UNE

VERBATIM

France-Antilles Guadeloupe 11.05.2015

2RÉAGIR

VERBATIM
Jacques Bangou
« Je ressens un profond sentiment de fierté. »
« Sur le sol que vous foulez, il y a eu de la sueur, du sang... »
« Ici, le pire a eu pour nom esclavage. »
Victorin Lurel
« Il est de rares instants dans la vie d'une communauté et dans celle d'un homme où on peut ressentir cette curieuse et forte impression d'être à la fois témoin et acteur d'un grand moment historique. »
« Ce site, désormais transformé en beauté, en temple dédié aux âmes de nos ancêtres. Elles scintillent toutes désormais dans le granit de la boite noire et nous exhortent au vivant, par le vif argent de la résille. Le Mémorial ACTe sera leur panthéon. »
« Sans sombrer dans une conception doloriste de la rédemption et de la réappropriation de soi et du tout-monde, cette remontée n'a pas le droit de chercher à « piétiner la fierté de l'ancien maître « , de céder au sentiment de violence et de haine. »
« Nous devons nous interdire de comparer les échelles de souffrances et la gravité des crimes et devons, tout au contraire, comme le proposait Frantz Fanon, tendre l'oreille lorsqu'on entend parler en mal du juif, car c'est de nous qu'il s'agit. »
« Toi, Guadeloupéen et Caribéen noir, tu as pardonné depuis longtemps ; continue à tendre la main malgré les réticences que tu peux sentir de l'autre bord. Toi, Guadeloupéen ou Caribéen blanc, tu es et restes le frère ou la soeur, oublie tes frayeurs. Viens et marchons ensemble, créons une nouvelle connivence. »
2
VOS COMMENTAIRES
  • zapotille - 12.05.2015
    Ca rappelle des discours afro-américains, c, cependant, rassurant de lire l'amour et non la haine.
  • mécréant - 11.05.2015
    Le MemorialACTe a dévoilé ses poètes !
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION