ACTUALITé - ENVIRONNEMENT

GOYAVE - 5 000 personnes concernées par la pollution d'eau potable

France-Antilles Guadeloupe 12.07.2017
Claudia BELTON

2RÉAGIR

5 000 personnes concernées par la pollution d'eau potable
Des milliers de packs d'eau sont distribués aux habitants qui ne doivent ni boire l'eau du robinet, ni cuire leurs aliments ou se brosser les dents avec.

Ne sachant toujours pas l'origine de la pollution aux hydrocarbures, le préfet adopte le principe de précaution et étend le périmètre de surveillance sanitaire à l'ensemble du bourg jusqu'à Morne Rouge.

Sur le terrain mardi, à la demande du Siaeag (Syndicat intercommunal d'alimentation en eau et d'assainissement de la Guadeloupe), les agents du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) ont procédé à des prélèvements sur les trois conduites d'eau potable de la commune. Car on ne connaît toujours pas l'origine de la pollution de l'eau potable par hydrocarbures qui touche les résidences Caraïbes, Marthe-Rose Toto et la zone d'aménagement concerté de l'Aiguille.
RECOURS AUX RÉSERVES DE LA RIVIÉRA DU LEVANT
Après la mise en place de la cellule de crise, la semaine dernière, en préfecture qui a rassemblé les services sanitaire et médical, l'Institut Pasteur et le Siaeag, le préfet a étendu lundi le périmètre de surveillance sanitaire à l'ensemble du bourg : plage de Sainte-Claire et Monplaisir, jusqu'à Morne Rouge. Celui-ci concerne désormais 5 000 personnes (1), soit en besoin en eau 14 000 packs d'eau par semaine contre 8 400 la semaine dernière.
Mardi, dès 7 heures, des mères, des pères et des personnes âgées attendaient la livraison des six packs d'eau par famille. À 14 heures, le maire Ferdy Louisy a reçu un message du Siaeag l'informant que la distribution a été reportée au lendemain, mercredi. Or, selon le maire, il a été arrêté que les familles soient livrées deux fois par semaine, le mardi et le vendredi. « Nous avions loué des véhicules, mobilisé 29 agents » , rappelle Ferdy Louisy, qui était sur le terrain aux côtés de ses administrés.
Dans cette situation de crise, le maire affirme ne pas comprendre que tous les moyens ne soient pas coordonnés et mis en oeuvre pour répondre à l'urgence. « Je ne sais pas ce que les gens vont boire, dit-il, et tout le monde n'a pas les moyens de s'acheter de l'eau. » Il fallait pourtant trouver une solution. Le maire a donc puisé dans les réserves de 1 700 packs d'eau livrés par la communauté d'agglomération de La Rivéra du Levant, vendredi. Hier, certains ont eu de l'eau, mais d'autres pas.
Aujourd'hui, Ferdy Louisy en appelle à la solidarité de tous, jusqu'à ce qu'on connaisse l'origine de la pollution. « Je regrette que les flux de packs ne soient pas gérés de manière régulière et cohérente pour éviter que la population ne se retrouve sans pack d'eau. » Le premier magistrat, qui avait déjà saisi le ministère des Outre-mer et le ministère de la Transition écologique et solidaire, en appelle aux fonds exceptionnels de l'État pour gérer la crise qui ne peut, selon lui, être traitée de manière classique.
Malgré tous ses griefs, il voit dans ce dossier « une occasion de travailler en bonne intelligence, une occasion d'être soudé et non divisé » .
(1) La population de Goyave est de l'ordre de 8 000 habitants. Un numéro dédié est mis en place au Siaeag : 05 90 59 59 59, ainsi qu'une adresse mail : contactclientelle@siaeag.fr.
L'État explique sa stratégie
Dans un communiqué paru hier, la préfecture rappelle ses priorités face à cette pollution dont l'origine n'est pas encore connue :
- 1. Protéger la population. Le dispositif de surveillance sanitaire est maintenu et le périmètre de restriction d'usage de l'eau redéfini comme suit : le Bourg, l'Aiguille, Morne Rouge, Sainte-Claire et Monplaisir, sur la base des dernières analyses réalisées.
- 2. Localiser la source de la pollution. De nouveaux prélèvements, plus nombreux et étendus en amont, en aval et dans le périmètre de la commune, sont effectués pour être transmis à l'Institut Pasteur, laboratoire agréé par le ministère de la Santé et chargé de détecter et de quantifier les hydrocarbures.
3. Identifier la nature de la pollution. Les échantillons seront transmis à 2 laboratoires certifiés Cofrac, dont l'un est également agréé par le ministère de la Santé. Leurs analyses permettront d'identifier clairement la nature des polluants en cause et leur origine. Par ailleurs, les services de l'État informent qu'ils tiennent désormais un réunion hebdomadaire avec les services techniques municipaux et le Siaeag, à Goyave. Ils demandent également aux habitants de signaler immédiatement à leur médecin tout problème de santé. Ceux qui sont installés sur la commune ont été sensibilisés et doivent « faire remonter sans délai toute pathologie qui pourrait avoir un lien, même distant avec la consommation d'eau. À ce stade, aucune manifestation sur la santé n'est constatée par les médecins » .
INFOS +
Nombre de packs d'eau distribués depuis le 16 juin
- Siaeag : 3 156.
- Parc National de la Guadeloupe : 3 300.
- Région : 4 032.
- La Riviéra du Levant : 1 700.
- CANBT : 1 000.
- Caraïbe Écologie Les Verts : 84.
Par ailleurs, lors d'une commission permanente qui s'est déroulée lundi, le conseil départemental a décidé de fournir 6 000 bouteilles d'eau.
Du personnel en renfort
Vu le nombre de personnes concernées par cette pollution de l'eau potable, la municipalité a dû recourir, hier, à 10 saisonniers - des ambassadeurs - sous contrat, qui recueillent les doléances des familles et les conseillent. À leurs côtés, il y avait les 14 agents des services techniques et les 5 agents administratifs du centre communal d'action sociale (CCAS). À ceux-ci, il faut ajouter 30 bénévoles, qui ont rejoint le dispositif pour la distribution des packs d'eau.
2
VOS COMMENTAIRES
  • mécréant - 13.07.2017
    Un vrai souci pour le maire et les habitants de Goyave !
  • taïno - 13.07.2017
    Et l'université des Antilles ?
    Pas un "docteur" pour analyser la composition de ces eaux? Pas un seul appareil permettant de telles analyses? Tous les laboratoires de recherche sont en vacances?
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION