ACTUALITé - SOCIéTé

Vieux-Bourg, tranquille et authentique

France-Antilles Guadeloupe 09.08.2017
Martin T. LAVENTURE

0RÉAGIR

Vieux-Bourg, tranquille et authentique
Excentré sur la carte, Vieux-Bourg passe pour un village authentique, mais quelque peu oublié des circuits touristiques.

À l'intérieur des terres mornaliennes, Vieux-Bourg/Morne-à-l'Eau est un quartier à part. Les puristes Vieux-Bourgeois diront que c'est un bourg. Il y a une église, une école, une place mais... pas de mairie.

Jusqu'au début du XIXe siècle, Vieux-Bourg était le centre de la commune, le moteur de l'activité économique mornalienne.
Depuis, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts. Cette bourgade de pêcheurs et d'agriculteurs, à l'origine, vit désormais dans une certaine torpeur. « Il n'y a que les vieux pour tenir le quartier » , remarque Alex, qui habite à deux pas de l'église accrochée à la colline. Ce Vieux-Bourgeois qui vient tout juste de fêter son trentième anniversaire regrette l'absence de perspectives dans cette localité.
« Pourquoi laisse-t-on ce quartier mourir ? Vieux-Bourg pourrait être l'un des coins les plus recherchés de Guadeloupe, si on avait pensé à réhabiliter le centre. La piscine naturelle, qu'on ne retrouve nulle part ailleurs, est laissée à l'abandon, tout comme le port... On a parlé de construire une marina avec des dizaines d'anneaux. Où en est ce projet ? » , interroge Alex. Vieux-Bourg souffre certainement de sa position géographique excentrée : une impasse, un appendice sur la carte. Pour y aller, il faut vraiment vouloir connaître les lieux.
Les regards nouveaux découvriront alors un village authentique, avec son port de pêche et ses pêcheurs qui ramènent du bon poisson et des fruits de mer très prisés par les acheteurs qui, pour beaucoup, y ont leurs habitudes. On ne peut que s'émerveiller devant la « piscine communale » peu profonde, remplie d'eau de mer, tapissée de galets et d'algues où les enfants aiment nager avec les poissons.
LA PLAGE DE BABIN ET SES BAINS DE BOUE
Ce bassin qui suscite toutes les curiosités est, lui aussi, délaissé. Désormais, les jeunes viennent rarement s'ébattre dans cette eau. Mais à Vieux-Bourg, il n'y a pas que ce bout de façade maritime qui autorise de belles balades dans la mangrove, notamment vers les îlets du Grand Cul-de-sac marin.
Quelques kilomètres en amont, la plage de Babin est la « star » du quartier. Jadis fréquentée uniquement par les habitants de la commune, la plage que l'on atteint après avoir cheminé entre mornes et savanes, connaît un succès et une réputation qui ont largement dépassé le territoire. La vase de boue grise au fond de l'eau de mer attire de nombreux baigneurs depuis la fin des années 1990. On lui prête de nombreuses vertus.
Vieux-Bourg, belle campagne plantée de nombreux jardins, de cannes, d'ignames et de patates a une belle carte touristique à jouer. Tous les Vieux-Bourgeois en sont convaincus.
« On se prend par la main »
Nadia est la marchande ambulante de légumes préférée des Vieux-Bourgeois. Pour vendre sa marchandise, depuis 20 ans, elle roule inlassablement avec sa camionnette dans tous les coins et recoins du quartier.
« Vieux-Bourg est un quartier sympathique et calme. Je suis bien placée pour le dire, car je suis en contact régulier avec sa population. Ces 20 dernières années durant lesquelles j'ai découvert l'endroit m'ont permis de voir des gens accueillants et « cash » . Ici, il n'y a pas de faux-semblants. On vous accepte comme vous êtes et il faut aussi les accepter comme ils sont... Le Vieux-Bourgeois ne se laisse pas marcher sur les pieds. On y vit comme dans une grande famille. Tout le monde se connaît. Le fait d'être excentré par rapport au bourg de Morne-à-l'Eau me laisse penser qu'ici on se prend davantage par la main. On a appris à se débrouiller tout seul, c'est ce qui fait la force d'un quartier. À mon avis, le secteur à de nombreuses richesses, la plage de Babin, le port qui pourrait être aménagé en marina, la piscine naturelle qui est une curiosité... Tout ça me semble insuffisamment exploité. »
« Les jeunes partent... »
Keithleen est étudiante. Ses parents et ses grands-parents sont originaires du quartier qu'elle retrouve avec grand plaisir pendant les vacances.
« On constate une nette baisse quant aux animations. Les rues sont désertes et la piscine naturelle, qui fait le bonheur des gens d'ici, n'est plus le lieu où l'on se retrouve. Je me souviens que quand j'étais plus petite, pendant les vacances, le centre de Vieux-Bourg grouillait de monde qui venait de partout acheter du poisson. Ce n'est plus trop le cas maintenant. Les jeunes partent, ceux qui restent et qu'on peut voir sur la place en face, près de la station d'essence, sont là, sans activité. Ce n'est pas bon. À mon avis, il faudrait réhabiliter certaines choses à Vieux-Bourg. Donner un coup de neuf à la piscine naturelle en l'aménageant, de façon à ce qu'elle attire à nouveau des baigneurs. Un bon nettoyage du fond du bassin ne serait pas de trop, même si l'eau qui vient de la mer, nous dit-on, est propre. Il faudrait penser à des structures qui attirent la jeunesse. Ici, il y a une petite base nautique, mais ce n'est pas suffisant. »
« Le quartier se vide »
Nicaise vit tranquillement au bord de l'eau, où elle écaille ses poissons. Elle a grandi à Vieux-Bourg avant de partir travailler dans l'Hexagone, comme beaucoup d'Antillais, mais « le pays [lui] manquait et Vieux-Bourg aussi » . Femme au tempérament bien trempé, Nicaise jette un regard mi-enjoleur, mi-critique sur son quartier.
« Je ne me voyais pas habiter ailleurs qu'à Vieux-Bourg. Nous avons une belle plage, Babin, que beaucoup envient. Les gens sortent de loin pour venir goûter aux bains de boue. Vieux-Bourg est intimement lié à la mer, où on trouve du bon poisson. D'ailleurs, l'activité phare était la pêche. Malheureusement, au fil des années, on constate que le nombre de pêcheurs enrôlés a baissé. Les jeunes ne veulent plus faire cette activité. Le quartier est en train de se vider. Les Vieux-Bourgeois en âge de travailler vont vivre ailleurs. Pour certains, ils ne peuvent pas faire autrement, car les autorités n'ont pas cru bon de construire des habitats collectifs ici. Les gens vont là où ça se passe, c'est-à-dire au bourg de Morne-à-l'Eau, aux Abymes ou au Moule. Il y avait un projet de RHI donnant sur la façade maritime, mais des voix se sont élevées pour empêcher la réalisation de ce programme. C'est bien dommage. On aurait pu profiter de cela pour garder notre population. Maintenant, on en paie les conséquences. Une école maternelle va fermer et, depuis quelques mois, un collectif est en guerre contre La Poste. Il réclame le maintien d'un vrai bureau de poste, alors que la direction veut alléger les services. Il y a toujours eu une agence ici. Je me souviens, c'était un agent de la commune, payé en partie par la Poste, qui faisait le travail. Vieux-Bourg devrait mieux s'organiser pour ne pas devenir un quartier fantôme. »
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION