ACTUALITé - POLITIQUE

Le gouvernement abaisse à 80 km/h la vitesse sur les routes secondaires

AFP 09.01.2018

5RÉAGIR

Le gouvernement abaisse à 80 km/h la vitesse sur les routes secondaires

Les routes à double sens hors agglomération ont en 2016 concentré 55% des accidents mortels (soit 1.911 tués)

-Sébastien BOZON, Sébastien BOZON (AFP/Archives)

Le gouvernement a abaissé mardi de 90 à 80 km/h la limitation de vitesse sur les routes secondaires à double sens, une décision contestée mais qu'il juge indispensable pour endiguer la hausse de la mortalité routière.

"Notre obsession, c'est de sauver toujours plus de vies chaque année sur les routes", a déclaré le Premier ministre Edouard Philippe à la sortie d'un Conseil interministériel de sécurité routière (CISR) organisé à Matignon.

Ce plan entend faire reculer le nombre de morts sur les routes, reparti à la hausse (3.477 tués en 2016) depuis le plus bas historique de 2013 (3.268). La France n'a plus connu de hausse aussi durable depuis 1972.

Ces 18 "mesures de rupture" ont pour principaux objectifs de "faire baisser la vitesse sur les routes", "lutter contre l'alcool et la consommation de produits stupéfiants" et "l'utilisation de téléphones portables au volant", et "renforcer la sécurité des piétons", a-t-il précisé.

Sa mesure la plus emblématique, l'abaissement à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée sur les 400.000 kilomètres de routes à double sens sans séparateur central (terre-plein, glissière), entrera en vigueur le 1er juillet prochain. Les "deux fois deux voies", soit une centaine de kilomètres "peu accidentogènes", resteront limités à 90 km/h.

"Cette mesure peut permettre de sauver chaque jour une nouvelle vie, soit entre 350 et 400 chaque année", a souligné le Premier ministre, précisant que le surplus de recettes engendré par les PV serait dédié "en intégralité" aux soins des accidentés.

Le gouvernement prévoit d'évaluer ses effets d'ici au "1er juillet 2020". "Si les résultats ne sont pas à la hauteur de nos espérances, le gouvernement prendra (alors) ses responsabilités", a-t-il ajouté.

Source d'interminables débats, cette mesure a toujours été redoutée par les gouvernants en termes d'opinion publique. "Si pour sauver des vies, il faut être impopulaire, j'accepte de l'être" avait prévenu Edouard Philippe dimanche dans le JDD.

Selon un sondage Harris Interactive publié mardi pour RMC et Atlantico, 59% des Français sont opposés à cette mesure, et 83% pensent qu'elle vise surtout à accroître le montant total des contraventions.

Le plan sanctionne plus durement l'usage du téléphone au volant tenu en main qui, combiné avec une autre infraction, conduira immédiatement à la "retenue" du permis et ouvrira la voie à une suspension par les autorités préfectorales.

Il prévoit également d'étendre l'utilisation d'éthylotests antidémarrage (EAD), qui seront désormais obligatoires pour les récidivistes de conduite en état alcoolique.

Il entend protéger davantage les passages piétons avec des marquages au sol imposant aux véhicules de s'arrêter "jusqu'à cinq mètres" en amont et des sanctions plus systématiques pour les automobilistes qui ne les respectent pas.

- "Mesure répressive" -

Environ 40% du réseau routier français est concerné par l'abaissement de la vitesse maximale.

Cette mesure est prônée depuis plusieurs années par des associations de sécurité routière comme la Ligue contre la violence routière. "La priorité des priorités, c'est de diminuer la vitesse sur le réseau le plus dangereux de notre pays", s'est réjouie mardi auprès de l'AFP sa présidente, Chantal Perrichon.

Les routes à double sens hors agglomération ont en 2016 concentré 55% des accidents mortels (1.911 tués).

L'impact précis de cette mesure reste toutefois à ce stade impossible à prédire, faute d'expérimentation sur une durée assez longue notamment. Des observations réalisées sur ces tronçons-tests ont toutefois montré que la vitesse moyenne a baissé, les bouchons n'ont pas augmenté et l'accidentologie est en baisse.

Favorable à la mesure des 80 km/h, le directeur de communication de la Prévention routière Thomas Thieulin a estimé que "plus on diminue la vitesse moins les chocs sont violents et moins les dégâts le sont également".

"La communication sera clé", admet-on à Matignon. Les associations d'automobilistes et de motards, elles, contestent son efficacité.

L'abaissement de la vitesse est "une mesure politique regrettable", a déclaré à l'AFP le président de 40 millions d'automobilistes, Daniel Quéro, en revendiquant 600.000 signataires pour une pétition contre les 80 km/h. "Il n'y a pas de raison de toucher à la vitesse, les véhicules s'améliorent, la qualité des routes aussi", peste-t-il, dénonçant "une mesure répressive de plus".

Le Front national a annoncé qu'il lançait également une pétition et présenterait mercredi un plan de rénovation des routes.

Opposé au 80 km/h, le vice-président des Républicains, Guillaume Peltier, a plaidé pour "des solutions profondes et concrètes plutôt que des solutions marketing", préconisant notamment "une taxation exceptionnelle des grandes sociétés d'autoroutes".

5
VOS COMMENTAIRES
  • iMandarinGriot - 10.01.2018
    Poudre aux yeux ? Absolument !
    La France qui habite les grandes villes, 10 km/h n'ont plus grande importance, mais la France périphérique sent qu'elle est le dindon de la farce car elle devra rouler au pas. Je constate que la fracture devient de plus grande entre ces deux groupes de citoyens dans les pays modernes.
    En Guadeloupe, c'est toute la population qui figure dans le seconde moitié car vu l'état des transports en communs, la voiture individuelle est l'unique moyen de locomotion.
    Je lis en souriant les cris de joies quelqus peu enfantines et mêmes puériles que contiennent certains commentaires. Examinons les mesures proposées qui en sont les causes.
    Passons sur les grands mots " mesures de rupture " et examinons celles qui risques d'amener des résultats visibles, constatables. Je dis qu'aucune loi, ni mesure n'empêcheront un buveur de boire, un drogué de se droguer, un accro du téléphone de téléphoner, un adepte de la vitesse de le faire. Je ne parle même du piéton !
    Arrêtés lors d'un contrôle, ils payeront bien entendu mais corrigez-moi si je me trompe, ces mesures sont prises pour empêcher des accidents et sauvez des vies , ou rapporter de l'argent. parce que avant le lieu où il est arrêté, ils ont eu largement le temps de causer un accident et de tuer et de se tuer aussi ! Aussi, je pense que c'et pour le fric !
    Qui croit aux d'éthylotests antidémarrage (EAD), qui seront désormais obligatoires ? S'arrêter jusqu'à 5 m avant le passage piéton ? Vous y croyez-vous ?
  • elsa - 13.01.2018
    Réponse !
    Moi je crois ce que je vois ! et je vois en Guadeloupe beaucoup trop de chauffard de véhicule en tout genre, bus, camions, voitures etc.. rouler avec le téléphone en conduisant....
    Alors OUI la nouvelle mesure du gouvernement est très bien appropriée et sauvera des vies dont celles peut être de vos propres enfants et petits enfants...

  • lucide971 - 09.01.2018
    Le problème n'est pas la vitesse mais l'incivilité des conducteurs dans notre pays. On pourrait limiter à 50 il y aura toujours les mêmes excès de vitesse. Il faudrait un gendarme sur chaque route tant nous sommes irrespectueux des règles de conduite. Un coup d'épée dans l'eau donc.
  • elsa - 09.01.2018
    NOUVEAU !
    NOUVEAU: Sécurité routière : le permis de conduire saisi en cas d'infraction avec un portable. les forces de l'ordre pourront "retenir" le permis d'un automobiliste pris téléphone en main et qui, selon le Premier ministre, "a commis en même temps une infraction susceptible de porter atteinte à sa propre sécurité ou à celle des tiers"
    BRAVO, 90 % des Guadeloupéens sont concernés par cette nouvelle mesure. Il ne va plus rester grand monde sur les route de Guadeloupe.
  • Jax - 10.01.2018
    Arrêtez d'inventer des pourcentages.
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION