ACTUALITé - POLITIQUE

GOYAVE - Les sargasses s'invitent au conseil municipal

France-Antilles Guadeloupe 08.06.2018
Claudia BELTON

0RÉAGIR

Les sargasses s'invitent au conseil municipal
Le personnel technique de la Ville a dû abandonner à la demande du maire sa mission première de veiller à la propreté de la ville pour ramasser les sargasses, comme sur la plage de Sainte-Claire. (C.B.)

Les conseillers municipaux ont voté à la majorité le compte administratif 2017 et le compte de gestion du receveur, tout deux en concordance. Mais c'est le sujet « sargasses » qui a suscité le plus de débats.

À quelques jours de la visite de Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, Ferdy Louisy, maire de Goyave, a fait le point mardi, lors du conseil municipal sur le dossier des sargasses. « J'attends aujourd'hui que l'État rembourse toutes les dépenses que nous avons dû faire à sa place, a-t-il déclaré, qu'il prenne le relais sur le terrain, qu'il tienne compte du plan communal de lutte contre les sargasses que nous avions élaboré en 2014 et qu'il l'intègre dans son plan national. » Depuis les premiers échouages en 2011, le maire a principalement affecté le personnel communal au ramassage des sargasses sur les plages. Un temps qu'il ne consacre plus à la propreté de la ville. Tôt ou tard, il lui faudra comptabiliser les heures supplémentaires. « Le matériel communal a également été utilisé pour le ramassage des sargasses, rappelle-t-il. À terme, il faudra le remplacer. » Ferdy Louisy veut récupérer son personnel et le réemployer dans ses missions premières. « Il faut que l'État me dise quels sont les moyens qu'il me donne pour fonctionner, ajoute-t-il, et qu'il tienne compte de notre plan communal de lutte contre les sargasses » . Dans ce plan, la municipalité avait mis dans l'ordre des priorités les écoles et appliqué le principe de précaution en fermant celle de Christophe, construite au bord du littoral. L'étape suivante concerne cette fois les populations dans les prochains jours. « Nous prendrons des mesures individuelles de protection de la population que nous avons déjà recensée. Nous avons réalisé un protocole que nous avons soumis à l'Agence régionale de santé (ARS) dans lequel nous préconisons un suivi médical. Nous attendons la réponse. On ne doit pas être supris comme pour la chlordécone ; On protègera nos côtes » . La municipalité avait établi une convention avec le Comité régional des pêches pour le ramassage des sargasses, opération financée par l'État et appelée les Brigades bleues. « C'est dommage! Le président n'a pas signé, dit M. Louisy. Je ne peux pas engager la municipalité. En revanche, les associations de Goyave et de Capesterre-Belle-Eau sont prêtes à s'associer à ce dispositif de ramassage » . Les échouages de sargasses n'ont pas fini d'alimenter les débats lors des conseils municipaux.
Un kit « sargasses » à 367 000 euros
Le rapporteur de ce dossier a rappelé l'impact sur le littoral : odeurs nauséabondes et émission de gaz, H2S (hydrogène sulfuré) et NH3 au bout de 5 jours environ, avec pour conséquences, des activités touristique et de pêche en baisse, la destruction de la biodiversité et la perturbations des écosystèmes. « C'est un phénomène cyclique, a indiqué le rapporteur. Chaque année, la Ville devra lutter contre les arrivages de sargasses. Par conséquent, nous devons nous préparer à la réalisation de chantiers quotidiens de ramassage et d'épandage de sargasses pour lutter contre les arrivages massifs. » Le syndicat intercommunal pour la mise en valeur des plages et sites touristiques de Guadeloupe (SIPS) propose un kit « sargasses » composé d'une tractopelle, de deux bennes épandeuses, d'un cane loader, d'un quad 4x4, d'une cribleuse et d'une camionnette. Ce matériel reviendrait à la commune à 367 000 euros, l'État sera sollicité à hauteur de 80% et Région 20%. En ce qui concerne le financement du matériel, il a reconnu devoir différer des dépenses communales pour les consacrer au ramassage des sargasses. « Mais il faudra que l'État nous donne également le personnel pour le fonctionnement » .
Le conseil municipal en chiffres
- Résultat de clôture du compte administratif : 6,4 millions d'euros (section investissement 4,5 millions d'euros et section fonctionnement 1,9 millions d'euros)
- Les élus de Goyave ont été invités à se prononcer également sur l'affectation au budget primitif 2018 du résultat de fonctionnement constaté à la clôture de l'exercice 2017 soit la somme de 1,9 million d'euros. Les conseillers ont décidé que la somme sera reportée à la section de fonctionnement.
- Compte de gestion du receveur solde de clôture de l'exercice 2017 : ?- 213 901 euros (ce résultat négatif ne tient pas compte des reports et des restes à réaliser).
Toutefois, le trésorier payeur a indiqué que le compte administratif 2017 et le compte de gestion sont en concordance.
- Animation : dans le cadre de la fête patronale, la ville organisera le samedi 21 juillet 2018 sur l'esplanade de la mairie, de 7 à 20 heures, le Village de l'environnement sur la thématique : Fanmi Gwadloup pour laliwondaj. Cette manifestation se veut pluridisciplinaire avec au programme par exemple une randonnée intergénérationnelle organisée dans un site touristique, des conférences-débats autour d'atelier zéro déchets et tawashi, un défilé de mode en végétaux, un jeu de piste grandeur nature pour valoriser le patrimoine naturel et historique de la ville, etc. Montant de l'organisation : 6 617 euros, prestations 4 542 euros, personnel 2 224 euros et randonnée 117 euros.
- Les subventions :
- Anaïs Seytor, élève de Charles Coeffin : 200 euros
- Collège Matéliane : 600 euros Union sportive cycliste de Goyave 1 284,55 euros
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION