ACTUALITé - SOCIéTé

LES ABYMES - Jonathan Lacavé implante la sophrologie dans les comités d'entreprise

France-Antilles Guadeloupe 11.08.2017
Nicolas LANCASTRE

0RÉAGIR

Jonathan Lacavé implante la sophrologie dans les comités d'entreprise
Lors de son passage aux Saintes, il a animé une séance avec des jeunes.

Depuis quelques jours, le sophrologue Jonathan Lacavé, originaire des Abymes et exerçant dans l'Hexagone, est en Guadeloupe pour plusieurs rencontres de groupes avec des comités d'entreprise et pour une formation aux futurs conducteurs.

Jonathan Lacavé, jeune Abymien qui a obtenu son bac scientifique au lycée de Baimbridge, est de retour en Guadeloupe après une longue formation en sophrologie suivie à Bordeaux et à Liège, en Belgique, où il réside.
Invité en Guadeloupe pour former les membres d'une toute nouvelle association de bien-être qui doit prochainement voir le jour , le jeune sophrologue en a profité pour répondre à la demande de plusieurs comités d'entreprise. Le choix de Jonathan pour cette spécialité découle de la passion que nourrit sa famille pour les nouvelles méthodes de développement personnel. La Guadeloupe est très ouverte à ces nouvelles pratiques, reconnaît-il.
« Ma rencontre avec les comités d'entreprise a mis en exergue beaucoup de questions sur la gestion du stress et les problèmes cardio-vasculaires. Il est vrai que la gestion du stress peut aider le sujet sensible à éviter certains problèmes de santé. C'est la raison pour laquelle, à Liège, j'ai participé à de nombreuses interventions en groupe auprès de patients en état de revalidation cardiaque suite à un AVC. Il s'agit de leur apporter des conseils hygiéniques leur permettant de mieux lutter contre le risque de nouveaux accidents de ce type. »
DÉPASSER SES PEURS
Avec les plus jeunes, dont des étudiants, il a beaucoup été question de la maladie de l'alexithimie, qui est une incapacité à ressentir certaines émotions ou une grande difficulté à verbaliser un ressenti. Il est souvent vécu comme un malaise que le sujet n'arrive pas à définir d'où le célèbre dicton, « j'ai une boule à l'estomac » .
La semaine dernière, il a rencontré les élèves d'une auto-école et des groupes de jeunes aux Saintes pour une séance de sophrologie active qui traitait du stress qui emprisonne le jeune dans la peur de perdre.
Par exemple, la peur d'échouer le jour d'un examen de conduite, va amener le jeune à construire dans son subconscient un mur qui va se dresser contre sa volonté de bien faire. La peur diminue petit à petit les forces de l'intéressé et finit par se dresser contre ses propres capacités à réussir.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION