ACTUALITé - SANTé

La dengue s'installe doucement

France-Antilles Guadeloupe 04.12.2018
M.A.

0RÉAGIR

La dengue s'installe doucement
Joël Gustave : « C'est maintenant qu'il faut être efficace » .

Des cas isolés signalés début novembre, on est passé à de petits foyers, sans lien entre eux. Il est encore temps de se mobiliser.

C'est comme quand un incendie démarre : on peut l'éteindre assez facilement. C'est maintenant qu'il faut agir. » Joël Gustave, chef du service de lutte anti-vectorielle à l'Agence régionale de santé, est sur le pied de guerre, comme l'ensemble du service. Les derniers chiffres le confirment, la dengue progresse. À son rythme, sans flamber. Mais elle commence à s'installer. « C'est maintenant que les mesures de prévention peuvent être réellement efficaces. Chacun doit absolument se mettre en action contre les gîtes de reproduction. » Et quand Joël Gustave dit chacun, il parle des foyers, bien sûr, mais aussi des entreprises, des collectivités, des administrations.
Parce que l'Aedes Aegypti, le moustique vecteur, pique aussi pendant la journée, et qu'on peut donc être contaminé sur son lieu de travail. « Chaque foyer doit s'astreindre à repérer les gîtes, à les éliminer si c'est possible, ou à changer l'eau au moins une fois par semaine. Les dirigeants d'entreprises doivent surveiller leur environnement immédiat. C'est vrai notamment pour les entreprises de mécanique, qui stockent des pneus. » Quant aux collectivités, elles doivent exercer une surveillance renforcée des bâtiments communaux et des cimetières, et multiplier les efforts de suppression des encombrants et des VHU.
LA RÉGION S'INVESTIT
« Nous rencontrons en ce moment les collectivités pour les sensibiliser sur ce sujet, précise M. Gustave. La bonne nouvelle, c'est que la Région est prête à s'investir dans le ramassage et à intervenir de façon prioritaire auprès des foyers de dengue déclarés et auprès des sites sensibles, comme les écoles ou les zones à population dense. »
Ce n'est pas gagné. Les conditions climatiques sont favorables à une forte progression de la population de moustiques. « En octobre, les populations de moustiques ont fortement progressé. Elles ont diminué en novembre, sans doute parce que les pluies ont régulièrement lavé les gîtes. Mais maintenant, les gîtes sont en eau, et l'on risque d'assister à une nouvelle prolifération. » « À l'heure actuelle, nul ne peut dire si l'on passera en phase épidémique, reconnaît Joël Gustave. Mais ce qui est certain, c'est que tous les efforts que la population consentira maintenant seront payants. Ils permettront, au minimum, de retarder la progression de la maladie jusqu'à une période plus sèche, où les moustiques auront du mal à se reproduire. »
Chacun sait ce qu'il a à faire.
EN CHIFFRES
Au cours des semaines 46 et 47, le nombre de cas cliniquement évocateurs de dengue vus en médecine de ville a dépassé le seuil saisonnier, avec respectivement 100 et 106 cas.
Parallèlement, le nombre de cas biologiquement confirmés a augmenté. Depuis début octobre, huit cas ont été confirmés. Ils ont été identifiés sur cinq communes : 2 à Petit-Bourg, 1 aux Abymes, 1 à Baie-Mahault, 2 à Pointe-à-Pitre, 1 à Goyave et 1 à Port-Louis.
Le vecteur est omniprésent
Aedes aegypti est largement présent dans les maisons. Alors que la présence de larves n'est observée que dans 25 à 50% des maisons, la présence de moustiques adultes est mise en évidence dans 80 à 90% des habitations. Il suffit d'un résident négligeant pour faire prendre un risque de contamination à la moitié d'un quartier.
D'après les observations du service de lutte antivectorielle, le nombre de femelles par maisons a été particulièrement élevé en septembre et octobre, atteignant le deuxième niveau le plus élevé depuis la mise en place du réseau de surveillance des moustiques adultes. Il a diminué en novembre. Mais cette diminution est probablement transitoire et liée aux pluies continues qui ont lessivé certains gîtes larvaires. Les valeurs pourraient remonter en décembre.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION