ACTUALITé - ÉDUCATION

POINTE-À-PITRE - Le Centre des métiers d'art s'ouvre aux futurs étudiants

France-Antilles Guadeloupe 16.03.2017
Franck BRELAND

0RÉAGIR

Le Centre des métiers d'art s'ouvre aux futurs étudiants
Cette année, une bonne partie de la promotion se prépare aux métiers du graphisme et de la mode. (F.B.)

Le centre de formation aux pratiques artisanales et artistiques ouvre ses portes et met en avant sa classe préparatoire Art et design. Prochains rendez-vous pour les postulants et leur famille, ces vendredi et samedi, à Bergevin.

Comme chaque année, à la même époque, Martine Céraphe-Ardens affiche un large sourire, qui peut facilement se transformer en rire. La directrice du Centre des métiers d'art (CMA) est satisfaite car elle est à la tête d'une structure de formations qui se distingue par ses deux pôles. L'activité historique avec les ateliers, et depuis quelques années, la classe préparatoire, qui est mise en avant pendant deux week-ends de portes ouvertes. La première journée s'est déroulée vendredi dernier et sera suivie de deux autres, ces vendredi et samedi.
L'occasion de permettre aux futurs étudiants de découvrir la classe préparatoire. Plus qu'une journée portes ouvertes, c'est plutôt une classe ouverte qui permet aux visiteurs de voir les étudiants en train de travailler sur leur projet personnel. Ils devront le présenter prochainement lors des concours qu'ils vont passer d'ici avril dans l'Hexagone.
« Nous sommes dans la dernière ligne droite car une bonne partie d'entre eux va partir, explique Lilia Dubois, professeur d'art appliqué. Ils finalisent leur book, leur projet personnel. Nous avons trouvé intéressant de profiter de cette période pour ouvrir la classe aux personnes qui ont besoin d'information sur la formation et d'avoir une visibilité sur la réalité de cette formation, les objectifs pédagogiques, voire les modalités d'inscription. »
« LE NIVEAU AUGMENTE CHAQUE ANNÉE »
Lors de la première journée, la vingtaine d'étudiants en classe préparatoire, ainsi que l'équipe pédagogique, se sont prêtées au jeu et se sont montrées particulièrement disponibles pour les quelques postulants qui s'étaient déplacés. Placés en situation dans le cours de bureau de création, ils ont pu joindre l'utile à l'agréable. Chaque étudiant a pu, en même temps, avancer sur son travail et partager sa passion pour la discipline qu'il a choisie.
Cette année, une bonne partie de la promotion se prépare pour les métiers du graphisme et de la mode. Les autres se dirigent vers des carrières dans l'architecture, le design de l'espace ou le design de produits. La directrice du CMA est confiante pour la « cuvée » 2017. « Ils sont prêts à partir et à obtenir de bons résultats comme chaque année, avance Martine Céraphe-Ardens. En architecture, par exemple, le professeur qui est architecte DPLG (1), disait récemment qu'il y a deux ou trois qui ont le niveau de 3e année. C'est dire que le niveau augmente chaque année. »
Tél. 05 90 82 13 60.
Site web : www.cma-pap.fr.
Cette élève de la classe préparatoire apprend à immortaliser ses maquettes avec le professeur de photographie Daniel Dabriou. (F.B.)
Cette étudiante est concentrée sur son travail personnel. Comme ses camarades, elle doit préparer son book pour le présenter dans les concours d'entrée dans les écoles. (F.B.)
(1) Diplômé par le gouvernement. Centre des métiers d'art, zone artisanale de Bergevin, Pointe-à-Pitre.
ILS ONT DIT
Alexandre André, design graphique : « M'orienter vers l'animation »
(F.B.)
« J'ai choisi cette discipline car elle m'intéresse depuis que je suis petit. Je veux surtout m'orienter vers l'animation, c'est-à-dire le design graphique dans l'animation.
Ce qui m'a plu, c'est le monde de Disney. Je rêve d'y travailler. J'emprunte cette voie pour essayer d'y arriver. Je veux être celui qui met en mouvement les personnages, celui qui va créer les scènes qui vont passer au cinéma. Je vise l'Esad d'Amiens, une école publique réputée dans le design graphique. »
Aliyah Larisse, architecture : « Je veux être architecte-urbaniste »
(F.B.)
« Depuis enfant, je suis très intéressée par tout ce qui est architecture. Cette passion m'a été transmise par un membre de ma famille qui est lui-même architecte. Je le vois comme un métier d'avenir et qui permet d'aider la population. Je souhaite être architecte urbaniste. Je veux travailler dans l'organisation de la ville. M'occuper des bâtiments et de tout ce qui est projet urbain, comme par exemple les espaces verts. Je ne sais pas encore si je pourrai revenir travailler chez moi. »
Angelo Machado, stylisme-modélisme : « Plus doué en mode »
(F.B.)
« Je viens de Saint-Martin. J'ai beaucoup hésité entre la mode et l'architecture. Après, je me suis rendu compte que j'étais plus doué en mode. Ça m'a plu d'entrer dans ce monde. Ce qui m'intéresse, c'est de voir les tendances, les différents styles, exprimer la personnalité à travers un vêtement. Après l'école, je me vois créer des styles de vêtements pour les grands événements comme les Grammy Awards. D'abord dans une maison de couture, car j'aime travailler en équipe et échanger des idées, ça aide dans cette discipline. »
Coraline Lomba, journaliste de mode : « Passionnée de mode et d'écriture »
(F.B.)
« Depuis le collège, je suis intéressée par tout ce qui est en rapport avec la mode. Je ne me suis jamais imaginée travailler autre part que dans le monde de la mode. Pour choisir le métier que je voulais, je me suis dit que je suis passionnée par la mode mais aussi par l'écriture, donc que je pouvais allier les deux en devenant journaliste de mode. Je vais faire une licence en communication pour préparer le concours d'entrée à l'école de journalisme où il y a une spécialisation pour la mode comme il en existe pour le sport ou la politique. »
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION