7RÉAGIR

DIAPORAMAS

Les Iles du Nord défigurées par Irma

franceantilles.fr 08.09.2017

Les images qui nous parviennent en témoignent : Saint-Martin et Saint-Barthélémy sont défigurées. Le cyclone Irma ne leur a laissé aucune chance. Sur le terrain, l'heure est à l'état des lieux.


7
VOS COMMENTAIRES
  • moranus - 09.09.2017
    Les damnés de la terre
    Jupiter s'acharne sur les Antilles, sur le site Noaa.gov après José une nouvelle perturbation a pris naissance aux larges du Cap Vert, l'Afrique nous poursuit.
    Nous sommes sur l'autoroute des cyclones et nous sommes là pour faire la circulation en entendant siffler le vent.
    Il y a dérèglement climatique inéluctable. Cependant il n'y a pas que cela. Par exemple le Bassin parisien était autrefois une zone tropicale et on a retrouvé des forêts entière sus la Manche entre la France et l'Angleterre.
    Il faut donc raisonner à l'échelle du temps jupitérien qui n'est pas du tout le même que le nôtre avec l'immédiateté et l'appât du gain.
    Tous ces événements nous ramènent à notre condition humaine qui sera toujours misérable.
    Il sera très difficile de maintenir l'ordre à Saint Martin à cause de certains drogués défavorablement connus de la police qui se retrouvent en manque et en cale sèche dans ces eaux boueuses. La loi martiale doit être instaurée à Saint Martin sans états d'âmes.
  • iMandarinGriot - 08.09.2017
    La réalité est cruel pour mes caribéens !
    L'empathie émotionnelle étant obligatoire, les messages de soutien, les déclarations d'aide de toute sorte sont devenus obligatoires. J'ai constaté qu'en cas de catastrophe, quand tout le monde gémissait à fendre l'âme, il fallait quelqu'un qui maintienne le navire à flot.
    Flashback : Un jeune voisin décède, toute la famille se donne en spectacle, un oncle arrive, appele son fils et moi. Il nous dit qu 'il nous charge, son fils d'aller à la mairie, puis au cimetière, moi d'aller chercher le père qui habite dans une autre commune, puis d'aller à Mare-Gaillard. A notre retour, il nous envoie à l'église, et pour le première fois j'apprends qu'il faut payer un enterrement. Il nou a dit quand tout le monde ne fait que pleurer, la vie continue, inexorable, et il faut un gardien du temple.
    Je vais être clair : je ne suis pas pour la Coopération caribéenne qui n'est qu'un grand mot, je ne suis pas pour une Fédération de ces îles qui n'est qu'une Fédération d'îles pauvres. Je vais être explicite : je parle la population lambda qui est très loin du train de vie de notre population lambda.
    Que celui qui croit qu'une Organisation Caraïbéenne, regroupant toutes ces îles, serait capable d'intervenir comme cela se passe actuellement ? Je vais être encore plus précis. Qui croit que les gesticulations de notre CR, CD seraient suivies d'effet sous le soutien logistique, technique, financière de l'Etat français ?
  • moranus - 09.09.2017
    Aimons nous vivants
    Comme je vous comprends! Pour généraliser et mieux vous expliciter, les familles se déchirent et se jalousent, seulement elle est friande veillées mortuaires, c'est même l'industrie la plus rentable en Guadeloupe.
    Parlez de solidarité caribéenne alors qu'à l'intérieur des familles c'est la jalousie et la méchanceté qui y règne c'est de la tartuferie.
  • perplexe - 09.09.2017
    En attendant, notre "État français" comme vous dites, est lui-même défaillant dans la gestion de crise de l'après Irma, si on le compare à son homologue néerlandais sur l'île de St Maarten.
    D'un côté l'anarchie et le chacun pour soi, devant des autorités lmpuissantes et manifestement pas préparées à une telle catastrophe. Des bandes de pilleurs qui terrorisent la population et qui sévissent y compris sous les yeux d'une ministre de la République. De l'autre, un couvre-feu drastique contrôlé par l'armée, avec d'importants renforts venus de Curaçao.
    La France qui se targue d'être la 2ème puissance maritime mondiale, a encore beaucoup à apprendre dans la gestion des crises dans ses territoires ultra-marins. La Tribune d'Olivier Frébourg du journal le Point, sur le site de cet hebdomadaire "Irma: Mistral perdant", est à cet égard, édifiante.
  • iMandarinGriot - 11.09.2017
    Hélas, hélas, hélas !
    Perplexe, je suis perplexe (jeu de mot trop facile ! ) car votre commentaire est exactement ce que je prône inlassablement : pas d'opinions, mais des faits vérifiables, constatables. Ce que vous avancez, nul ne peut les contester, surtout pas moi qui ne suis ni utopiste, ni idéologue, qui ne fonctionne qu'avec l'aide de la raison, la logique, les constats qui amènent des conclusions qui ne sont que les vérités du moment.
    Vous démontrez que la France ne tient pas la comparaison avec son homologue néerlandais car le pillage, le sentiment d'abandon sont effectivement à St-Martin. Le couvre-feu réussi, le pillage maîtrisé, la population prise en main est effectivement dans la partie hollandaise.
    Et pourtant, (et c'est le " d'autre part), je me vois contraint de mettre cet excellent commentaire " HS " ! Ne sursautez pas ! Vous me montrez avec brio les gros points faibles de l'Etat français mais hélas, triple hélas, vous ne me répondez pas. Vous utilisez mon commentaire comme prétexte pour dresser un inventaire de l'intervention française alors que le mien porte sur le silence assourdissant des frères de la Caraïbe, de leur totale absence de réactivité, de mes doutes énormes concernant leur capacité à nous porter secours, à faire constater que cette Coopération ne porte que sur les traditions, les arts, les musiques, les carnavals et les festivals, de mon opposition totale à cette farce qu'est cette Coopération Caraïbéenne !
  • moranus - 12.09.2017
    Adieu foulard, adieu madras
    Hélas, hélas c'est pour toujours.
  • saindou - 11.09.2017
    Maître de l'eau
    Le maître du temps n'est pas forcément le maître de l'eau.
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION