ACTUALITé - SPORTS - FOOTBALL

EN COURS - L'Aiglon peut-il créer l'exploit à Orléans ?

France-Antilles Guadeloupe 05.01.2019
Mathurin Mayoulika

1RÉAGIR

L'Aiglon peut-il créer l'exploit à Orléans ?
De gauche. à droite : Fred Cordier (entr. de gardiens) ; Eric Civault (entr. adjoint), Jean-Marc Civault (entr), Rodolphe Notte (entr). (Léonce Bertot/France-Antilles)

Si le défi s'annonce compliqué pour le seul club ultramarin encore en lice en coupe de France, l'envie de poursuivre l'aventure en 16e de finale pourrait l'aider à surmonter l'écueil que représente Orléans (L2) ce matin (10 heures, aux Antilles).

Huygues-Des-Etages (Léonce Bertot/France-Antilles)
Ursulet (Léonce Bertot/France-Antilles)
Civault (Léonce Bertot/France-Antilles)
Félicitet (Léonce Bertot/France-Antilles)
Berdix (Léonce Bertot/France-Antilles)
Jaubert (Léonce Bertot/France-Antilles)
Banal (Léonce Bertot/France-Antilles)
Neara (Léonce Bertot/France-Antilles)
Goron (Léonce Bertot/France-Antilles)
Criffard (Léonce Bertot/France-Antilles)
Brunel (Léonce Bertot/France-Antilles)
C'est aujourd'hui que l'Aiglon affronte Orléans. Le groupe entraîné par Jean-Marc Civault a son destin entre ses mains. Vainqueur de Poitiers (N3), puis de Sainte-Geneviève (N2), il voit le niveau augmenter encore avec Orléans (L2).
Le destin a voulu que ce soit Orléans au lieu de Nantes, Lyon ou Montpellier. Certainement pour permettre à Jean-Marc Civault de se rattraper. On se souviendra qu'aux commandes du Club Franciscain (2014-2015), il avait échoué à ce stade de la compétition face au FC Nantes (4-0).
Tout en apportant son expérience aux sang et or, le technicien voudra sans doute faire table rase du passé. Déjà parce que les effectifs ne sont pas les mêmes, les matches se suivent et ne se ressemblent pas. Et puis, comme il aime à le dire « sur un match tout est possible » .
Encore faudra t-il ne pas encaisser de but durant les 45 premières minutes.
TENIR DEJA 45 MINUTES
« On devrait démarrer à un ou 2 changements près avec l'équipe qui a affronté Sainte-Geneviève, ça dépendra au réveil de l'état de forme de chacun. Si tout le monde est à 100%. Comme on dit la nuit portera conseil. Tout est possible, ce ne sera pas facile mais c'est un match de coupe. Et en Coupe les petits peuvent battre les gros ? » , déclarait, hier en début de soirée, l'entraîneur lamentinois après l'ultime entraînement de ses joueurs sur un terrain en herbe cette fois, après le synthétique
Possible de tenir tête à l'adversaire pendant 90 minutes. Même 120. Possible d'aller jusqu'à la fatidique séance des tirs aux buts. Et qui sait ? Possible de marquer avant. Pour réaliser l'exploit, il n'y a pas de secret. L'Aiglon devra s'appuyer sur ce qui fait sa force. Une défense articulée autour d'Arnaud Huygues-des-Etages, avec Ambroise Félicitet ou encore Yoan Civault. Un milieu de terrain dans lequel rayonne son capitaine Jean-Manuel Nédra. Et puis une attaque, au sein de laquelle José Goron et Maël Criffar auront leur mot à dire. La recette a fonctionné déjà, il n'y a pas de raison que la machine s'enraye. Orléans qui évoluera sur son terrain, partira avec les faveurs du pronostic. 11e en championnat, les pensionnaires du stade de La Source ne voudront pas se laisser conter fleurette, par leurs modestes adversaires. D'autant plus qu'au tour précédent, ils ont éliminé l'US Cheminot de Paray Foot (R1), 4-0. Vainqueurs en déplacement de Béziers (2-1) juste avant la trêve les hommes de Didier Olle-Nicolle, dans lequel figure le milieu de terrain d'origine martiniquaise Thomas Ephestion (ex-Marseille et Lens), devraient préparer avec sérieux cette rencontre. Surtout avant de recevoir sur ce même terrain vendredi prochain le leader de la Ligue 2, le FC Metz. Lequel les avait étrillés 5-1 à l'aller.
Les équipes probables
ORLEANS
Gardien : Renault.
Défenseurs : Furtado, Demoncy ou Droehnle, Bouby, Lecoeuche.
Milieux : Demoncy ou Ephestion, Lopy, Avounou.
Attaquants : Ziani, Tell, Lauriente.
Remplaçants : Gallon, Pinault, D'Arpino, Droehnle ou Ephesion, Perrin, Benkaïd, El Khoumisti.
Suspendus : Cissokho, Mutombo, Le Tallec, Cambon.
Entraîneur : Didier Ollé-Nicolle
 
AIGLON :
Gardien : Huygues-Des-Etages
Défenseurs : Ursulet, Civault, Félicitet, Berdix
Milieux : Banal, Jaubert
Attaquants : Nédra, Goron, Brunel - Criffard.
Remplaçants : Rose, Cadol, Bocaly, Berton, Rochambeau.
L'Aiglon, le 6e club martiniquais
Six clubs martiniquais ont déjà atteint le stade des 32e de finale de la Coupe de France depuis qu'elle a été ouverte aux clubs de l'élite des départements d'Outremer lors de la saison 1961-1962 : le Golden Star, le Good Luck, le Club Péléen, le Club Franciscain (à 3 reprises), la JA Trénelle et l'Aiglon. L'épreuve a souvent changé de formule au fil des années.
Durant 12 ans, les vainqueurs respectifs des Antilles s'affrontaient et le vainqueur disputait les 64e de finale.
Ouverte à tous les clubs des départements d'Outremer, au début de la saison 1973- 1974, l'épreuve n'a ensuite plus offert de confrontations inter-antillaises.
Au début de la saison 1993-1994, la Fédération Française décide d'avancer d'un tour l'arrivée des clubs ultramarins dans la compétition. Depuis la nouvelle formule, seuls donc le Club Franciscain et l'Aiglon ont éliminé deux formations de l'Hexagone pour atteindre le cap des 32e.
1
VOS COMMENTAIRES
  • bokit2 - 05.01.2019
    Injuste
    L aiglon a fait mieux que se défendre, surtout en seconde periode ,notamment en ratant la balle fe match à la 83 ième, les orléanais aurait pu le faire bien avant aussi.Le pénalty flagrant refusé par monsieur l arbitre aux lamentinois est scandaleux
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION