LOISIRS - SORTIR

CINÉMA - Coup de coeur pour I am not your negro

France-Antilles Guadeloupe 16.05.2017
Laurence BAPTISTE-SALOMON

0RÉAGIR

Coup de coeur pour I am not your negro
James Baldwin, écrivain noir américain, est le protagoniste du documentaire I am not your negro projeté ce soir au Rex. (Dan Budnick)

Le film du réalisateur haïtien Raoul Peck, documentaire qualifié de « saisissant » , « remarquable » et d'« ambitieux » par la critique, est à voir ce mardi soir, en version originale sous-titrée, au Rex.

Le réalisateur haïtien Raoul Peck. (DR)
« Je ne suis pas un nègre, je suis un homme. Mais vous pensez que je suis un nègre. Vous en avez besoin. Vous devez trouver pourquoi » , c'est l'une des phrases choc que James Baldwin prononce au cours du documentaire que lui consacre le réalisateur haïtien Raoul Peck, ainsi qu'à la lutte en faveur des droits civiques.

I am not your negro est à l'affiche, ce mardi soir, des séances Coups de cœur du Rex, en version originale sous-titrée. Ce n'est peut-être qu'une question de hasard mais sans doute pas anodin, ce film est sorti dans l'Hexagone le 10 mai, journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions.

James Baldwin est un écrivain noir américain, né à New York en 1924 et décédé en 1987 à Saint-Paul-de-Vence, dans le sud de la France. Un pays où à un moment de sa vie, il avait trouvé refuge. « Même si je trouve la mort en France, ça ne peut pas être pire que ce qui pourrait m'arriver si je restais dans mon pays » , a-t-il expliqué à propos de son départ des États-Unis, en 1948. Mais il retournera dans son pays à la fin de son périple pour participer à la lutte pour les droits civiques.
NOMINATION AUX OSCARS
« Le travail de Baldwin a influencé toute ma vie » , a reconnu Raoul Peck, qui a été nommé dans la catégorie du meilleur documentaire pour I am not your negro aux derniers oscars. Peck a été ministre de la Culture de Haïti de 1995 à 1997. Il avait déjà consacré un film au héros de l'indépendance du Congo belge Patrice Lumumba (2000) et s'était interessé à la dictature des Duvalier dans L'Homme sur les quais (1992). Il a eu accès à des documents personnels confiés par la famille de Baldwin, ce qui donne au film une dimension exceptionnelle. Tout est parti de Remember the house, un livre inachevé de l'auteur américain qu'il devait consacré à trois grands hommes, trois de ses amis, tous trois assassinés avant leurs 40 ans : Medgar Evers, Malcom X et Martin Luther King.

Le documentaire est riche d'archives où l'on voit et entend James Baldwin, la voix off dans la version originale est celle de l'acteur Samuel L. Jackson. Il relie les luttes sociales et raciales des années 1960 à celles d'aujourd'hui avec le mouvement « Black lives matter » . Baldwin « a une façon très précise de décrire les choses, d'une façon à la fois très poétique et très politique, souligne le réalisateur. Baldwin a inventé un langage, c'est ce que Toni Morrisson disait de lui. »
Mardi 16 mai, I am not your negro, séance Coups de coeur en VOST, cinéma Rex à Pointe-à-Pitre, à 19 heures. Prix : 8 euros.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION