UNE

« Que Martinique et Guadeloupe soient plus tournées vers l'économie de la Caraïbe »

France-Antilles Guadeloupe 11.05.2015

1RÉAGIR

« Que Martinique et Guadeloupe soient plus tournées vers l'économie de la Caraïbe »
Pour le probème des sargasses, le chef de l'État a annoncé un plan de ramassage des algues d'un montant de 2,5 millions d'euros. (Wilfrid TÉREAU)

Morceaux choisis en 7 points de l'intervention de François Hollande en Martinique.

1- SOMMET CARAÏBE CLIMAT
« Ce qui s'est produit, ici à Fort-de-France, est un événement considérable. D'abord, ça a été le rassemblement de toute la Caraïbe, des chefs de gouvernement, des chefs d'État même, des ministres qui sont venus pour exprimer, à la fois, une très grave préoccupation : le dérèglement climatique qui peut engendrer cyclones et catastrophes et en même temps une volonté de se faire entendre et de proposer un certain nombre de solutions avec la France. La France organise à Paris cette conférence sur le climat. Je suis donc porteur de cet appel de Fort-de-France et je vais le traduire dans toutes les rencontres internationales que je vais avoir, au G7, à l'Assemblée générale des Nations Unies et au G20. Il y a toutes les craintes que le déréglement climatique se produise ici, dans la Caraïbe. L'appel de Fort-de-France est un appel du monde au monde pour qu'il y ait un accord à Paris, en décembre. »
2- PLAN SARGASSES DE 2,5 MILLIONS D'EUROS
« Le plan présenté par Ségolène Royal est un plan de ramassage des algues sargasses, ce n'est pas un plan d'éradication contre ce phénomène qu'on connaît mal. Il était très important de dégager des contrats aidés pour aider les communes. Mais, maintenant, nous allons passer à la 2e étape : faire travailler nos chercheurs et nos laboratoires pour savoir ce qui explique ce phénomène. Le troisième plan sera le traitement. On pourra utiliser ces sargasses pour valoriser nos déchets et les réintroduire dans l'économie circulaire, pour produire de l'énergie, mais nous n'en sommes pas encore là. Nous lutterons contre ce qui constitue une menace très sérieuse, y compris pour la santé de la population. Cela prendra du temps » .
3- AVENIR DE L'UNIVERSITÉ
« On a voulu que la Guyane puisse avoir sa propre université et donner davantage de moyens à l'Université de la Martinique et de la Guadeloupe pour que les Antillais puissent poursuivre un parcours d'excellence dans cette université. Je veux aussi qu'elle soit ouverte à l'ensemble de la Caraïbe pour faire venir tous les talents et on facilitera cette venue des étudiants de la région. Tous les textes vont être pris et les procédures engagées pour que l'université ait, non seulement, le statut qui est indispensable. J'ai ajouté aujourd'hui qu'il y aurait deux départements d'IUT, un en Martinique et un en Guadeloupe. »
4- CEREGMIA
« La justice est indépendante, elle travaille à son rythme, moi je préférerais qu'elle aille plus vite.
Quand il y a une doute, une suspicion, une interrogation, mieux vaut la lever ou, s'il y a un manquement aux règles, le sanctionner. (...) Il ne peut pas y avoir cette tâche sur l'université ou sur un laboratoire de recherches sans qu'ensuite, la vérité soit établie. »
5- FINANCEMENT DE LA COLLECTIVITÉ UNIQUE
« Les élus, avec la population, ont voulu cette collectivité unique. L'État n'a pas imposé ce schéma. Je pense que c'est un bon principe d'avoir fondu les compétences de la Région et du Département pour donner plus de forces, plus de moyens et plus de clarté. À partir de janvier 2016, avec les élus qui seront choisis par la population, nous allons faire en sorte de pouvoir accompagner, aider et déléguer. J'ai fait cette proposition avec la Région pour que, nous, État, puissions dire : est-ce que vous voulez d'autres compétences, d'autres habilitations, des expérimentations ? Et si l'État n'exerce plus ces fonctions, il sera légitime que la Région reçoive les dotations à sa place. » (...)
6- EMPLOI DES SENIORS
« La lutte contre le chômage est ma priorité. J'y ai mis beaucoup de moyens ici, en Martinique : emplois d'avenir, emplois aidés, faire en sorte que la défiscalisation soit pérennisée, clarifiée, simplifiée, que le CICE (Crédit d'impôt compétitivité emploi) pour baisser les charges puisse bénéficier d'un supplément pour les outre-mers. On va essayer de voir aussi avec la collectivité de Martinique comment élargir cette défiscalisation. Nous avons obtenu la baisse du chômage des jeunes mais on constate aussi une hausse du chômage des seniors. Nous devons, là aussi, mettre de l'activité, des emplois supplémentaires. Il est très important de mettre en place un plan de développement économique, avec des infrastructures, des investissements et c'est ce que j'attends dans le rapport avec la future collectivité. L'État sera là. »
7- COOPÉRATION RÉGIONALE
« Il s'agit d'avoir des projets communs à l'espace caribéen. On a donné l'exemple de la santé avec le cyclotron. Il y a des connexions, les ports qui peuvent être, en Martinique, mais aussi en Guadeloupe, des équipements qui puissent transporter des marchandises pour toutes les Antilles. Je veux que Martinique et Guadeloupe puissent être davantage tournées vers l'économie de la Caraïbe, de l'Amérique latine et de l'Amérique centrale. Je vais laisser une grande liberté à nos représentants des collectivités dans la coopération régionale. La diplomatie française suivra ce mouvement. C'est une chance considérable pour la France. Grâce à nos outre-mers, on peut rayonner sur une zone qui va s'ouvrir à nous. À Cuba et en Haïti, on regarde la France comme un voisin. Il est normal que la collectivité puisse représenter la France et que la France tire avantage de cette situation géographique extraordinaire. »
1
VOS COMMENTAIRES
  • mécréant - 17.05.2015
    Ce qui est le plus reproché au pdt de la république dans l'hexagone en particulier,et en génral c son manque de résultat,s'agissant du chômage auquel il en avait fait son engagement personnel,l'inversion de la courbe du chômage s'agissant de la Gpe avec son prédécesseur le taux du chômage était déjà en hausse,ça ne s'est malheureusement pas amélioré pendant les 3 premières années du pdt F.Hollande,le taux de chômage des jeunes gpéens environ 60% constat fait par le célèbre syndicaliste gpéen,qui le dénonce à chaque fois qu'il prend la parole.C sûr que Haïti regarde la Gpe,et pas seulement regarder car la communauté haïtienne est très importante en Gpe,et se trouve impliquée dans l'activité économique de la Gpe ce sont des acteurs économiques,Cuba n'a pas les mêmes intérêts en Gpe que son voisin haïtien !-Que la Gpe et la Mque soient plus tournées vers l'économie de la caraïbe,les gpéens devraient s'interroger question de compétitivité,c notre environnement naturel bien évidemment.
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION