ACTUALITé - ENVIRONNEMENT

SAINT-FRANÇOIS - Sargasses : trois préfets sur le terrain et à l'écoute des maires

France-Antilles Guadeloupe 08.06.2018
Jean RENNÉLA

0RÉAGIR

Sargasses : trois préfets sur le terrain et à l'écoute des maires
Les maires Christian Baptiste et Laurent Bernier ne relâchent pas la pression. (J.R.)

Laurent Bernier et Christian Baptiste, maires de Saint-François et de Sainte-Anne, ont reçu, jeudi après-midi, Serge Bideau, le préfet en charge de la mission sargasses, Jean-Michel Jumez, sous-préfet de Pointe-à-Pitre, et Philippe Gustin, préfet de Région. Trois préfets sur le terrain pour entendre ce qui est sans cesse répété depuis des semaines.

Laurent Bernier, maire de Saint-François, et Christian Baptiste, maire de Sainte-Anne ont reçu, jeudi après-midi, Serge Bideau, préfet en charge de la mission sargasses, le sous-préfet de Pointe-à-Pitre, Jean-Michel Jumez, et le préfet, Philippe Gustin. En prévision de la visite de Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, ils se sont retrouvés à la mairie de Saint-François pour une réunion technique sur la problématique des sargasses.
Depuis des semaines, les deux chefs d'édilité n'ont cessé de tirer la sonnette d'alarme. Leur population souffre de divers maux en raison de l'émanation d'hydrogène sulfuré. À Sainte-Anne, la décision a même été prise de fermer l'école primaire et la crèche, situées non loin du littoral. Sur le plan économique, l'activité est au ralenti. Les restaurateurs, les commerçants, les armateurs, les marins-pêcheurs, etc. ne comptent plus les pertes enregistrées.
LES DOLÉANCES ENREGISTRÉES
Pour la énième fois, les élus ont rappelé aux représentants de l'État qu'ils attendent une réaction énergique du gouvernement. Ils réclament des moyens financiers, mais aussi du matériel. Bien évidemment, leurs doléances ont été enregistrées, mais aucune décision n'a été annoncée.
Seule consolation du jour, l'initiative de l'association Stop sargasses, présidée par Marie-Laure Dialllo et Gilles Grémion. Cette dernière, avec l'aide de bénévoles, a érigé, à l'entrée de la marina, une barrière anti algues brunes de plus de trois cents mètres avec des flotteurs. Et ça marche. L'entrée de la marina, la plage l'Anse champagne et le lagon sont désormais protégés.
Les préfets, qui se sont rendus sur les différents sites, ont salué l'initiative. Reste à attendre maintenant les annonces que pourrait faire le ministre tant attendu.
Le préfet Serge Bideau, en charge de la mission sargasses, en pleine discussion avec les élus. (J.R.)
Un barrage flottant anti-sargasses a été installé à l'initiative de l'association Stop aux sargasses. (J.R.)
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION