LOISIRS - SORTIR

Esy Kennenga, chanteur « La musique est pour moi un véhicule de valeurs que je veux propager »

France-Antilles Guadeloupe 07.07.2018
Propos recueillis par Laurence BAPTISTE-SALOMON

0RÉAGIR

Esy Kennenga, chanteur « La musique est pour moi un véhicule de valeurs que je veux propager »
Le chanteur et guitariste E.sy développe un concept orginal : « les house gigs » (Dominique Chomereau-Lamotte)

Le chanteur martiniquais E.sy Kennenga propose au public guadeloupéen un nouveau concept de performance. Un « house gig » ou un concert comme à la maison, dimanche, au Moule. Sa voix, sa guitare, son énergie positive et bien plus encore...

Quel genre d'enfant étiez-vous ?
J'étais dans ma bulle, un peu rêveur. On m'appelait souvent « tête en l'air » . J'étais souvent dans mes pensées mais aussi très joyeux, je faisais beaucoup de blagues. J'étais déjà très positif, d'une manière innocente.
Cela a pu vous poser problème, ce côté rêveur ?
En effet. En plus, j'avais un an d'avance à l'école : j'étais souvent vu comme le petit pas sérieux qui fait des blagues, celui qui ne connaît pas la vie. Après des aléas de la vie ont entamé ma positivité de départ, cela a été tout un processus pour revivre tout cela, mais en conscience cette fois-ci.
C'est-à-dire ?
Ma mère, ma famille, nous avons traversé des épreuves mais nous avons aussi pris le parti de vivre dans les bonnes vibrations, dans l'amour. Toutes les valeurs que je défends, cela a commencé à être manifeste dans ma famille quand j'étais ado, (une période) très compliquée pour moi car on confond souvent rêveur et naïf ou positif et naïf.
Quel a été le rôle de la musique alors ?
Ma mère jouait de la guitare et je l'embêtais souvent. Elle m'en a offert une quand j'avais 4 ans. Très rapidement la guitare est devenue un exutoire. Dès que j'avais des émotions trop fortes, des choses qui me tracassaient, je la prenais pendant quelques heures.
La musique devenait pour moi un moyen d'expression et j'ai compris petit à petit que cela devenait un véhicule des valeurs que je voulais propager. J'étais assez sensible aux textes et aux vibrations des chansons des artistes que j'écoutais. Les gens sont mal-à-l'aise avec l'amour en général alors que je suis convaincu que tout individu sur terre a besoin et veut de l'amour dans sa vie, quelle que soit sa forme.
À quel moment le déclic se produit-il et que vous vous dites avoir trouvé votre voix et votre voie ?
Cela arrive beaucoup plus tard. Quand je faisais mes études, de plus en plus, je commençais à trouver du contenu dans les livres, dans les émissions qui parlaient de positivité et de vibrations, d'énergie. Petit à petit, cela m'a conforté dans ma façon de ressentir et de voir la vie et de le mettre dans ma musique.
À un moment, j'avais envie d'entendre plus de musique qui parle des choses qui m'intéressent, peu importent les thèmes mais avec un angle de vue positif, constructif, combatif, pas de victimisation, pas de plainte.
C'est un état d'esprit que j'ai et ma musique en est l'une des manifestations. Ce n'est pas du marketing.
Pourtant, certains pourraient vous en faire le reproche avec le marketting développé autour de « Solda lanmou » qui est aussi une marque de vêtements...
Être un « solda lanmou » , cela ne veut pas dire ne pas faire d'argent. J'aime bien cette phrase de Youssoupha dans une chanson qui dit : « le challenge est de rester authentique mais pas de rester pauvre » .
Il est vrai qu'un artiste ne vit plus de la vente d'un CD.
Ça ne suffit plus de faire une bonne chanson, de faire un bel album, d'avoir un beau clip, le monde a changé et être un artiste aussi. On ne m'appelle plus que pour chanter mais pour parler à des jeunes dans les écoles, pour être parrain d'événements caritatifs humanitaires, etc. Je me dis que c'est encore une façon pour moi de faire passer mon message.
Les « house gigs » sont-ils une nouvelle étape dans votre démarche ?
Plusieurs constats nous y ont mené. Je suis chanteur-musicien, c'est mon métier mais au final c'est ce que je fais le moins. Je fais des photos avec les gens, des interviews, des apparitions dans des lieux publics. Aussi, il y a la volonté des gens de vouloir échanger autour de mes titres, sur l'aspect philosophique, le développement personnel savoir ce qui m'a inspiré mais on n'a jamais le temps sur le lieu du spectacle. J'ai aussi un univers graphique car je dessine, je fais mes clips. On a eu envie de créer cet espace d'expression et d'échange avec le public.
Dimanche 8 juillet, « house gig » d'E.sy Kennenga de 16 à 22 heures dans une villa du Moule (lieu précisé lors de la réservation ou de l'achat). Tarif : 50 euros. Tickets en vente à France-Antilles (Moudong, Baie-Mahault), restaurant Archibon (Jarry, Baie-Mahault) et au salon Gossip cure (Grand-camp, Abymes). Informations et réservations : www.esykennenga.fr ; Tél. 06 96 79 20 71 (SMS et WhatsApp se seulement).
Le rendez-vous des « solda lanmou »
Après une première en Martinique le 23 juin, chez nous ce « house gig » a lieu dimanche au Moule.
Un « concert comme à la maison dans une villa » , dans un cadre intimiste. Un concert mais pas seulement.
Un échange est prévu sur le titre Pa pè sorti en 2010, l'un des plus grands succès d'E.sy Kennenga : « On verra la construction du son dans le fond et dans la forme puis on va créer une nouvelle chanson, faire un lyannaj de mots et d'idées » .
D'ailleurs l'idée pour l'artiste est, à l'issue de chaque saison de « house gigs » - appelés à se dérouler partout dans le monde, Bordeaux à la rentrée -, de sortir un album. « Il y aura aussi une exposition de mes oeuvres : des dessins et des photos en rapport avec le carnet de voyage » .
Et aussi une boutique éphémère qui ouvrira dès le samedi, aussi de 16 à 22 heures.
Bio Express
- A vécu jusqu'à 20 ans en Martinique (Fort-de-France et Lamentin)
- A fait une école d'infographie et de multimédia à Bordeaux
- 2008 : Diplôme de maître ingénieur
- Deux grands frères, père d'une fille de bientôt deux ans
- 1er album à l'âge de 16 ans avec son groupe One Day
- Influencé par le reggae dancehall et la « musique de chez nous »
- Dernier album : Carnet de voyage d'un solda lanmou.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION