuples qui vivent repliés sur eux-mêmes, en parallèle, séparés par des bras de mer, mais aussi par la barrière de la langue. »
Le programme, intitulé Reperio (lire ci-dessous), s'attaque a un défi : ouvrir des portes entre les îles de la Caraïbe qui, pendant des années, n'étaient tournées que vers leurs anciennes métropoles.
Après Basse-Terre, mercredi, le groupe se rendait ce jeudi en terre marie-galantaise.
Quid de Reperio ?
Reperio est un programme en direction des étudiants de la Caraïbe afin de faire sauter les barrières linguistiques entre les différentes îles de la région. La langue ne doit plus être un frein, un handicap au voyage. Au contraire, l'idée de Reperio est de transformer ces différences de culture en avantages pour tous les pays de la Caraïbe. En se fixant ces objectifs, Reperio met l'accent sur la mise en place de relations entre établissements scolaires des Caraïbes à travers les régions, les ministères respectifs de l'Éducation, les associations et les entreprises. Sa mission : créer une Caraïbe plus unifiée en dépassant les barrières linguistiques pour tous les jeunes Caribéens.
ILS ONT DIT
Crystal Bastien, professeur de français et d'espagnol à Trinidad : « Nos jeunes sont vraiment ravis d'être ici »
« J'ai déjà participé à un échange culturel au sein d'une famille guadeloupéenne, au Moule. Comme professeur de français à Trinidad, j'avais envie d'offrir cette même opportunité à mes étudiants. C'est une façon de découvrir la culture guadeloupéenne, à travers les sites, la cuisine, etc. Mais c'est aussi une occasion de pratiquer le français et pour les étudiants de parler la langue en dehors de la classe. Notre lycée, composé essentiellement de filles, est très prestigieux à Trinidad. Pour y accéder, il faut avoir de bonnes notes à l'école primaire. Nos jeunes sont vraiment ravis d'être ici. »
Joël Raboteur, universitaire, correspondant de Reperio en Guadeloupe : « Faire tomber la barrière de la langue »
« L'idée vient d'une de mes anciennes étudiantes, une Trinidadienne, que j'ai eu en licence professionnelle d'hôtellerie-tourisme, qui est repartie chez elle. Forte de cette expérience en Guadeloupe, elle a cru bon de monter un tour opérator qui commercialise le tourisme scolaire. Elle s'est rendue compte qu'il y avait une barrière de la langue qu'elle a voulu faire tomber. Elle met en place des échanges linguistiques entre les pays anglophones et francophones. D'autant plus que le français a une très bonne presse à Trinidad. Parler le français est très valorisant pour les Trinidadiens. »
3
VOS COMMENTAIRES
  • rose - 20.04.2017
    Les Trinidadiens ont de la classe , ils sont venus découvrir ce petit coin de France avec son cachet particulier . Un accueil chaleureux doit les attendre , la propreté, de la joie de vivre , la gastronomie. De la musique traditionnelle bien d'ici et non du steel band auquel ils sont habitués jour et nuit . Mettre en avant notre biguine, notre savoir faire en accordéon . Certains pensent que nous ne sommes pas accordéon alors que c'est l'instrument utilisés dans les bals de nos grands-mères . Un groupe d'accordéonistes serait mieux appréciés qu'un groupe de steel band
  • rose - 20.04.2017
    oui pour des touristes Trinidadiens . Mais non aux réfugiés de la Caraibe car la Gpe est trop petite et pas de travail .
  • zepekenio - 21.04.2017
    Erreur sur.. la lune
    Faites attention, quand vous êtes malade vous allez voir le médecin et non le garagiste.
    Chacun son travail et celui dont vous réclamer l'exécution est celui du politique.
    Peut-être notre classe politique est-elle trop vieille? Leur centre d'intérêt ne serait peut-être plus en lien avec votre réalité. Vaste sujet....
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION