ACTUALITé - ENVIRONNEMENT

Les enfants de Guadeloupe recyclent pour Haïti

France-Antilles Guadeloupe 12.08.2017

0RÉAGIR

Les enfants de Guadeloupe recyclent pour Haïti
En Haïti, Recylum a programmé la rénovation des installations électriques et l'électrification de 30 écoles, suite au passage de l'ouragan Matthew, en 2016.

Des centaines enfants, scolarisés en Guadeloupe, ont participé à la mobilisation pour le recyclage des lampes à économie d'énergie. Ils ont ainsi contribué à l'électrification d'écoles, notamment en Haïti.

Ça s'appelle le défi Recylum, et la 4e édition vient de se terminer. L'idée, c'est d'utiliser des enfants - du CP à la 6e - pour devenir des ambassadeurs du recyclage des lampes à économie d'énergie. En échange, Recylum finance des missions de l'ONG (Organisation non gouvernementale) Électriciens sans frontières pour installer l'électricité dans des écoles isolées, en divers points du monde.
Cette année, 48 000 enfants, répartis dans 2 500 classes sur le territoire français, ont participé au défi. Parmi eux, 739 écoliers guadeloupéens, répartis dans 39 classes, qui ont la satisfaction d'avoir ainsi contribué à l'électrification d'écoles d'Haïti, de Madagascar, du Népal et du Mali.
C'est déjà un résultat satisfaisant. Mais ce qui l'est autant, c'est que cette sensibilisation fonctionne. Les études menées par Recylum dans les classes participantes démontrent que les parents ainsi sensibilisés augmentent de 50% leur geste de recyclage des lampes usagées. Par ailleurs, à travers ce défi, les enfants intègrent l'intérêt de la réutilisation des matières premières dans le cadre de la préservation des ressources naturelles.
La nouvelle édition, la 5e, est d'ores et déjà lancée. Nouveauté, cette année : chaque enfant participant disposera d'un livret pour rendre compte de ses efforts et des résultats obtenus. Quant aux écoles qui bénéficieront des missions d'Électriciens sans frontières, elles sont déjà identifiées, à Haïti, au Bénin et au Sénégal.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION