ACTUALITé - FAITS DIVERS

BAIE-MAHAULT - Un homme abattu à Dalciat par un gendarme

France-Antilles Guadeloupe 13.03.2018
N.D.

4RÉAGIR

Un homme abattu à Dalciat par un gendarme
Dimanche soir, aux alentours de 21 heures, un homme a été abattu de plusieurs coups de feu tirés par un gendarme, dans le quartier de Dalciat, à Baie-Mahault. Le gendarme placé en garde à vue dimanche soir, a été libéré lundi matin. La victime circulait dans un véhicule, utilisé lors de plusieurs cambriolages et recherché depuis plusieurs semaines par la gendarmerie. Un véhicule faussement immatriculé qui a fait l'objet d'un signalement. Quand les gendarmes sont alertés que la voiture se trouve à la station-service CAP à Dalciat, ils y vont en véhicule banalisé mais en uniforme.
Arrivés sur place, ils repèrent l'automobile recherchée. Ils mettent pied à terre et se dirigent vers le conducteur pour le contrôler. Ce dernier refuse alors d'obtempérer et fonce sur les agents. Un des gendarmes tire à sept reprises et touche mortellement le cambrioleur présumé qui meurt sur le coup. La victime n'a pas encore été identifiée. Une autopsie devrait déterminer le nombre de tirs mortels.
La thèse de la légitime défense semble être retenue. L'enquête a été confiée à la section de recherches.
4
VOS COMMENTAIRES
  • elsa - 14.03.2018
    Hugggg
    Celui là il ne volera plus jamais !
  • gwada67 - 14.03.2018
    Le régime particulier des gendarmes
    Les gendarmes sont des militaires, qui bénéficient d’un autre statut et d’autres règles, prévues dans l’article L2338-3 du code de la défense, qui donne tous les cas où ils peuvent faire l’usage de la force armée :
    1. Lorsque des violences ou des voies de fait sont exercées contre eux ou lorsqu’ils sont menacés par des individus armés ;
    2. Lorsqu’ils ne peuvent défendre autrement le terrain qu’ils occupent, les postes ou les personnes qui leur sont confiés ou, enfin, si la résistance est telle qu’elle ne puisse être vaincue que par la force des armes ;
    3. Lorsque les personnes invitées à s’arrêter par des appels répétés de « Halte gendarmerie » faits à haute voix cherchent à échapper à leur garde ou à leurs investigations et ne peuvent être contraintes de s’arrêter que par l’usage des armes ;
    4. Lorsqu’ils ne peuvent immobiliser autrement les véhicules, embarcations ou autres moyens de transport dont les conducteurs n’obtempèrent pas à l’ordre d’arrêt.
    En clair, un gendarme peut tirer sur un suspect qui s’enfuit ou sur un véhicule qui force un barrage sans être inquiété (même si un juge a toujours la possibilité de juger du contraire). La loi va même plus loin, puisqu’il est autorisé à tirer dès lors qu’il « ne peut défendre autrement le terrain qu’il occupe », par exemple.


  • elsa - 13.03.2018

    Commentaire supprimé par la rédaction

  • moi971 - 13.03.2018
    undefined
    Propre et net !
  • mécréant - 13.03.2018
    Il serait sans famille, si personne n'a remarqué son absence !
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION