ACTUALITé - SANTé

Futur CHU : « Il nous faudra tenir les délais »

France-Antilles Guadeloupe 06.08.2018
Sarah BALAY

1RÉAGIR

Futur CHU : « Il nous faudra tenir les délais »
La construction du futur CHU devrait démarrer en janvier 2019. Les Lots A (terrassement), B (préparation du paysage), attribués à des entreprises locales, ont été achevés dans les délais. (Sarah Balay)

Préfet de région depuis fin mai, Philippe Gustin poursuit ses visites sur le terrain. Il s'est rendu sur le chantier du futur CHU, à Perrin aux Abymes.

Philippe Gustin, nouveau préfet de région, n'avait pas besoin de cette visite de terrain pour se sentir « rassuré » . Mais se rendre sur les lieux est toujours plus pertinent. Aux côtés de Valérie Denux, directrice générale de l'Agence régionale de santé (ARS), le préfet s'est rendu sur le site du futur CHU, à Perrin, aux Abymes.
« LE PLUS GROS PROJET ARCHITECTURAL »
Dans les locaux du futur bâtiment technique, les acteurs de la maîtrise d'oeuvre (Architecture-Studio, mandataire du projet, associé avec l'agence Alain Nicolas, Babel et Ingérop) ont exposé, plans et photos de synthèse à l'appui, les principales caractéristiques du « plus gros projet architectural et institutionnel jamais mis en oeuvre en Guadeloupe » .
600 MILLIONS D'EUROS
Mieux, l'un des plus gros projets d'hôpital de la République Française coûtant la modique somme de 600 millions d'euros. Un projet qui joue l'arlésienne depuis plus d'une décennie, mais que les Guadeloupéens espèrent voir enfin sortir de terre. L'attente est d'autant plus forte aujourd'hui, alors que le CHU subit, depuis huit mois, une crise de grande ampleur suite à l'incendie du 28 novembre. Alors que le plan de délocalisation partielle de l'hôpital se met en place, la pression est grande pour les autorités.
L'attente n'est plus permise, il en va de la sécurité sanitaire de toute une région. Membre du comité de pilotage du futur CHU, dont la dernière réunion remonte à juillet, le préfet est bien conscient de l'enjeu.
« CERTAINS DOUTENT DE CETTE RÉALITÉ »
« Tous, nous avons le souci de deux choses, précise-t-il. Tenir les délais et communiquer autour de ce projet. J'ai demandé à ce qu'on ait la possibilité de suivre avec des caméras l'évolution des travaux. Je peux comprendre que certains doutent de cette réalité. Or les faits sont têtus. Les premiers coups de pioche ont été donnés, on avance, il n'y a pas de retard pour le moment. Il faut juste espérer que l'on n'aura pas d'événements perturbateurs comme un cyclone ou autre » .
Pour rappel, le chantier de construction démarrera en janvier 2019 pour se finir fin 2021 si les délais sont respectés. Jusqu'à la fin de l'année 2018, le groupement désigné pour les travaux de construction et tous les acteurs de la maîtrise d'oeuvre, vont se réunir très régulièrement pour les études d'exécution.
Deux bâtiments sur le chantier
Deux structures vont être construites sur le chantier du futur CHU : un bâtiment technique de 1 300 m2 destinés à accueillir les équipes au cours de la construction.
PAS DROIT À L'ERREUR
La livraison est prévue pour octobre. Juste à côté, un site « témoin » va sortir de terre et sera détruit par la suite. « Il y aura une chambre d'hospitalisation, un bloc opératoire qui permettront à l'ensemble des acteurs de se projeter et de faire les calages nécessaires. Ce sera une très grosse boutique, donc il ne faudra pas faire d'erreur d'appréciation.
Mieux vaut les expérimenter » , a souligné le préfet, Philippe Gustin.
Un groupement pour le gros oeuvre
Le lot D « construction » , le plus important en termes de corps d'état mobilisés et de volume financier, a été attribué au groupement Pizzaroti/Sotradom.
Pizzarotti, entreprise italienne et mandataire du groupement, affiche une expérience spécifique dans le secteur de la construction d'établissements de santé en France comme à l'international.
Sotradom est une entreprise guadeloupéenne de référence, co-traitante du groupement. Pour assurer le chantier, le recrutement de 700 personnes sera nécessaire.
1
VOS COMMENTAIRES
  • renaud - 12.08.2018
    vantards
    comme me l'a dit mon cardiologue qui n'a pas encore 50 ans : je serais à la retraite quand il sera construit
    entre les entreprises locales n'ayant pas le matériel adéquat mais voulant une par du marché et un certain syndicat indépendantiste refusant la présence de constructeurs de l' état colonialiste, on n'est pas sortis des problèmes
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION