ACTUALITé - SOCIAL

Les taxis menacent de bloquer la Guadeloupe

France-Antilles Guadeloupe 10.10.2018
Marc ARMOR

2RÉAGIR

Les taxis menacent de bloquer la Guadeloupe
Jocelyn Bourgarel, ici entouré de Me Démocrite et d'Honoré Capou (CSTG), a déposé plainte à l'encontre de Jean-Michel Jumez, sous-préfet de Pointe-à-Pitre. (Roberto Birhus)

Le conflit qui oppose les chauffeurs de taxi au port à propos de l'accès, autorisé, des voitures de transport avec chauffeur prend une nouvelle dimension. Le risque de blocage se précise.

On le croyait réglé, mais le conflit qui oppose les chauffeurs de taxi au port et à la sous-préfecture ressurgit. Alors qu'ils ont signé un accord le 5 octobre dernier, les chauffeurs de taxi, réunis en intersyndicale, pensent avoir été manipulés par le biais d'un document falsifié. Ils ont déposé plainte pour« usage de faux » contre le sous-préfet de Pointe-à-Pitre, Jean-Michel Jumez. Ils exigent des explications, faute de quoi ils bloqueront la Guadeloupe. Et même la Route du Rhum.
Le conflit date d'un an et touche à l'accueil des croisiéristes sur le terminal. À l'heure actuelle, le système - normalement transitoire - mis en place sur le port permet aux voitures de transport avec chauffeurs (VTC) de prendre en charge les croisiéristes au même titre que les taxis. Les chauffeurs de taxi arguent que les VTC devraient justifier d'une réservation préalable pour avoir le droit de circuler sur le port et d'y prendre en charge des clients. Vendredi 5, une réunion de concertation a eu lieu à la sous-préfecture. D'après Jocelyn Bourgarel, porte-parole de l'intersyndicale des taxis, « un mail » aurait été produit en cette circonstance - émanant d'André Dorso, haut fonctionnaire au ministère des Transports - indiquant que réserver l'accès du port au VTC à une réservation préalable serait « contraire à la liberté de circuler » . M.Bourgarel en a conclu que le ministère avait tranché en faveur des VTCet a donc entériné l'accord.
UNE PLAINTE CONTRE LE SOUS-PRÉFET
Mais, toujours d'après Jocelyn Bourgarel, un second mail, émanant de la même personne, envoyé à la même date et à la même heure, à la seconde près, a été produit lors de cette même réunion. Et ses termes sont différents, préconisant « la possession d'une réservation » par les VTC. De là à conclure que l'un des deux mails produits est un faux, il n'y a qu'un pas que les chauffeurs de taxi ont franchi. Ils ont donc déposé plainte à la gendarmerie pour « usage de faux » à l'encontre de Jean-Michel Jumez.
Il s'agit d'une « accusation grave » , Me Gladys Démocrite, avocate, conseil des taxis, le reconnaît. « C'est le tribunal correctionnel qui est compétent. La gendarmerie va devoir enquêter, jusqu'à la sous-préfecture et les deux copies de mails ont été placées sous scellés. » Aujourd'hui, alors que la saison de croisière va commencer, la situation est complètement bloquée. Convaincus d'avoir été manipulés, les chauffeurs de taxi n'accordent plus aucun crédit à Jean-Michel Jumez : « Aucun document qu'il présentera ne pourra être jugé crédible. »
Faute d'obtenir les explications qu'ils exigent, les chauffeurs de taxi sont prêts à bloquer la Guadeloupe, la croisière et « même la Route du Rhum » . Ils annoncent une mobilisation très prochaine : « Elle sera à la hauteur de l'affront » , affirme Jocelyn Bourgarel.
Convaincus d'avoir été manipulés, les taximen sont très remontés.
« Un strict respect de la légalité »
Contacté pour qu'il réagisse à la plainte qui le vise, Jean-Michel Jumez, sous-préfet de Pointe-à-Pitre, s'est montré plutôt serein. « Il ne s'agit pas d'un dossier qui devrait susciter une telle polémique, regrette M. Jumez. Tout ce qui a été proposé l'a été dans le strict respect de la légalité. »
Au sujet des mails mis en cause, le sous-préfet indique que c'est à la demande des participants à la réunion qu'il les a fait circuler. « Il s'agit d'extraits de mail » , précise Jean- Michel Jumez. Qu'il s'agisse de deux extraits d'un même mail répondrait à une partie des interrogations des chauffeurs de taxi sur la concomitance des dates et heures. « Nous sommes sortis de la réunion du 5 octobre avec un accord, conclut Jean-Michel Jumez. Aujourd'hui, toutes les conditions sont réunies pour que le système mis en place fonctionne. Je souhaite que nous puissions continuer à travailler sur le fond et dans la sérénité. »
2
VOS COMMENTAIRES
  • lenaif1 - 13.10.2018
    FAR WEST INDIES
    encore un zozo qui a eu son heure de gloire je suis décu de le voir avec celle qui créa le "mika déchainé" et qui occupa un poste important à la region il faut bien bouffer
  • renaud - 11.10.2018
    money money
    quand on voit les tarifs qu'ils pratiquent on préfère se passer d'eux
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION