ACTUALITé - SANTé

Chlordécone et précocité pubertaire : les médecins divisés

France-Antilles Guadeloupe 09.02.2018
F.-X. G., à Paris

0RÉAGIR

Chlordécone et précocité pubertaire : les médecins divisés
Le 21 janvier, sur Martinique 1ère, le pédiatre martiniquais Félicien Mbou indiquait qu'il avait observé depuis 20 ans une incidence de pubertés précoces de huit à dix fois plus élevée qu'en Hexagone. Il signalait ainsi avoir diagnostiqué un cas chez une jeune fille de deux ans et s'interrogeait alors sur le rôle du chlordécone dans cette précocité pubertaire, aux Antilles.
Dans l'édition en ligne du 1er février du magazine, de vulgarisation scientifique, Sciences et avenir, le Dr Luc Multigner, médecin épidémiologiste à l'Inserm et coordinateur depuis près de 20 ans de travaux sur les conséquences sanitaires de l'exposition au chlordécone aux Antilles, vient contredire son confrère. « Il n'existe aucune étude scientifique publiée ayant pu estimer l'incidence ou la prévalence de la puberté précoce aux Antilles » , affirme-t-il. Il se méfie aussi de la corrélation entre puberté précoce et chlordécone qui ne serait pas avérée scientifiquement aujourd'hui. « Il n'existe à ce jour strictement aucune étude scientifique publiée suggérant ou montrant un lien entre le chlordécone et la survenue de pubertés précoces, déclare à Sciences et avenir l'épidémiologiste. Qui plus est, la seule étude qui vise à aborder ces aspects est, la cohorte mère-enfant baptisée « ti moun » , en cours. »
Dans l'Hexagone, le professeur Charles Sultan, pédiatre spécialiste des perturbateurs endocriniens à Montpellier, estime que ces 20 dernières années, la puberté a avancé de 12 à 14 mois chez les petites filles. Son étude sur les pubertés précoces dans le sud de la France conclut une multiplication par dix des cas de pubertés précoces en 20 ans. Selon lui, plusieurs facteurs sont en cause, au premier rang desquels il place les perturbateurs endocriniens : bisphénol A, plastiques, pesticides, phtalates...
Pour l'heure, les seuls effets avérés du chlordécone seraient des dermatites, des cancers et des effets toxiques sur la reproduction ou le développement.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION