ACTUALITé - POLITIQUE

Ary Chalus fixe le cap de la Région pour 2018

France-Antilles Guadeloupe 05.12.2017
Yvor J. LAPINARD

4RÉAGIR

Ary Chalus fixe le cap de la Région pour 2018
La Région entend également faire du tourisme, le principal levier de croissance et de développement. (Y.J.L.)

Le débat sur les orientations budgétaires a permis au président de Région de dévoiler, les priorités de l'exercice à venir. Ary Chalus mise sur un nouveau modèle économique.

Le président de Région Ary Chalus a cru bon d'ouvrir la 5e réunion plénière ordinaire de l'année, consacrée au débat sur les orientations budgétaires 2018 - prélude au budget primitif qui devrait être voté le 21 décembre - par une volonté forte d'assainir sa relation avec les acteurs économiques du territoire. C'est ainsi que la Région envisage de revoir son règlement financier et la qualité de son processus d'engagement des dépenses. Le fait que le budget 2018 soit voté avant le terme de l'exercice 2017 témoigne de cette nouvelle démarche qui présenterait un intérêt essentiel pour les acteurs économiques, en attente du Plan pluriannuel d'investissement qui devra donner une meilleure lisibilité des engagements régionaux à moyen et long termes.
Mais dans son avis, le conseil économique et social notera que ce débat d'orientation se déroule dans un climat particulier : le passage des ouragans en septembre a rappelé la vulnérabilité de notre archipel aux effets liés au changement climatique, engendrant ainsi de lourdes conséquences socio-économiques ; et des transferts de compétences et de responsabilités nouvelles observés depuis quelques années, sans accompagnement de moyens financiers adéquats.
CROISSANCE ÉQUILIBRÉE ET DYNAMIQUE
L'année 2018 devrait être le reflet d'une politique régionale offensive et pragmatique. Pour cela, la Région mise sur un développement économique équilibré de l'ensemble des territoires de la Guadeloupe, en instaurant une véritable politique d'investissement, soucieuse de placer le territoire sur un sentier de croissance équilibrée et dynamique à travers différents secteurs d'activités. La Région entend également faire du tourisme, le principal levier de croissance et de développement ; c'est en ce sens que la stratégie déclinée dans la feuille de route de 2016 devrait rentrer dans sa phase opérationnelle, visant à atteindre à l'horizon 2020 1 million de visiteurs, pour un chiffre d'affaires de 1 milliard d'euros et la création de 1 000 emplois pérennes.
Et puis il conviendra aussi de mieux accompagner les entreprises, ce qui passera notamment par le renforcement des partenariats avec les chambres consulaires et les organisations professionnelles représentatives des entreprises avec lesquelles la collectivité entend passer des conventions d'objectifs. Autre domaine d'intervention : l'export et l'internationalisation de nos entreprises pour lesquels un accompagnement régional est envisagé. La collectivité régionale entend aussi « oser la mer et la croissance bleue » ; développer l'agriculture durable comme principal vecteur de la croissance verte ; veiller au développement équilibré du territoire ; se mobiliser pour l'hébergement des plus fragiles ; accompagner la jeunesse à la recherche de l'excellence ; mettre en oeuvre une politique offensive dans le domaine de l'eau et de l'énergie ; améliorer les conditions de mobilité des Guadeloupéens ; poursuivre la politique des grands chantiers structurants ; poursuivre la construction du territoire numérique ; investir davantage dans la formation pour mieux valoriser le capital humain ; consolider la politique en matière sportive et culturelle ; poursuivre sa politique en matière de maintenance et de gestion de son patrimoine ; structurer les projets de modernisation de ses services, etc.
Ary Chalus a tenu à encourager ses collègues à poursuivre leurs efforts, chacun dans son domaine. Il mise sur un nouveau modèle économique vecteur de prospérité, qui ne peut se dessiner, selon lui, que par le biais de l'attractivité.
Ary Chalus a tenu à encourager ses collègues à poursuivre leurs efforts, chacun dans son domaine.
Une ligne de trésorerie
Les élus ont profité de cette plénière pour donner au président l'autorisation de mettre en place une ligne de trésorerie de 30 millions d'euros. C'est que la Région veut faire face à des besoins momentanés de trésorerie de manière à financer le décalage temporaire dans le temps entre le paiement des dépenses et l'encaissement de certaines recettes attendues de l'État et de l'Europe. Une fois mobilisée, cette ligne de trésorerie alimentera le compte courant du Trésor de manière à assumer les dépenses du jour, ce qui implique une collaboration étroite entre l'ordonnateur et le comptable public.
Le CTIG et Guadeloupe Formation deviennent des Epic
COMITÉ DU TOURISME DES ÎLES DE GUADELOUPE
L'idée de créer un comité du tourisme sous la forme d'un établissement public industriel et commercial (Epic) a été adopté au cours de cette 5e plénière ordinaire de l'année. Il s'agit, plus précisément, d'une refonte des statuts du CTIG. Deux raisons conduisent à la modification du comité : sortir d'une situation juridique délicate où le CTIG pouvait être vu comme une association transparente ; et donner au CTIG une véritable mission de service public avec un contrat d'objectif assorti d'indicateurs de résultats, susceptibles d'évaluer l'intervention de la collectivité régionale en matière de promotion touristique.
GUADELOUPE FORMATION
C'est le conseil d'administration de Guadeloupe formation qui, le 13 juillet, a demandé à la collectivité régionale de procéder à la transformation du statut juridique de la structure en un Epic. Ce qui a été validé en plénière. La Région a décidé parallèlement de mutualiser ses moyens et de procéder au rapprochement au sein de cette nouvelle entité, des actions menées par l'École de la 2e chance, par la Cité des métiers et Guadeloupe Formation. « Cette mutualisation devrait permettre, à terme, des économies d'échelle sur les fonctions support, et de repositionner la collectivité régionale en lui redonnant son rôle de stratège de la formation en déléguant, au travers d'un contrat de service public, une offre de formation qui sera assurée par l'Epic Guadeloupe formation » , a indiqué le président de Région.
4
VOS COMMENTAIRES
  • lenaif1 - 06.12.2017
    pignoufs land
    continuez à vous abstenir aux elections et à nourrir le clientélisme concernant allez investir à miami au pays de l'oncle SAM chers fonctionnaires à basse terre c'est une famille qui s'occupe des 13 communes vous êtes responsables
  • tigri - 06.12.2017
    Monsieur "je le dis, je le dis encore"
  • rose - 05.12.2017
    ça fait 40 ans que ça devrait etre en marche .
  • Baimbridge - 05.12.2017
    que de blabla habItuel
    Mr CHALUS,

    Du concret où en sont les chantiers suivants : déviation de La Boucan et reconstruction de la cité scolaire de Baimbridge qui n'est pas conçue pour résister à un séisme?
    Je m'étonne que la presse locale ne fasse que reprendre les communiqués de presse des élus et ne soit pas assez incisive comme une Elize Lucet sur France 2.

    Tous les présidents de région sortent les mêmes généralités qui sont un copié collé de leurs compétences légales. Sur le budget du CTIG, la région est elle prête à inverser la part de la promotion majoritaire aujourd'hui vers l'hexagone au profit du nouveau marché cible que sont les USA?

    Quelle est la position de la région sur le projet de front de mer porté par la direction du port à Pointe à Pitre? Si les investissements vont vers ce type de projets cela sera concret et non généraliste comme l'article le montre.
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION