ACTUALITé - ENVIRONNEMENT

Baignade : la Guadeloupe, toujours l'île aux belles eaux

France-Antilles Guadeloupe 16.04.2017
V.D.

0RÉAGIR

Baignade : la Guadeloupe, toujours l'île aux belles eaux
Le site de Dolé, à Gourbeyre, classé en qualité insuffisante en 2015, a été interdit à la baignade et vidé une partie de l'année 2016. Un suivi a été mis en place, pour observer l'évolution de la qualité de l'eau.

Selon l'Agence régionale de santé, 97% de nos eaux de baignade sont conformes aux normes européennes, mais 3% sont de qualité insuffisante. Sur ces sites, la baignade doit être interdite ou déconseillée.

L'Agence régionale de santé (ARS) vient de livrer son bilan 2016 de la qualité des eaux de baignade. Comme l'an dernier, 97% d'entre elles sont conformes aux normes européennes. Sur les 130 sites référencés (112 en mer et 18 en rivière), 78% des baignades sont classées en qualité excellente et 13% sont de bonne qualité, 5% de qualité suffisante. En revanche, 3% sont de qualité insuffisante « au regard des résultats des quatre dernières saisons » . Cela concerne trois sites de baignade : anse Mire à Terre-de-Haut aux Saintes, Les Basses à Grand-Bourg de Marie-Galante et Viard à Petit-Bourg. En conséquence, la baignade doit y être interdite ou déconseillée.
SURVEILLANCE RENFORCÉE
En 2015, deux autres sites avaient été classés en qualité insuffisante en rivière : Valombreuse à Petit-Bourg et Verte Vallée à Vieux-Habitants. En 2016, la qualité de l'eau a été jugée suffisante, mais le contrôle sanitaire y est renforcé. Le site de Dolé, à Gourbeyre, avait lui aussi été classé en qualité insuffisante. Il avait été interdit à la baignade et les bassins avaient été vidés une partie de l'année. L'évolution de la qualité de l'eau y est, elle aussi, surveillée.
Concernant la saison en cours, l'ARS précise qu'un autre site fait actuellement l'objet d'une interdiction de baignade, celui d'anse à Sable à Bouillante, « au regard d'une série de mauvais résultats et dans l'attente d'un retour durable à une situation conforme » .
Rappelons qu'une mauvaise qualité de l'eau peut être à l'origine de risques pour la santé des baigneurs. Elle peut être contaminée par des substances chimiques ou biologiques (virus, bactéries ou amibes) et provoquer des conjonctivites, otites, gastroentérites, sinusites, etc.
Contrôle des bains chauds
La surveillance est également renforcée dans les bains d'eau douce chaude, où la température de l'eau est supérieure à 25°C et où elle est parfois stagnante, ce qui peut favoriser le développement de micro-organismes, les amibes, qui peuvent être dangereuses pour l'homme au contact des muqueuses du nez lors de plongeons répétés. Elles peuvent provoquer des méningites, non contagieuses mais graves, surtout chez les jeunes enfants. L'ARS conseille de ne pas plonger la tête dans l'eau de ces bassins.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION