ACTUALITé - FAITS DIVERS

CENTRE PÉNITENTIAIRE - Près d'un détenu sur trois susceptible de détenir un portable

France-Antilles Guadeloupe 17.03.2017
B.C.

2RÉAGIR

Près d'un détenu sur trois susceptible de détenir un portable
La fouille a permis de mettre la main sur des téléphones dont les données vont maintenant pouvoir être exploitées. (préfecture de Région)

La vaste opération de fouille lancée mercredi, au centre de détention du centre pénitentiaire, s'est poursuivie jeudi. Au total, 200 armes artisanales et 96 téléphones ont été retrouvés. Le procureur Xavier Bonhomme promet des poursuites systématiques.

La fouille lancée mercredi matin dans les 14 4 cellules du centre de détention de Fond-Sarrail a finalement joué les prolongations, jeudi. Avec, au final, de nouvelles découvertes d'armes et d'objets prohibés que sont susceptibles d'utiliser quotidiennement les 226 détenus : « Le bilan global à tirer de cette opération est comparable à celui dressé après la fouille réalisée en fin d'année dernière et qui concernait cette fois, la maison d'arrêt du centre pénitentiaire. Avec des volumes de saisies similaires si on les ramène au nombre de détenus contrôlés » , a concédé dans l'après-midi le procureur de la République Xavier Bonhomme, lors d'une conférence de presse.
« 200 armes artisanales ont été découvertes » , auxquelles il convient encore d'ajouter « 96 téléphones portables, plusieurs cartes Sim et USB, plusieurs centaines de grammes d'herbe, résine et cocaïne ainsi que divers matériels prohibés. » En moyenne, cela signifie qu'entre un détenu sur deux et un détenu sur trois a ainsi la possibilité d'accéder à un portable. Pire : vue la quantité de pics saisis, pratiquement tous les détenus semblent en capacité de circuler armés dans l'enceinte carcérale!
POURSUITES SYSTÉMATIQUES
« Nous ne sommes pas sur des armes à feu mais des pics artisanaux fabriqués avec tout ce que les détenus peuvent trouver sous la main » , a martelé le procureur de la République, tout en promettant une réponse ferme de ses services : « À l'issue des enquêtes judiciaires ayant débuté afin d'identifier et d'impliquer tous les individus en possession de ces objets et substances illicites, je tiens à le dire, j'engagerai des poursuites pénales qui seront systématiques. »
Les objectifs de ces fouilles d'envergure tiennent en trois points : « Il s'agissait de démontrer à la population que l'état de droit ne s'arrête pas aux portes de la prison ; de lutter contre les violences existantes dans et en dehors des prisons ; et enfin de faire de la prévention en recherchant du matériel illégal. »
ILS ONT DIT
Nourredine Brahimi, directeur du centre pénitentiaire de Baie-Mahault : « Des filets anti-projection seront bientôt installés »
« Les pics artisanaux découverts sont fabriqués par les détenus, à partir d'objets métalliques ou en bois. Il peut s'agir de simples brosses à dents. En ce qui concerne les téléphones, certains peuvent effectivement entrer par les parloirs malgré les opérations de contrôles menées. Les autres font l'objet de projections extérieures. Pour lutter contre ce phénomène, une étude technique a été menée et nous verrons dans les 6 mois à venir, l'installation de filets anti-projection au sein du centre de détention. »
Chef d'escadron Frédéric Sautron, commandant de la compagnie de gendarmerie de Pointe-à-Pitre : « Les téléphones saisis seront analysés »
« Le fait d'avoir saisi tous ces téléphones va perturber les capacités de communication des détenus vers l'extérieur. C'est une bonne chose, car cela nous permet de limiter l'impact que peuvent avoir certaines personnes influentes dans le milieu délinquant guadeloupéen. Mais nous ne comptons pas nous arrêter à ces saisies brutes. Dans le cadre d'enquêtes judiciaires, nous allons également exploiter toutes les données de ces appareils et voir ce que nous découvrirons. »
2
VOS COMMENTAIRES
  • saindou - 18.03.2017
    Garbage in garbage out
    Pas du tout surprenant : il y a les mêmes proportions de malfrats à l'intérieur des prisons qu'à l'extérieur.
  • yoda - 17.03.2017
    Oui mais tout cela aurait du être fait bien avant. En période électorale, je serais curieux de savoir pour qui il roule ce procureur ! Concernant le centre pénitencier ce ne sont pas des gardiens qui leur faudrait, mais des tontons macoutes comme à l'époque Duvaliériste.

1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION