ACTUALITé - SPORTS

LES 40 ANS DE LA ROUTE DU RHUM DESTINATION GUADELOUPE - Chipotel taille grand large

France-Antilles Guadeloupe 09.03.2018
Sylvain PIGEAU

0RÉAGIR

Chipotel taille grand large
(S.P.)

Après sa 19e place de la Mini-Transat en 2015, Carl Chipotel ne pensait pas participer un jour au Rhum. Le Saintannais sera finalement au départ à Saint-Malo, le 4 novembre, avec un projet en harmonie avec ses valeurs.

À l'arrivée de la Mini-Transat en 2015, à Pointe-à-Pitre, Carl Chipotel ne pensait pas prendre un jour le départ de la Route du Rhum. Mais la course au large est souvent une affaire d'opportunités, de rencontres et parfois de hasard. « On s'est connus à cette époque car un propriétaire m'avait prévenu qu'un Guadeloupéen se lançait dans la Mini. Ça m'a intéressé et j'ai donné un coup de main à Carl. Je lui ai alors dit qu'à mettre le doigt dans cette épreuve, il finirait sur le Rhum » , raconte, avec malice, Philippe Cairo (voir ci-contre). « Pipo » avait vu juste et voici, trois ans après, Chipotel embarqué pour le plus grand défi de sa longue carrière de marin.
Un projet à 90 % guadeloupéen
Un challenge qui se transforme en une aventure humaine à taille guadeloupéenne, après avoir récupéré le bateau de Philippe Fiston, deux fois « finisher » du Rhum (2010 et 2014). « Ce n'est pas un bateau de dernière génération, pas le plus rapide mais un bateau fiable, valable, avance Carl Chipotel. Mais surtout, 90 % de la préparation viendra des compétences et du savoir-faire d'entrepreneurs de la région. C'est l'axe fort du projet. Je ne suis pas seul, il faut que mes actions aient un sens et soient profitables aux autres. » Des mots forts pour le pompier, chef du centre de secours des Abymes, qui expose son projet et trouve dans cette transatlantique un moyen de valoriser son sport et d'ouvrir davantage le nautisme au grand public, tout comme les savoirs-faire locaux. « Par exemple, toute la nourriture embarquée sera guadeloupéenne. Nous allons trouver un moyen ensuite de la déshydrater et de la conditionner » , explique Chipotel qui s'est entouré notamment de Widdy Grego, champion guadeloupéen d'ultratrail. « Widdy est spécialisé dans la fabrication de kassaves. Il a également une grande expérience dans les longs raids en solitaire et notamment dans le désert africain. En quelque sorte, nos destins se ressemblent. »
Top 25 en vue
Compétiteur dans l'âme, le Saintannais n'oublie pas le classement sur ce Rhum 2018. Conscient des limites de son bateau « Pèp Gwadloup » , Carl Chipotel espère apercevoir le Mémorial ACTe dans la première moitié de la Class 40, sur une cinquantaine de partants. « J'ai du mal pour le moment à faire une estimation chiffrée. Je veux faire la meilleure course possible, me battre et ne pas casser. »
Avec la Mini-Transat comme seule référence en transatlantique, Carl Chipotel reste conscient des différences entre les deux courses. « Les manoeuvres sont plus longues et plus physiques. Mais la sensation d'être prisonnier de son bateau alors qu'on a la liberté générée par l'immensité de la mer reste la même. » Une dimension philosophique qui s'ajoute au caractère légendaire de la course.
En préparation, Carl Chipotel s'alignera notamment sur la Normandy Channel Race du 24 mai au 3 juin, à Caen, avec Sydney Gavignet (5e en Ultime du Rhum 2014).
@SylvainPigeau
Un marin, une équipe
( S.P.)
Philippe Cairo (à d.), Ricardo Mambol, Widdy Grego, Claude Bistoquet, Tony Élise et le chanteur Sadik sont les principaux membres de l'équipe de Carl Chipotel. Après avoir travaillé notamment avec Ellen MacArthur et Armel Le Cléac'h, Philippe Cairo, Guadeloupéen installé en Bretagne depuis 20 ans, sera le bras droit privilégié de Chipotel pour cette aventure. « C'est un projet simple. Le but est que la voile se développe en Guadeloupe. C'est un bateau de l'archipel qui va faire l'aller-retour. Carl s'y est pris suffisamment tôt pour entrer dans un programme de préparation. Mon rôle va au-delà de celui de préparateur. Je suis plutôt « team manager car j'ai une vision globale du projet, aussi bien en communication qu'en technique. Aussi, c'est important de montrer qu'on est capable, en Guadeloupe, d'armer et d'équiper totalement un bateau en Class 40 pour le Rhum. »
BIO EXPRESS - Carl CHIPOTEL
42 ans. Débuts dans la voile à 16 ans. Président de l'Association Nautique de Sainte-Anne. Palmarès : vice-champion de Guadeloupe de planche à voile. 10 participations au TGVT depuis 2005. 19e (16 j. et 23 h) de la Mini-Transat 2015.
En chiffres
200 000
En euros, c'est le budget total du projet, bouclé pour le moment à 50 %.
1 200
En milles nautiques, c'est la distance nécessaire pour se qualifier pour la Route du Rhum. Carl Chipotel validera sa participation lors d'une transat « en libre » en direction de Lorient, mi-avril, qui lui permettra aussi de convoyer son bateau en Bretagne.
LA ROUTE DU RHUM FÊTE SES 40 ANS
Créée en 1978, sous l'impulsion de Michel Etévenon, La Route du Rhum-Destination Guadeloupe relie, depuis dix éditions, Saint-Malo (Bretagne), à Pointe-à-Pitre, et regroupe sur une même ligne de départ les plus grands marins. De la victoire de Mike Birch sur son petit trimaran jaune lors de la première édition, à l'arrivée époustouflante de Loïck Peyron sur son multicoque géant lors de la dixième, en 2014, en passant par le sacre de Florence Arthaud en 1990 ou le doublé de Laurent Bourgnon en 1994 et 1998, le Rhum a laissé des images fortes dans la mémoire de tous les Français. Dimanche 4 novembre, l'épreuve organisée tous les quatre ans par OC Sport Pen Duick, fêtera ses 40 ans.
LE CHIFFRE 3 542
C'est la distance en milles nautiques que vont devoir parcourir les navigateurs, soit un total de 6 559,7 kilomètres.
Ville de départ : Saint-Malo (Bretagne).
Ville d'arrivée : Pointe-à-Pitre.
LES CATÉGORIES
- Ultime : multicoques de 60 pieds et plus.
- MULTI50 : multicoques de 50 pieds
- IMOCA : monocoques de 60 pieds.
- CLASS40 : monocoques de 40 pieds.
- RHUM multicoques : entre 39 et 59 pieds et ne pouvant entrer dans une classe définie ci-dessus.
- RHUM monocoques : entre 39 et 59 pieds et ne pouvant entrer dans une classe définie ci-dessus.
Le nombre d'inscrits est limité à 120.
2014 DANS LE RÉTRO
- Ultime
1er : Loïc Peyron - Banque Populaire VII en 7 j. 15 h 8'32 »
- Imoca
1er : François Gabart - Macif en 12 j. 4 h 38'55 »
- Multi 50
1er : Erwan Leroux - FenêtreA Cardinal en 11 j. 5 h 13'55 »
- Class40
1er : Alex Pella - Tales II en 16 j.17 h 47'8 »
8e. Damien Seguin - ERDF en 18 j. 9 h19'21 »
22e. Dominique Rivard - Marie-Galante en 20j. 23 h 19'46''
26e : Rodolphe Sépho - Voiles 44 en 21 j. 18 h 33'11 »
27e : Philippe Fiston - Ville de Sainte- Anne en 22 j. 6 h 4'48 »
28e : Nicolas Thomas - Guadeloupe Grand Large en 23 j. 18 h 32'8 »
- Rhum
1er : Anne Caseneuve - Aneo en 17 j. 7 h 6'3 »
6e : Willy Bissainte -Tradysion Gwadeloup en 21 j. 15 h 34'2 »
12e : Luc Coquelin - Guadeloupe Dynamique en 26 j. 7 h 7'17 »
En gras, les Guadeloupéens.
L'Akilaria RC2 de Philippe Fiston
Le Class 40 que barrera Carl Chipotel n'est pas un inconnu du Rhum. Le RC2 a en effet participé à deux éditions, en 2010 (bateau neuf) et 2014, avec Philippe Fiston. Le Saintannais avait terminé 24e de la classe la première fois (21 j. et 2h) et 27e en 2014 (22 j. et 6 h). Les embarcations de la classe 40 sont définies par une jauge. Elles ne doivent notamment pas dépasser 12,19 m de long, 4,5 m de large, 3 m de tirant d'eau et 115 m2 de voile.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION