ACTUALITé - ÉDUCATION

POINTE-À-PITRE - Journée de grève hier au lycée Carnot

France-Antilles Guadeloupe 05.12.2017
Laurence BAPTISTE-SALOMON

6RÉAGIR

Journée de grève hier au lycée Carnot
La centaine de membres de la communauté scolaire du lycée Carnot, à Pointe-à-Pitre, a manifesté sa colère après plusieurs incidents violents au sein de l'établissement. (Dominique CHOMEREAU-LAMOTTE)

L'ensemble de la communauté scolaire du lycée Carnot était en grève, lundi, pour dénoncer un climat de violence et de mauvaises conditions de travail. Une réunion a permis des avancées. Les cours reprennent ce mardi.

« Sans les combats et les pétards, l'atmosphère au lycée est bonne » , raconte un élève du lycée Carnot à Pointe-à-Pitre, qui ne semble pas réaliser le paradoxe de son propos. Hier, l'ensemble de la communauté scolaire a observé une journée de grève pour dénoncer notamment un climat de violence au sein de l'établissement. « Oui au climat serein » , pouvait-on ainsi lire placarder sur les grilles. « Des élèves ont lancé des pétards fabriqués avec de l'acide, cela a fait des explosions. Il y a aussi eu de gros combats » , répond ce même lycéen quand on lui demande les raisons de la colère des professeurs. « L'élément déclencheur, c'était il y a 15 jours avec une énième bagarre. Cela partait dans tous les sens même les adultes ne parvenaient pas à calmer les choses. Un agent de sécurité est même en arrêt de travail depuis » , précise Natacha Chalat, déléguée élue du personnel.
VIOLENCE NON MAÎTRISÉE
« Cette violence, nous n'arrivons plus à la maîtriser. Nous n'arrivons pas faire cours. On passe son temps à calmer les élèves pour maintenir un certain ordre pour enseigner » , poursuit-elle. Sur la liste des doléances, il y a aussi « un mauvais état général de nos installations : matériel informatique obsolète, salle de sciences inexistante... » D'où ce besoin de marquer une pause, le temps d'une journée. « Notre mouvement n'est pas destiné à stigmatiser qui que ce soit mais à se faire entendre » , insiste Natacha Chalat. Dans la matinée, une réunion s'est tenue au lycée avec la proviseure à la vie scolaire du rectorat Lydia Lacemon, le responsable de la sécurité du rectorat, des représentants du personnel de la sécurité de la ville, de la police municipale... « Nos doléances ont bien été prises en compte » . (lire par ailleurs) « On comprend qu'ils fassent grève avec les élèves qui font n'importe quoi mais ça n'arrange rien » , confie un autre lycéen. « Car, en fait, quand ils (les lycéens qui posent problème, NDLR) voient que l'école s'arrête, ils vont continuer » , analyse-t-il.
Des avancées
- Matériel :
« Le rectorat va faire en sorte que nous puissions travailler avec du matériel informatique adéquat dans les jours qui viennent » , selon Natacha Chalat, déléguée élue du personnel.
 
- Violence et sécurité :
Une réunion sur le climat scolaire se tiendra sur deux jours avant la sortie des vacances de Noël.
Un stage sera organisé pour les délégués de classe, les élèves élus et des membres de la vie scolaire. Le responsable sécurité du rectorat fera des interventions dans les classes dites difficiles de l'établissement.
6
VOS COMMENTAIRES
  • Ikapé - 07.12.2017
    Afin de répondre à le naïf1, le maire a en effet un arsenal de mesures, émettre un décret anti mendicité, arrêter la chasse aux voix à travers sa politique de logements sociaux (75%) record de France, vérité triste à admettre, mais les occupants ne sont pas assujettis à l'IR, chasser ces vendeurs d alcool à la sauvette( en pleine rue frebault) instaurer d avantage de sécurité et surtout faire nettoyer sa ville..je puis continuer jusqu’à...l infini
  • lenaif1 - 05.12.2017
    BANGOUVILLE
    dernier vestige de cette ville capitale le lycée n'est plus ce qu'il était trop forte concentration de cas sociaux dans cette ville et pourtant les gouvernants persistent 7000 TOURISTES POUR VOIR QUOI DES IMMEUBLES ABANDONNES LE maire a un arsenal de mesures de tout ordre pour faire réagir les propriétaires
  • rose - 05.12.2017
    Un lycée qui était si bien réputé. Que font les autorités? Même s'instruire est un risque .
  • lucide971 - 06.12.2017
    Vous voulez savoir ce que font les autorités ? Rien puisque tout va bien en guadeloupe. Quant à la proviseure .......
  • morouvif - 05.12.2017
    à l'orange
    "Un stage sera organisé pour les délégués de classe, les élèves élus et des membres de la vie scolaire"..
    Je reste curieux de connaitre le contenu du stage,les personnes concernées constituant,on le sait, les toutes premières cibles de ces enrag.. de ces personnes qui délinquent ..
  • lucide971 - 05.12.2017
    Je vais vous dire moi ce qu'il y a derrière ces mots : rien, le vide, le baratin de la proviseure vie scolaire, la volonté du recteur de refermer le couvercle de la cocotte minute, pas de vagues, tout va bien, laissez moi finir ma mission en guadeloupe. La violence ? Quelle violence ? Vous avez vu comment nos collégiens font bien leurs devoirs ! Nous allons avoir un de ces jours un drame dans un des établissements de l'académie et ce jour - là on fera semblant de ne pas comprendre et on sortira les banderoles pour aller défiler.
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION