ACTUALITé - SPORTS

ESCRIME - Anita BLAZE : « J'ai pensé tout arrêter »

France-Antilles Guadeloupe 17.03.2017
Thibaut DESMAREST

0RÉAGIR

Anita BLAZE : « J'ai pensé tout arrêter »
(Fédération française d'escrime)

Blessée au dos pendant un an, Anita Blaze a dû suivre les JO depuis son canapé. À deux doigts de stopper sa carrière, la Guadeloupéenne a finalement repris goût à la compétition et sera alignée, dès ce vendredi sur le Grand Prix de Los Angeles.

Tous les matches, toutes les armes, « tout, tout, tout » . Anita Blaze n'a rien manqué des performances de ses camarades guadeloupéens aux Jeux Olympiques de Rio, en août. Sur son canapé, devant son téléviseur, la Baie-Mahaultienne a pu savourer, à distance, la médaille d'or par équipe de Yannick Borel et Daniel Jérent à l'épée, comme l'argent décroché par Enzo Lefort et Jean-Paul Tony Helissey au fleuret. Mais subir, aussi, la désillusion de son amie d'enfance Ysaora Thibus (fleuret, n°4 mondial), éliminée trop tôt en individuel, dès les quarts de finale.
Dans ce sport, qui gagne encore à être médiatisé, les JO pointent forcément comme l'aventure d'une vie. L'objectif suprême. Il y a deux ans, sur la terrasse de la maison familiale, Anita nous confiait d'ailleurs avoir placardé la carte du Brésil sur le fond d'écran de son smartphone. Elle rêvait d'une médaille. « Bien sûr, j'aurais aimé y être. Ça a été une grosse déception, mais ce n'était pas une question de mauvais résultats, c'est juste que je n'avais pas pu jouer ma carte, se console-t-elle. Je l'ai su dès la fin 2015. J'ai eu le temps de l'accepter. »
LE SOUTIEN D'YSAORA THIBUS
Un an de traversée du désert. Loin des podiums, des coupes du monde et des voyages aux quatre coins du globe. Des joutes éternelles, aussi, avec ses rivales russes et italiennes. « Une année de galères, passée entre les mains des kinés » . Massages et repos forcé pour soigner une hernie discale. Mais pas d'opération. « Je me sens mieux. Je n'ai plus mal en tout cas. Je crois que cette fois, c'est bon » , prophétise-t-elle, avant de croiser le fer à Long Beach (Californie), aujourd'hui et demain, en individuel. Pour son retour en piste le 4 novembre, à Saint-Maur (Val-de-Marne, lire ci-contre), Anita Blaze s'incline d'une petite touche face à la n°1 mondial Arianna Errigo (15 - 14). Suffisant pour croire de nouveau en elle. « Je me disais : « Est-ce que je vais retrouver mon niveau ? Est-ce que ce ne sera pas trop dur ? Sincèrement, j'ai pensé tout arrêter. J'en avais marre, se souvient la championne, d'un caractère plutôt négatif. Je me soigne! Heureusement, ma famille et mes amis m'ont beaucoup parlé. « Ysa » aussi. Elle m'a dit que je ne pouvais pas arrêter comme ça, qu'on avait encore plein de choses à vivre ensemble, qu'elle voulait avoir une médaille aux Jeux avec moi. Ça m'a beaucoup touché. »
« LES PLACES SONT CHÈRES »
Un podium sur lequel elles sont remontées toutes les deux, le 13 janvier, en s'adjugeant le bronze par équipe à la Coupe du monde d'Alger, avec Jéromine Mpah-Njanga et Pauline Ranvier. « J'avoue que ça me manquait. J'appréhendais tellement mon retour » , glisse Anita, vice-championne de France 2015, qui aimerait désormais décrocher son premier métal en individuel, sur une compétition internationale. « Je n'ai pas encore complètement retrouvé mon escrime, d'autant que maintenant, j'ai un souci à la hanche, peste-t-elle. J'aimerais déjà bien figurer à Los Angeles, car ça rapporte pas mal de points. » Et espérer ainsi une sélection avec l'équipe de France pour les Mondiaux et les « Europe » à venir (1). « Sinon, tant pis. Je prends cette saison comme une année de transition, mais je dois quand même faire des résultats car les jeunes poussent. Les places sont chères et beaucoup ont fait leurs preuves pendant mon absence. »
À 26 ans, « Doudou Dynamite » devra vite refaire parler la poudre pour attirer les projecteurs, à trois ans des Jeux de Tokyo. Car sans sponsors, les frais de déplacements pèsent toujours aussi lourd sur les épaules de son club et de sa famille. La face cachée du quotidien d'Anita et de beaucoup de sportifs de haut niveau. Derrière le masque.
(1) « Europe » : en juin en Géorgie. Mondial : en juillet en Allemagne.
SA SAISON
Coupes du monde
- Gdansk (Pologne), le 3 février Ind. : tableau de 16 (14e).
- Alger (Algérie), le 13 janvier Ind. : tableau de 64 (35e).
Par équipe. : médaille de bronze.
- Saint-Maur (France), le 4 nov. Ind. : tableau de 32 (25e).
 
Grand Prix
- Turin (Italie), le 2 décembre Ind. : tableau de 64 (51e).
BIO EXPRESS
Anita BLAZE
Née le 29 oct.1991, aux Abymes. Club : Aubervilliers. 1,69 m, 60 kg.
Palmarès - Champ. du monde
2015 : 3e par équipe à Moscou.
2013 : 2e par équipe à Budapest.
Championnats d'Europe
2015 : 3e par équipe à Montreux.
2013 : 2e par équipe à Zagreb.
2012 : 2e par équipe à Legnano.
Champ. de France. 2015 : double vice-champ. à Marseille.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION