ACTUALITé - SPORTS - FOOTBALL

BASSE-TERRE - La Gauloise tire la sonnette d'alarme

France-Antilles Guadeloupe 04.11.2018
Fl.B.

0RÉAGIR

La Gauloise tire la sonnette d'alarme
En plus de devoir accueillir à Bouillante, le club basse-terrien se doit d'honorer ses matchs dans tout le département, si bien qu'il est aujourd'hui au bord de l'asphyxie.

L'équipe de la Gauloise, club de foot de Basse-Terre, doit recevoir ses adversaires sur le stade de Bouillante, ce qui plombe fortement le budget du club. Robert Procida, le président, fait part de son inquiétude.

La Gauloise de Basse-Terre, unique club de la région à demeurer en R1, souhaite cette saison jouer ses matchs à domicile, au stade de Rivière-des-Pères, à Basse-Terre, l'après-midi. C'est cette requête qui a été adressée au président de la Ligue guadeloupéenne de football (LGF), Jean Dartron. « Nous lui demandons, en effet, dans sa grande bienveillance, de réviser la programmation de nos matchs à domicile afin que nous ne soyons plus contraints de jouer en nocturne à Bouillante. Ces déplacements sont forts onéreux pour un club qui, bien que légendaire, n'en a pas les moyens financiers. L'organisation de ces déplacements pose de nombreuses difficultés à l'équipe. De surcroît, les supporters et le public, en dépit de leur passion pour le foot, ne peuvent être au rendez-vous. Cela entraîne une perte de recettes non négligeable. Ces éléments, entre autres, justifient notre demande au président de la LGF » , explique Robert Procida.
CARTON JAUNE À LA CAGSC ?
Dans le même courrier, les « verts et rouges » sollicitent également le président de la LGF, afin qu'il puisse inciter la communauté d'agglomération Grand sud Caraïbe (CAGSC) à procéder à la mise aux normes du terrain de Rivière-des-Pères, en vue de son homologation.
« Le président de la LGF est un homme d'engagement et de convictions, ayant de grandes ambitions pour le développement et l'excellence du football dans notre territoire, insiste le président Procida. Nous comptons sur son appréciation de la situation pour permettre à Basse-Terre de garder une vie sportive, dynamique et prometteuse. »
Une chose est certaine, les associations sportives des nombreuses disciplines du chef-lieu, ne sont pas sur un pied d'égalité d'avec leurs homologues de la Grande-Terre en particulier. Quelles peuvent être les solutions ?
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION