ACTUALITé - FAITS DIVERS

Fac de droit : l'affaire Wendy ne désenfle pas

France-Antilles Guadeloupe 04.10.2018
S.B

7RÉAGIR

Fac de droit : l'affaire Wendy ne désenfle pas
Wendy Zébo (à gauche) est soutenue par les membres du journal Rebelle.
L'équipe du journal Rebelle est plus que mobilisée. Les membres de ce petit journal contestataire soutiennent depuis plusieurs semaines, Wendy Zébo, étudiante en première année de droit sur le campus de Fouillole à Pointe-à-Pitre. Ils estiment que la jeune femme vit une « profonde injustice » à cause « des erreurs de la faculté » . À cette occasion, un meeting d'information est organisé ce soir, à partir de 19 heures sur le campus.
La jeune femme bénéfice également du soutien du syndicat majoritaire enseignant, la FSU, qui exhorte la direction de l'université des Antilles « à rendre justice à Wendy, afin qu'elle puisse au plus vite continuer son cursus universitaire » .
Les faits remontent à juin lors d'une épreuve de rattrapage. Wendy assure avoir remis sa copie, mais reconnaît ne pas avoir signé la feuille d'émargement où son nom avait été oublié.
Le mois suivant, elle monte au créneau lorsqu'elle découvre sa note : un zéro pour une absence injustifiée. Faute d'obtenir la moyenne à l'issue de l'ensemble des épreuves, Wendy ne peut pas s'inscrire en 2e année.
Là où l'affaire se complique, c'est que la jeune femme explique avoir, par la suite, retrouvé sa copie par terre, sous la porte d'un des bureaux de l'administration avec la note de 17,5/20.
« NI LE NOM, NI LA COPIE DE WENDY ZÉBO »
Une version jugée totalement « ubuesque » par le doyen de la faculté de droit de l'UA, Jean-Gabriel Montauban qui dénonce une escroquerie. « Les copies de cette épreuve ont été comptées et recomptées, explique-t-il. Il y en avait 42 au total, ce qui collait parfaitement avec le nombres de signatures des étudiants présents ce jour-là. Nous n'avons retrouvé ni le nom, ni la signature, ni la copie de Wendy Zébo, tout simplement par ce qu'elle n'était pas présente. »
Wendy a été reçue vendredi par le président de l'université Eustase Janky. Selon les membres de Rebelle, ce dernier aurait demander à faire « expertiser » la copie en question afin de déterminer s'il s'agit bien de la sienne.
7
VOS COMMENTAIRES
  • réflexion - 10.10.2018
    rebelle
    Ce groupe piloté par des professeurs et des syndicalistes d'extrême gauche est constitué de lycéens et étudiants qui croient que se rebeller c'est diffamer ou insulter ! c'est dire leur niveau de réflexion. Le plus étonnant c'est que personne n'ait encore songé à déposer plainte contre ces énergumènes. Pas surprenant qu'ils défendent l'indéfendable, pour eux tout ce qui vient des professeurs ou des adultes en général est l'ennemi. On va donc défendre Nomertin qui cherche à récupérer ses sous au tribunal, ou cette menteuse et tricheuse qui essaye de faire avaler des couleuvres. Ah petit post-scriptum : aucun d'eux n'est en classe préparatoire aux grandes écoles ou médecine. On ne peut pas être rebelle et instruit.
  • siwobrilé - 09.10.2018
    Honte à Wendy !!! Il faut la soigner!!!
    Sacrée Wendy-la -tricheuse!!!
    L'analyse graphologique vient de prouver que c'est elle-même qui avait noté (17,5/20) sa "fausse" copie d'examen qu'elle a elle même retrouvé un mois après sous une porte....
    Le plus alarmant ce n'est pas la pathologie de cette gamine (mythomane) c'est que des adultes et un syndicat (le FSU) soutiennent la folie de cette démarche frauduleuse qui connaîtra son épilogue prochainement devant le Conseil de discipline de l'Université.
  • Azouren - 08.10.2018
    "REBEL" est tombé bien bas !..
    Si beaucoup de choses "clochent" en Guadeloupe en revanche, l'organisation des examens surtout à l'Université fonctionne très bien.

    1°) Avant de débuter une épreuve, les surveillants font signer une feuille d'émargement en vérifiant la convocation de l'étudiante. L'étudiant le savait puisqu'elle était à la session de rattrapage.
    2°) Ensuite les surveillants notent le plan de salle avec le numéro d'inscription porté sur la convocation de l'étudiant.
    3°) Enfin les surveillants comptent puis recomptent le nombre de copies et signent un PV de réception en remettant le lot de copies.

    Donc à mon avis cette "affaire" est cousue de fil blanc ...

    "REBEL" est tombé bien bas !..
  • lenaif1 - 05.10.2018
    prendre le bon chemin
    c'est bien de se poser des questions à la difference des ainés qui se sont contentés de consommer ils ont de très bons "coach" même trop formatés qui finance ? attention les "jeuns" dans ce monde qui va très vite on est vite dépassé
  • réflexion - 04.10.2018
    rebellle et tricheur
    Comme quoi on apprend vite la vie quand on est rebelle ! Cette histoire ne tient pas debout mais comme à cet âge on est têtu on préfère persister. Pas grave.
  • Karibé - 04.10.2018
    bla bla bla... les rebelles encore et toujours sur tous les fronts de la contestation. c'est à se demander à quel moment ils trouvent le temps de bosser ou d'étudier... à moins que "contestataire systématique" soit devenu un métier. Allez savoir. de nos jours tout est possible...
  • siam - 04.10.2018
    Les syndicats sont devenus les défenseurs des petits voleurs et chapardeurs, des poseurs de mégots, des fainéants et tricheurs, des barreurs de route..La FSU s'est ugététiser...Bien triste pour cette jeunesse
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION