ACTUALITé - POLITIQUE

"Gilets jaunes": l'exécutif recule en espérant "l'apaisement"

AFP 04.12.2018

8RÉAGIR

"Gilets jaunes": l'exécutif recule en espérant "l'apaisement"

Edouard Philippe, à l'hôtel Matignon le 3 décembre 2018

-FRANCOIS GUILLOT (AFP)

Le Premier ministre a annoncé mardi la suspension de plusieurs mesures fiscales pour "ramener l'apaisement". Le plan de sortie de crise, acté lundi soir à l'Élysée lors d'une réunion interministérielle, comprend un moratoire de six mois sur la hausse de la taxe carbone, un gel des tarifs du gaz et de l'électricité cet hiver et aucun durcissement du contrôle technique automobile avant l'été.

Un recul pour sortir de la crise des "gilets jaunes" ? Le Premier ministre a annoncé mardi la suspension de plusieurs mesures fiscales pour "ramener l'apaisement", mais sans convaincre, ni l'opposition, ni les protestataires.

Englué dans une crise qui a atteint un paroxysme samedi avec des scènes de guérilla urbaine à Paris, l'exécutif a fait des concessions, espérant qu'elles suffiront à calmer la colère qui secoue le pays et stupéfie le monde.

Envoyé en première ligne, c'est le Premier ministre Edouard Philippe qui, dans une déclaration depuis l'hôtel Matignon, a décliné les trois mesures censées "ramener l'apaisement et la sérénité dans le pays".

Cible de toutes les critiques depuis la première journée de mobilisation contre la hausse des taxes sur les carburants, le 17 novembre, Emmanuel Macron a brièvement reçu un "gilet jaune" à l'Elysée mardi.

Mais le président, dont la cote de confiance a atteint un nouveau plus bas (23%, -6), selon un sondage Ifop-Fiducial, n'a pas prévu de s'exprimer dans l'immédiat, a indiqué la présidence.

Le plan de sortie de crise, acté lundi soir à l'Élysée lors d'une réunion interministérielle, comprend un moratoire de six mois sur la hausse de la taxe carbone, un gel des tarifs du gaz et de l'électricité cet hiver et aucun durcissement du contrôle technique automobile avant l'été.

Ces mesures devraient entraîner un manque à gagner de près de deux milliards d'euros pour les finances publiques, équivalant à 0,1 point de PIB. Sachant que, selon Bercy, la mobilisation des "gilets jaunes" a déjà, à quelques semaines des fêtes de Noël, un impact "sévère et continu" sur l'économie.

- "Unité de la Nation" -

"Aucune taxe ne mérite de mettre en danger l'unité de la Nation", a fait valoir Edouard Philippe qui a également annoncé un "large débat sur les impôts et les dépenses publiques".

La concertation locale qui sera engagée jusqu'au 1er mars servira, a ajouté le Premier ministre, à "améliorer" et "compléter" ces mesures "d'accompagnement justes et efficaces". "Si nous ne les trouvons pas, nous en tirerons les conséquences", a-t-il précisé, signifiant que le gel pourrait le cas échéant se transformer en abandon pur et simple.

Édouard Philippe doit s'exprimer une nouvelle fois mercredi à l'Assemblée, avant un débat suivi d'un vote qui n'engagera pas la responsabilité du gouvernement, tout comme jeudi au Sénat.

Selon les analystes, ces annonces représentent un recul pour Emmanuel Macron qui, depuis le début de son mandat, était déterminé à "garder le cap".

Pour autant, cela risque de ne pas suffire, même si des manifestants ont décidé de lever le blocage du dépôt pétrolier à Brest, jugeant "satisfaisantes" les concessions de l'exécutif.

Ailleurs, les blocages continuaient et plusieurs stations-service étaient fermées pour rupture de carburant. "Ils font ça pour qu'on lève le camp et qu'on rentre chez nous, mais on ne va pas bouger", a dit Lionel Rambeaux, soudeur, à un barrage à la sortie du Mans.

"Les Français ne veulent pas des miettes, ils veulent la baguette au complet", a déclaré Benjamin Cauchy, une des figures des "gilets jaunes".

Même insatisfaction auprès des partis d'opposition. "Trop peu et trop tard", a résumé le vice-président Les Républicains, Damien Abad.

- Elections dans 6 mois -

"Rien pour améliorer les fins de mois, rien sur le Smic, rien sur les pensions, rien sur l'ISF", a dénoncé Ian Brossat, chef de file du PCF pour les européennes.

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen a ironisé sur les six mois de moratoire, "sûrement un hasard", au bout desquels se tiendront les élections européennes.

La France insoumise et le PCF envisagent toujours une motion de censure à laquelle pourrait se joindre le Parti socialiste.

Dans ces conditions, la sortie de crise souhaitée par le gouvernement risque de mener tout droit dans une impasse.

Partout en France, les appels à se mobiliser un quatrième samedi de suite ont été maintenus. Deux rencontres de Ligue 1 de football, PSG - Montpellier et Toulouse-Lyon, prévues samedi, ont déjà été reportées.

Éric Drouet, l'un des membres historiques les plus connus des "gilets jaunes", a appelé à "retourner à Paris" samedi, "près des lieux de pouvoirs, les Champs-Élysées, l'Arc de Triomphe, Concorde". "Les gens sont de plus en plus motivés, ils s'organisent, nous serons encore plus nombreux", a-t-il assuré à l'AFP.

Le gouvernement craint aussi une extension de la grogne à d'autres secteurs. Mardi, de nouveaux incidents ont éclaté devant des lycées de la région parisienne, et Marseille reste particulièrement touchée : sur 21 établissements perturbés, dix étaient en blocage total.

Selon un conseiller de Matignon, il n'est "pas sûr que l'exécutif ait tout mis sur la table", gardant quelques cartouches au cas où la grogne perdure, comme la suppression anticipée de la taxe d'habitation.

En attendant, la justice continue à faire son travail, alors que 412 personnes avaient été interpellées samedi rien qu'à Paris.

Treize personnes dont un mineur, soupçonnées d'avoir commis des dégradations à l'Arc de Triomphe, devaient être présentées mardi à un juge d'instruction en vue d'une éventuelle mise en examen.

A Tarbes et à Narbonne, huit "gilets jaunes" ont été condamnés à des peines allant de trois mois à un an de prison ferme avec mandat de dépôt.

8
VOS COMMENTAIRES
  • itiGWI - 05.12.2018
    a coté des révoltés de l'hexagone nous sommes des enfants de choeurs
    Eux ce sont des boules de pétanques des pavés, des boulons d'acier...
    En 2009 on était des gentils.
    Quand je dis que la violence vient toujours de l'extérieur ,ces images diffusé à la télé donneront des idées comme toujours.
  • saindou - 07.12.2018
    L'agnotologie et mémétisme
    La société française a créé ses propres moutons, ce qui se passe en France est un retour de boomerang ou mieux de manivelles.
    On a créé avec application des alpha plus et des bêtas moins en oubliant que dans n'importe quelle société il y a plus d'idiots suiveurs et arrivistes que d'intelligences réelles ou supposées.
    C'est que la France s'appauvrit, les esclavagistes d'antan ne souhaitent pas devenir les esclaves d'aujourd'hui. Ce qui était bon pour les africains n'est pas bon pour les européens de maintenant.
    Votre remarque qui à première vue veut sembler idiote nous ramène tous au discours sur le colonialisme.
    Nous ne nous rendons même pas contre, nous autres guadeloupéens, que nous sommes depuis toujours des plombiers polonais, variables d'ajustement, insignifiants, nous comptons pour du beurre salé : agneaux et imitateurs, zéros de zéros.
  • moranus - 07.12.2018
    Corrigendum
    Lire nous ne nous rendons même pas compte...
  • saindou - 05.12.2018
    Avance = recul, recul = avance
    C'est comme pour le réglage des anciens réveils et horloges : avance = recul et recul = avance.
    Macron n'est plus le maître du temps s'il ne l'a jamais été.
  • itiGWI - 04.12.2018
    il n'a mm pas de crainte pour sa déscendance comme vous et moi
    ...puisqu'il tout simplement décidé de ne pas en faire comme un parfait égoïste
    j'ai toujours trouvé cet homme jeune suspect .
  • itiGWI - 04.12.2018
    nous sommes prit pour des zombis des diables à ti kiki
    Ils nous respectent pas avec raison parce c nous mm(enfin vous) qui les élisons , et après c toujours la mm chose on descend dans la rue.
    Nous n'avions pas lu leur programme ? Nous ne savions pas que Macron est un nantis, un fils de bourgeois qui n'a jamais connu ce que c'est de ramer? Nous ne savions pas qu'il est d'un autre monde???
    Que voulez vous qu'il fasse pour vous d'autre que vous presser comme des citrons ???
    Mettre ce poste souplè et si ou vé pa ou ja konnèt !
  • itiGWI - 04.12.2018
    La France c a nous c pas a yo
    Excusez moi c du francréole, ce sera le nouveau cris de guerre des gilets jaunes hi hi hi !!
  • itiGWI - 04.12.2018
    suite
    Des moutons qui ne font que suivre le chef du troupeau et après qui bèle "bèèèèèèè bèèèèèèè bèèèèèèèèèè" qui cassent tout donnent des coups de têtes dans la rue
    C ça les gilets jaunes parce qu'ils ont été aux urnes!
    A chaque présidentiel on se trompe ?
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION