ACTUALITé - ENVIRONNEMENT

TERRE-DE-BAS - Sargasses : la marche du ras-le-bol

France-Antilles Guadeloupe 14.05.2018
C.P

3RÉAGIR

Sargasses : la marche du ras-le-bol
Excédés par la situation, les habitants de Terre-de-Bas ont manifesté, samedi. (H.F)

Ils étaient une centaine, samedi matin, à défiler de la plage de Grande Anse au port de l'Anse des Mûriers à Terre-de-Bas. Pancartes à la main, le visage couvert d'un masque, ils scandaient des slogans contre l'invasion de sargasses.

« Notre santé est menacée » , « Les sargasses nous agacent , « Aidez-nous à nous débarrasser des sargasses » , « Que l'État fasse son boulot » : voici quelques-uns des messages des habitants de Terre-de-Bas (Les Saintes), excédés.
Les soeurs Foy, Hélène, Marlène et Monique ont organisé cette marche de protestation, samedi. Le maire, ceint de son écharpe tricolore, a soutenu et accompagné ses administrés en colère. Ces derniers dénoncent une situation dont ils redoutent les conséquences : pour leur santé, pour leur environnement, pour leur vie quotidienne.
Depuis le lundi 7 mai, plus un bateau n'accoste, le ravitaillement se fait au compte-gouttes, les touristes ont déserté, les sorties de l'île s'avèrent plus que délicates pour les saintoises.
Le ponton flottant de fortune prêté par la mairie de Terre-de-Haut, la réquisition des entreprises locales, hélas pas suffisamment équipées, la visite du capitaine Trégou de la Sécurité Civile venu sur place se rendre compte de la situation : tout cela ne suffit pas à rassurer les habitants qui se sentent abandonnés.
« À quand une véritable solution ? Des équipements performants ? À quand un port libéré des sargasses et de nouveau accessible ? Où sont les élus de la circonscription ? » , s'interroge Hélène Foy se faisant ainsi l'écho de la population de Terre-de-Bas.
3
VOS COMMENTAIRES
  • raslebol - 15.05.2018
    Moun Gwada, Organisons nous pour aider au nettoyage, l'etat ne pourra pas tout faire. Sous l'ere Macron, aide toi l'etat t'aidera. Sinon il nous reste plus que les yeux pour pleurer ces gaz toxiques a respirer, les maux de tete, les crises d'asthme, les irritations de toutes sortes. Mettons en place des brigades de benevoles citoyennes. Bougeons, ne pleurons plus.
  • lucide971 - 14.05.2018
    Proposition : gardez vos forces et vos masques, descendez sur la plage et participez au nettoyage de votre environnement. L'état, sans arrêt l'état. Un état sur lequel en plus vous crachez sans cesse. Paradoxe.
  • saindou - 16.05.2018
    Changez de métiers
    Ceux qui manifestent n'ont qu'à se faire éboueurs des mers c'est un métier d'avenir.
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION