ACTUALITé - SOCIAL

Barrage des marins pêcheurs : le préfet condamne

franceantilles.fr 14.02.2017

11RÉAGIR

Barrage des marins pêcheurs : le préfet condamne
Depuis 5h du matin, ce mardi, la circulation est impossible sur la RN1, en raison d'un barrage érigé par les marins-pêcheurs sur le pont de Sainte-Marie, à Capesterre-Belle-Eau. Selon le préfet, aucun préavis ni demande d’explications préalables n'ont été déposés. Le représentant de l'Etat dénonce également le refus des manifestants de prendre part à une réunion de concertation qu’il a lui-même proposée.
Les manifestants expriment leur inquiétude et leur mécontentement suite aux menaces de poursuite dont certains pêcheurs sont l'objet pour le recouvrement de cotisations d’allocations familiales. Les sommes à recouvrer atteignent 7,2 millions d’euros répartis sur 1 600 comptes débiteurs soit en moyenne près de 4 600 € par compte débiteur.
Le préfet condamne et invite au respect des engagements pris
Le préfet condamne avec la plus grande fermeté l’occupation de la voie publique et rappelle que l’entrave à la circulation constitue un délit dont les auteurs devront répondre devant l’Autorité judiciaire le cas échéant. Il indique qu’à l'issue d'une réunion tenue à Paris le 18 octobre 2016 entre les représentants de l'URSSAF Poitou-Charentes et les présidents des Comités des pêches outre-mer, les parties prenantes se sont mises d'accord sur les mesures suivantes :
- Suspension immédiate mais provisoire des poursuites par les huissiers de justice. Les instructions ont été données par l’URSSAF, notamment sur la main-levée des blocages de comptes bancaires.
- Les situations individuelles les plus délicates ont été signalées à l’URSSAF par les Comités des pêches.
- Fiabilisation des sommes dues pour les périodes antérieures à 2015. Pour examiner le droit à exonération, l’URSSAF a demandé les justificatifs fiscaux aux marins concernés, en relation avec les Comités des pêches.
- Pour les cotisations à compter du 01/01/2015, les situations seront examinées dossier par dossier avec un double objectif : la reprise du paiement des cotisations courantes, et l’établissement d’un moratoire pour les sommes restant dues.
- Les pêcheurs se sont engagés à mettre à jour leurs cotisations pour les années 2015 et 2016.
Suite à cette réunion, le Comité des pêches de Guadeloupe a signalé à l'URSSAF le cas de 196 pêcheurs impactés par la pollution des eaux côtières par le chlordécone. Il est également intervenu pour signaler les rares cas où la suspension des recouvrements décidée par l'URSSAF n'avait pas été mise en oeuvre.
Les pouvoirs publics restent attentifs à ce dossier et prêts à faciliter toute reprise du dialogue entre les représentants des pêcheurs et de leur caisse d'allocations familiales.

* URSSAF: Union de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d'allocations familiales


11
VOS COMMENTAIRES
  • Azouren - 14.02.2017
    C'est débile mais quotidien ...
    Quand on nous demande de s'exprimer dans les urnes, les résulats sont toujours catastrophiques.

    Conséquences, l'expression populaire s'exprime dans la rue.

    Les pays nordiques ont 1 siècle d'avance sur nous.

    "Débrouya pa péché" ; c'est terminé depuis très longtemps.
  • renaud - 14.02.2017
    ce préfet devrait être limogé pour ne pas avoir appliqué la loi et laissé la rue à des voyous fraudeurs et parasites
  • titi gwada - 14.02.2017
    undefined
    Il sont sérieux il paye pa leur dette et nous prennent en otages pour kon allège leur dette voila leur mentalité fo les saisir point car nous si on paye pa on bloque pa les rue et c pour sa qu'il on rien di au prefet tu m'étonne
  • Martin B - 14.02.2017
    Les citoyens n'attendent pas des préfets qu'ils "condamnent", ils attendent qu'ils agissent !
    Les préfets, représentants de l’État dans les Départements peuvent effectivement faire de la concertation (mot intraduisible en créole guadeloupéen) mais en premier lieu, leur rôle est d'assurer la libre circulation de tous les citoyens.
    Donc à chaque "barrage" (tous les 2 jours ici,) leur première activité devrait être légitimement de faire sauter instantanément les barrages pour le bien de tous et de voir ensuite avec les intéressés (généralement de très mauvaise foi) ce qu'ils peuvent envisager.
  • elsa - 14.02.2017
    Martins pêcheurs
    Ils nous emm… les Martins Pêcheurs... Qu'ils restent chez eux !
  • Karibé - 14.02.2017
    RAS-LE-BOL !
    art. L412-1 du code de la route : le fait d'entraver volontairement la circulation routière est puni de 2 ans d'emprisonnement et 4500 euros d'amende.

    il ne se passe pas 1 semaine sans que des voyous montent des barrages sur nos route et nous empêchent de circuler librement. C'est une atteinte intolérable à notre LIBERTE.

    Qu'attendent les autorités sévir ?! ... faudra t-il attendre qu'un automobiliste excédé sorte un fusil et tire dans le tas ???
  • Martin B - 14.02.2017
    Les menteurs cocagneurs
    L'année dernière, le très vilain Etat Fwansé Kolonianisss cherchant sans doute à limiter ses frais en cas de problèmes avec les bateaux de pêcheurs locaux, avait offert une balise de survie GPS.
    Las, pour l'obtenir il fallait faire une déclaration officielle.
    Et ce sont les mêmes pêcheurs de Bananier et de Capesterre qui se sont sentis outragés qu'on leur demande des preuves sur leurs revenus opaques.
    Quoi un pêcheur local devrait payer des impôts ?
    Il ne fonctionne qu'au black !
    Ici tout ne fonctionne que dans un sens.
    De l'état à ma poche sans aucune contre partie.
    Avouons que tous les citoyens adoreraient n'avoir que des avantages sans aucune obligation fiscale.
    Dans l'hexagone ce n'est qu'un rêve ...
    En Guadeloupe certains illuminés l'exigent manu militari en bloquant la route aux innocents qui veulent travailler normalement.
    Quand une île érige la corruption et le "j'm'en fous ben" ou le "tout pour ma gueu..e" en système faut-il s'étonner qu'elle ne fonctionne qu'à l'envers ?
  • siam - 14.02.2017
    Juste pour emm..un peu plus les gens qui n'ont strictement rien à voir avec ces pêcheurs, pécheurs vis à vis de l'urssaf
  • elsa - 14.02.2017
    K fé maneouvre
    Ils veulent quoi les MARTINS PECHEURS ????
  • iMandarinGriot - 14.02.2017
    L'Indonésien !
    Mon département a plusieurs séries télévisées en cours : les éleveurs, les agriculteurs, les pêcheurs, le Collectif de Défense Mobile. La scène culte de ces télénovelas est toujours la même : blocage de la route puis déblocage, seul le lieu change.
    Aujourd’hui c’est la série “ Marins-pêcheurs “ et le scénario bien rôdé se déroule sans à-coup. Je ne vous donne pas le “ Pourquoi ? “
    Maintenant, le MandarinGriot va vous décrire la réalité. Mes marins-pêcheurs ne savent pas qu’un pêcheur de tout temps n’est qu’un pauvre diable qui faute de terre pour cultiver ( les scandinaves, les bretons, les basques par exemple) va sur la mer.
    Et de nos jours c’est encore pire. La Floride et la Californie ont sacrifié sans état d’âme leurs marins-pêcheurs en faveur des ports de plaisances et des circuits de sports nautiques, les repoussant de plus en plus loin, en durcissant les lois et les contrôles. car ils ne sont pas rentables, ils mobilisent des espaces qui rapportent beaucoup dans les autres activités maritimes. En Europe, ils ne survivent qu’à coup de subventions.
    Je vais parler de l’Irlande qui inonde l’Europe de poissons à bas prix. Sur ses bateaux de pêche, des pêcheurs indonésiens avec un visa touristique à 7€/h contre 27€/h pour un irlandais. Et l’indonésien est content car chez lui, 7€ c’est pour le mois. Et dans les villages de pêcheurs d’Indonésie, leurs femmes deviennent chefs car ce sont les plus riches !







  • elsa - 14.02.2017
    On veut de l'eau !
    Vous avez oubliez les collectifs de défense des usagers de l'eau !!!
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION