ACTUALITé - ENVIRONNEMENT

TERRE-DE-BAS - La galère continue et l'île est à nouveau bloquée par les sargasses

France-Antilles Guadeloupe 11.05.2018
PELÈGE / Chantal A.A.

9RÉAGIR

La galère continue et l'île est à nouveau bloquée par les sargasses
Un ponton flottant prêté par la commune de Terre-de-Haut a été mis en place au niveau de la poterie Fidelin afin d'accuueillir les moyennes embarcations. (C. P.)

L'île de Terre-de-Bas est à nouveau bloquée : c'est ce qu'ont pu constater les habitants en se réveillant, mardi et mercredi. Impossible pour les bateaux d'effectuer les rotations et de desservir l'île. Les solutions se font attendre.

Les sargasses bloquaient à nouveau le port de Terre-de-Bas, mercredi matin. Déjà, mardi matin, les algues avaient envahi la zone, empêchant les bateaux de passagers de 6 heures et de 8h30 d'accoster. Aussitôt prévenues, les tractopelles de l'entreprise des frères Vala sont rentrées en action pour dégager l'accès au plus tôt, permettant au bateau de la compagnie CTM Deher d'effectuer une rotation en fin de matinée.
Sauf que ces efforts ont été réduits à néant par l'arrivée dans la nuit de mardi à mercredi, de nouveaux radeaux. La question, pour les Saintois dont le quotidien est littéralement empoisonné par la présence des sargasses, reste entière : comment ramasser et se débarrasser rapidement des algues brunes, avant que les prochains radeaux ne déferlent sur l'île ? Les moyens techniques manquent, les équipes municipales font avec les moyens du bord, plus ou moins ingénieux (lire ci-contre). Les habitants, s'impatientent, et s'interrogent sur les solutions : investir dans des moyens techniques permanents, à l'image des chasses-neiges dans les zones froides et montagneuses, qui, pourtant, ne servent qu'une partie de l'année ? La nécessité de trouver une solution se fait sentir, d'autant que les plaques visibles au sud de l'archipel font craindre le pire. En attendant, quelques bateaux privés et la SNSM rendent service et aident ceux qui ont un besoin impératif de quitter ou d'arriver sur l'île.
Un dispositif original pour nettoyer le port
À Terre-de-Bas, c'est l'entreprise Vala qui est sur le pont, pour lutter contre les sargasses. Un poteau électrique, victime de l'ouragan, un sommier métallique de récupération, un assemblage sommaire mais solide, une tractopelle et le tour est joué! C'est avec cet assemblage hétéroclite, à première vue, que le port de l'Anse des Mûriers peut être nettoyé chaque fois que nécessaire et libéré pour permettre aux bateaux de transport de passagers, en complément de moyens plus traditionnels, tels les pelles, brouettes, râteaux, benne et .... huile de coude. L'ordre d'intervention est donné par le conseil départemental, propriétaire du port, ce qui entraîne un retard à chaque invasion de sargasses.
Le souhait unanime serait que cet ordre soit automatique dès le repérage de l'arrivée des algues brunes, qui, si l'on en croit les prévisions, ne sont pas prêtes de s'arrêter.
Le conseil départemental intervient en urgence
Après l'échouage massif de sargasses intervenu mardi dans le périmètre du port de passagers de Terre-de-Bas, la présidente du Conseil départemental, Josette Borel-Lincertin, a signé, ce mardi matin, les ordres de service pour démarrer immédiatement les opérations d'enlèvement des algues afin de permettre la reprise au plus vite des rotations maritimes vers et au départ de l'île. Le Conseil départemental en est à sa deuxième intervention en une semaine dans ce port et reste mobilisé, en particulier, sur le port de passagers de La Désirade. La présidente du Conseil départemental annonce en outre que la collectivité étudie les conditions de mobilisation d'un équipement de ramassage des sargasses en mer qui pourrait être opérationnel dès la fin du mois de mai.
(Voir page 5)
9
VOS COMMENTAIRES
  • saindou - 16.05.2018
    Dans le chodo
    La Guadeloupe est dans un chodo!
  • DouBouTe - 15.05.2018
    c'est la vérité vrais contre la diarrhée certaine
    Avec l'un c'est la vérité qui n'a aucun sens et l'autre c'est la diarrhée verbale contre la constipation grace au saindou
    bref les sargasses c'est la M .....
  • iMandarinGriot - 13.05.2018
    Voici la réalité, la vraie !
    Je n'avais pas l'intention de parler du cinéma qui se fait autour des sargasses mais trop trop c'est trop et le spectacle ce midi de cet aréopage d'élus autour du maire de la Désirade est la goutte d'eau qui fait déborder le vase ! Je ne parle des sargasses, mais du cinéma qui se fait autour.
    En les voyant, si convaincants, si persuasifs dans leur propos, j'étais admiratif devant leurs qualités d'acteurs. Ma raison m'a ramené à la raison et très vite. Je me demande si rentrer en politique ne vous prive pas de vos qualités d'analyse.
    J'ai vu mes responsables locaux se prenant pour Xerxès 1er nettoyer la plage pour le Karujet et j'ai rigolé devant leur prétention de commander la nature. Et plus tard quand j'ai vu la colère d'un concurrent , j'ai secoué la tête. un de plus qui se prend pour ce roi ! Passons !
    Je signale que l'importance économique de la Désirade, des Saintes, de Marie-Galante ne peut justifier en rien les sommes nécessaires pour les libérer. Il est est de même pour tous les communes impactée par les sargasses : le jeu ne vaut pas la chandelle.
    Les sommes que rapportent le tourisme à Deshaies sont ridicules en regard de celles pour chasser les sargasses qui reviendront comme le jour succède à la nuit !
    Ce constat doit être celui du CD car il n'a jamais déclaré que l'ordre d'intervention serait automatique. Et ce n'est que maintenant qu'il étudie les conditions de ramassage en mer. Cela se nomme se hâter lentement !
  • petit poucet - 12.05.2018
    La qualité de l'air selon Gpe 1ère
    Pas plus tard qu'à 13 h aujourd'hui 12 mai le comique de service nous recommandait de "respirer à plein poumon" vu que la qualité de l'air sur l'archipel était de 3....
  • réflexion - 11.05.2018
    Put-on nous expliquer comment on peut trouver les moyens de nettoyer aussi vite la plage de Viard à Petit-Bourg pour permettre à la karujet de s'élancer (et ses privilégiés) et qu'on laisse ainsi les habitants de Terre-de-Bas être bloqués ? Ils intéressent moins que la karujet ?
  • Martin B - 11.05.2018
    Supporter les sargasses ou croire au Père Noël
    Il est clair que ces arrivées et échouages posent d'énormes problèmes partout où ils ont lieu.
    Cela ne concerne pas que nos petites îles mais une zone de plus en plus vaste.
    Mais il est totalement vain de croire que l'on parviendra réellement à gérer ce problème en cherchant à passer son temps à les ramasser.
    Primo, malgré les effets d'annonces sur le terrain mis à part sur quelques plages touristiques, on ne voit personne ramasser quoi que ce soit et ensuite parce que c'est une opération quasiment perdue d'avance puisque demain reverra la même scène que celle que l'on a nettoyé hier.
    Le nettoyage est ruineux et difficile et au final ce n'est qu'une utopie.
    Les effets sur la santé sont encore mal connus mais on ne peut douter qu'il y en a et qu'il faut s'en inquiéter.
    Les effets sur l'électronique et l'électroménager sont catastrophiques et vont vite devenir insupportables.
    Les satellites permettent de cibler précisément la zone où commence ce phénomène dans le bassin de l'Amazone.
    La seule vraie solution sera de s'y attaquer dans les plus brefs délais, quels qu'en soient le prix ou les problèmes diplomatiques ...
  • saindou - 14.05.2018
    Une vraie constipation
    L'homme a toujours voulu imiter Dame Nature. Les sargasses nous prouvent tous les jours qu'on est infiniment petits dans l'infiniment grand.
    Les sargasses sont finalement en pire le prolongement du LKP et consorts sur la mer. En matière de blocage le LKP a encore beaucoup a apprendre pour les flatulences nauséabondes. Elles montrent à nos syndicalistes maison la voie juste de l'axplhyxie .
    La Guadeloupe et ses îles soeurs sont constipées, çà se voit et çà sent très mauvais, nous sommes revenus aux pots de chambre et aux pissats corrompus. Ce ne sont pas nos dames pipis visitant les Saintes et Marie Galante qui nous diront le contraire!
    Comme quoi en Guadeloupe tout change et rien ne disparaît.
    Il paraît qu'une grande mission océanique est en cours pour traquer l'ADN des sargasses dans un ultime essai en recherche de paternité légitime, car les sargasses sont comme tous les guadeloupéens à la recherche d'un père blanc hypothétique.
    Les sargasses c'est diarrhéique et çà fait parler les bavards par tous les (pores) ports de la peau. Il paraîtrait qu'elles viennent de métropole, les gens sont méchants sans reconnaissance du ventre aucunement.
    A force de jouer aux coupeurs de routes et aux grands barreurs devant l'éternel nous avons enfin notre grand barrage, ce n'est pas un barrage pour rire, ce n'est pas une connerie, tout le monde est sur le même bassin! On est tous mal barrés, gros poucets ou petits poucets, tous dans la merde merdoyante!
  • petit poucet - 14.05.2018
    C'est ben vlai ça..Dirait la mère Denis
    "On est tous mal barrés, gros poucets(saindou, moranus pékétinetc) ou petits poucets, tous dans la merde merdoyante!"

  • saindou - 14.05.2018
    Asphysie
    Lire asphyxie.
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION