ACTUALITé - ENVIRONNEMENT

Iles du Nord - La mobilisation de tous pour un retour à une vie normale

franceantilles.fr 11.09.2017
E.L.

0RÉAGIR

La mobilisation de tous pour un retour à une vie normale
La priorité d’action est de rétablir le réseau mobile en procédant à l’installation de sites provisoires le plus rapidement possible accompagnée de générateurs, en restaurant le réseau existant et en reconstruisant le moment venu un réseau pérenne.

Branle-bas de combat sur tous les fronts pour rétablir l'eau potable, l'électricité et les télécommunications dans les Iles du Nord. Il faudra du temps pour remettre en état les différents réseaux.

Bouteilles, citernes et usines de désalinisation
Faute de source d'eau potable sur les deux îles de Saint-Martin et Saint-Bathélémy, la population accédait à l’eau potable par un procédé de désalinisation. Or les usines de production d’eau potable, les citernes permettant de la stocker et les réseaux de la distribuer ont été endommagées.
Actuellement, la distribution de bouteilles d'eau potable garantit l'accès à l'eau. Elles vont continuer à être acheminées de façon à pouvoir permettre une distribution dans des conditions satisfaisantes, y compris dans les quartiers les plus éloignés.
Dans un second temps, la distribution de l'eau potable devrait être garantie par des citernes placées sur différents points de l’île, en accord avec les pouvoirs publics. L’objectif est de faire en sorte que ces citernes soient accessibles mais que la distribution de l'eau ne donne pas lieu à des désordres et notamment à des violences ou à des brutalités.
Dans un troisième temps, l'usine de Saint-Martin sera réparée. Sa production sera complétée par une usine mobile de désalinisation qui sera transportée depuis Madrid jusqu'à l'île de Saint-Martin.
Selon la première estimation, un retour à la normale s'agissant de la distribution de l'eau laisse à penser qu'il faudra au moins trois mois pour reconstruire et remettre en ordre les systèmes de distribution de façon satisfaisante pour l’ensemble de la population.
Electricité : 3500 clients réalimentés et de gros moyens déployés
Après une rupture d'alimentation totale, EDF indique que 3 500 clients sont d'ores et déjà réalimentés en électricité sur les 24 000 que comptait l’île auparavant. Un bilan de l'état des réseaux électriques est nécessaire pour pouvoir rétablir l'accès prioritaire à ces réseaux.
A EDF, la mobilisation ne faiblit pas. Les renforts humains et matériels continuent d’arriver de Martinique et de Guyane.
Des moyens aériens exceptionnels ont été mis en œuvre pour acheminer plus de 140 tonnes de matériels. Ils ont été transportés depuis la métropole via deux avions gros porteurs, un Iliouchine 76 et un Antonov 214, et sont arrivés en Guadeloupe, dimanche. Ces renforts matériels comprennent une cinquantaine de groupes électrogènes (de 60 Kva à 160 Kva), des motopompes et des kits inondations en provenance d’Enedis. Ils seront acheminés vers les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy par bateaux.
En parallèle, un bateau chargé de groupes électrogènes, de véhicules et d’autres matériels électriques est prêt à partir de Martinique vers les deux îles. Un hélicoptère a également été acheminé depuis la Guyane afin d’aider au diagnostic de l’état des réseaux électriques des deux îles.  
Des lits de camp, des sacs de couchage et du matériel de vie ont également été acheminés  Ils permettront d’accueillir les équipes de la Force Rapide d’Intervention Electricité (FIRE) d’EDF arrivant de Martinique, de Guyane et de Corse pour épauler celles de Guadeloupe et des Iles du Nord.
D’autres moyens mobilisés en métropole, aux Antilles et en Guyane continueront à converger vers la Guadeloupe dans les jours à venir afin de rétablir et de sécuriser au plus vite l’alimentation en électricité pour tous les habitants de Saint-Martin et de Saint Barthélémy.  
Rétablir le réseau de télécommunication mobile en priorité
S'agissant des télécommunications, les câbles sous-marins n'ont pas souffert du cyclone, ce qui constitue une bonne nouvelle. En revanche, les réseaux mobiles et les réseaux fixes ont été terriblement dégradés. A Saint-Martin, sur 17 sites, 17 antennes, 17 relais, 16 sont hors service et à Saint-Barthélemy sur 11 sites 10 sont hors service. La quasi-totalité des poteaux du réseau fixe est tombée et deux répartiteurs sur quatre sont hors service. La priorité d’action est évidemment de rétablir le réseau mobile en procédant à l’installation de sites provisoires le plus rapidement possible accompagnée de générateurs, en restaurant le réseau existant et en reconstruisant le moment venu un réseau pérenne.
Un certain nombre d'initiatives ont été prises pour développer des réseaux Wi-Fi locaux en bonne intelligence avec les propriétaires de boxes fonctionnant. Il n'y en a plus que 400 qui fonctionnent sur un total de 10 000 avant l’événement. Là encore il s’agit de trouver la solution pour offrir le plus rapidement et dans les meilleures conditions l’accès au réseau indispensable aux habitants. Dans un deuxième temps, viendra le rétablissement du réseau fixe. Mais il faut savoir que ce sera très long car il a été très endommagé et les moyens pour le remettre en ordre seront importants.
Côté carburants, l'île de Saint-Martin comportait neuf stations-services : trois ont été détruites, cinq ont été endommagées mais sont opérationnelles à compter de ce lundi pour distribuer du carburant dans des limites fixées à 20 litres par personne. Une sera réservée aux services de l'Etat afin de garantir leur caractère opérationnel.

0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION