ACTUALITé - FAITS DIVERS

Colonel Bruno Bert. « Le taux de recrutement Outre-mer est excellent »

France-Antilles Guadeloupe 16.02.2017
Propos recueillis par S.B.

0RÉAGIR

Colonel Bruno Bert. « Le taux de recrutement Outre-mer est excellent »
(Roberto Birhus)

Interview du Colonel Bruno Bert, responsable de recrutement de l'armée de Terre en Ile-de-France et en Outre-mer.

Quel est l'objet de votre venue en Guadeloupe ?
Comme chaque année, je me rends dans les centres d'information et de recrutement de l'armée (Cirfa) des Antilles-Guyane. Après la Martinique et la Guyane, je suis en Guadeloupe pour deux jours. Je viens voir comment le centre fonctionne et aussi appuyer les équipes dans leur travail.
Quel est le bilan 2016 en termes de recrutement Outre-mer ?
Il est excellent puisque les Outre-mer ont suivi l'augmentation très forte des recrutements depuis début 2015, suite à l'attentat de Charlie Hebdo. En 2016, nous avons atteint les 16000 recrutements au niveau national (10000 en 2014) dont 1400 sont issus de l'Outre-mer : 340 à La Réunion, 300 en Polynésie, 200 en Guadeloupe, 200 en Nouvelle Calédonie, 200 en Guyane et 160 en Martinique. La Guadeloupe comptait 120 recrutements en 2014.
De bons résultats dus à des démarches spontanées ou à une campagne de communication offensive ?
Les deux. Les attentats ont provoqué des vocations. Et dans notre campagne de mars 2016, nous nous adressons aux jeunes avec des formules qui donnent du sens à leur engagement. Sur le terrain, les Cirfa vont également au contact des jeunes dans les lycées, à la Mission locale, etc.
Qui peut prétendre rejoindre l'armée de terre ? Et pour faire quoi ?
Nous recrutons à partir de 17 ans et demi et jusqu'à 32 ans. Ces jeunes, qui doivent obligatoirement être de nationalité française, peuvent être non diplômés ou détenteurs d'un Bac +5. L'armée de terre, c'est plus de 100 spécialités. Toutes impliquent d'être avant tout soldat (administration, droit, aéronautique, mécanique, transport, etc.). Mais quelle que soit la spécialité choisie, tout soldat apprend à combattre, à manier une arme et peut être mobilisé pour partir en opération extérieure et participer aux combats. Le salaire de base est de 1315 euros net par mois. On peut s'engager pour une première expérience professionnelle sur cinq ans par exemple ou choisir de rester pour faire carrière. Les perspectives d'évolution en interne sont très intéressantes.
Y a-t-il un profil particulier des Guadeloupéens qui s'engagent ?
Ce sont, en général, des personnes fiables qui dénoncent peu leur contrat. Ils utilisent moins que d'autres la période de probation. Peut-être parce qu'ils sont obligés de quitter la Guadeloupe pour se former. Ils sont également très sportifs. Pour 2017, nous visons à nouveau 200 recrutements et on espère ouvrir nos portes à davantage de sous-officiers (au moins le bac).
Quelles sont les démarches pour se faire recruter ?
Il faut se rendre au Cirfa, sur le camp Dugommier à La Jaille/Baie-Mahault pour une prise de contact. Si le profil correspond, des évaluations sont programmées : tests médicaux, physiques, psycho-techniques, etc. Elles nous permettront d'orienter le candidat vers la spécialité qui lui correspond. Si tout est bon, il devra partir six mois en Métropole pour une formation. Il sera alors embauché par l'armée de Terre, nourri, logé et touchera une solde.
Quelles sont les qualités requises pour intégrer l'armée de terre ?
Il faut être généreux, avoir envie de servir et découvrir le monde. Les autres qualités s'acquièrent avec la formation. Certains jeunes viennent nous voir convaincus qu'ils sont en échec. Au cours des évaluations, ils découvrent souvent qu'ils sont capables de faire des choses qu'ils ne soupçonnaient pas.
Plus d'informations sur : www.sengager.fr
Cerfa, Camp Dugommier à La Jaille/Baie-Mahault. Tél. 0590606165.
Horaires : 6h30 à midi, 13 à 17 heures, sauf mercredi, jeudi et vendredi après-midi.
Les forces armées au Salon de l'étudiant
Les forces armées aux Antilles seront au Salon régional de l'étudiant, de l'éducation et du premier emploi, du 16 au 18 février, au palais des sports du Gosier. L'armée de Terre, l'armée de l'Air et la Marine nationale présenteront leurs métiers et les possibilités de recrutement à l'occasion de cette 15e édition du salon. Chaque année, pour entretenir ses savoir-faire et maintenir sa capacité opérationnelle, les armées recrutent de futurs soldats dans plus de 300 métiers différents, mais aussi de futurs aviateurs et marins dans plus de 50 métiers spécialisés. En 2016, les forces armées ont recruté 427 jeunes aux Antilles (356 dans l'armée de Terre, 45 dans la Marine et 26 au sein de l'armée de l'Air), soit 200 en Martinique et 227 en Guadeloupe et dans les îles du Nord.
Cette année, l'armée de Terre doit recruter 15000 jeunes, l'armée de l'Air 2700 jeunes et 3500 postes sont à pourvoir au sein de la Marine nationale. Jeudi, de 10 heures à midi, trois jeunes guadeloupéens, futures recrues de la Marine nationale, seront sur place. Il s'agit notamment de Kenny, originaire de Sainte-Rose. Ce dernier décollera vendredi en direction de l'école du personnel de pont d'envol, située sur la base aéronautique navale de Hyères, pour devenir matelot pont d'envol. Quant aux jumelles Lovely et Georgia, originaires de Gourbeyre, elles quitteront la Guadeloupe le 20 février. Lovely rejoindra l'école de Maistrance, à Brest, pour suivre une formation spécialisée et devenir météorologiste-océanographe. Georgia, elle, ralliera le centre de formation de Cherbourg pour travailler dans le domaine de la bureautique.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION