RéGIONS - MARIE-GALANTE

GRAND-BOURG - Un pont s'établit entre la Grande Galette et le Japon

France-Antilles Guadeloupe 11.03.2018
Huguette IBALOT

7RÉAGIR

Un pont s'établit entre la Grande Galette et le Japon
Une délégation est venue présenter aux Marie-Galantais les efforts consentis pour une meilleure intégration des Antillo-guyanais au Japon. (H. I.)

À l'invitation de l'association MGOM (Marie-Galante ouverte sur le monde), l'association Jimagine Japan a organisé, à la salle des fêtes, un forum destiné aux jeunes et aux socioprofessionnels de la formation à Marie-Galante, désireux de connaître les opportunités professionnelles au Japon. « Il est possible pour un jeune antillo-guyanais de réussir au Japon » , selon les organisateurs.

C'est dans le cadre d'un partenariat avec l'association « Jimagine Japan » que l'association MGOM (Marie-Galante ouverte sur le monde), représentée par Jérôme Thierry (directeur de la distillerie Bielle), a récemment organisé un séminaire d'échanges avec le Japon. Un forum destiné aux jeunes et aux socioprofessionnels de la formation à Marie-Galante ainsi qu'à toutes les personnes intéressées par l'ouverture sur ce pays asiatique. C'est à la salle des fêtes de Grand-Bourg que Jérôme Thierry avait convié les personnes résidant sur l'île. La délégation composée de cinq personnes a voulu délivrer un message fort : « Il est possible pour un jeune antillo-guyanais de réussir au Japon. » Au moment où les effets de la mondialisation sont perçus un peu partout dans le monde, la Grande Galette n'est donc pas en reste. La manifestation a débuté à la salle des fêtes par des ateliers avec les jeunes, âgés de 6 à 16 ans. Un programme d'une grande richesse : l'origami (pliage du papier), le dessin (la peinture à la gouache) et le chant et la musique (différents instruments).
Un film documentaire qui relate les échanges entre des Martiniquais et des Japonais a également été présenté au public. Des étudiants martiniquais y témoignent, à l'image de stagiaires en marketing chez Honki. Au cours de leur séjour au Japon, les Antillo-guyanais doivent présenter à leurs hôtes leur île afin de la faire connaître. Les images prouvent que les Japonais sont très intéressés par les Antilles, les nombreuses questions qu'ils ont posées sur la Martinique en sont la preuve.
L'ÎLE DOIT ÊTRE PRÉSENTE À L'INTERNATIONAL
Des échanges sont également organisés dans l'autre sens, du Japon vers la Martinique, par exemple. C'est ainsi que la pâtisserie japonaise a été expliquée aux lycéens martiniquais de Bellefontaine. Pour François Régina, qui a été le premier étudiant à intégrer l'université de langues étrangères au Japon et qui s'y est installé depuis 20 ans, la Martinique - tout comme la Guadeloupe ou Marie-Galante - doit être présente sur l'échiquier international. À cet égard, il a créé la maison de la Martinique au Japon, afin de permettre à tous les étudiants des Outre-mer de tenter l'aventure dans ce pays. D'autres initiatives existent comme celle de Katia Damocles qui aide les jeunes à s'intégrer dans la société nippone pour qu'ils n'aient pas à se débrouiller seuls, comme elle a dû le faire.
RÉACTIONS
Léopold Jupiter, délégué général de l'association Jimagine Japon qui assure la représentation de l'association en France et aux Antilles
« Le but de Jimagine Japan est d'accueillir, de placer en entreprise pendant 3 mois, d'héberger et d'accompagner des étudiants dans le cadre d'une période de formation en entreprise ou qui envisagent une insertion professionnelle au Japon. Une convention tripartite est alors signée ave l'entreprise qui accueille le jeune. La structure a la capacité d'en accueillir une vingtaine. Les étudiants sont accompagnés avant de partir, pour se préparer notamment sur le plan financier. Le fait de ne pas parler le japonais n'est pas un obstacle puisque le jeune peut s'exprimer en anglais. Toutefois, un module a été mis en place pour l'apprentissage du japonais. »
Déborah, étudiante en école de commerce
« Le Japon était mon rêve et Jimagine Japan en a fait une réalité »
Vijay Gangapersad, étudiante en mécanique
« Très bonne expérience personnelle qui m'a fait grandir! »
7
VOS COMMENTAIRES
  • iMandarinGriot - 11.03.2018
    Imiter le Japon ? (ter ! )
    Je le répète une fois de plus : le présent et l'avenir totalisent 95% chez moi. Est-ce excessif ? Absolument !
    J'avoue que j'étais estomaqué par ce que je venais de lire !
    Le titre de l'association est déjà un pied de nez superbe à toutes ces activités " kultuelles " destinées à enfermer ma population dans le Passé : Marie-Galante Ouverte au Monde (MGOM) !
    L'association Jimagine Japan, qui a organisé un forum destiné aux jeunes et aux socioprofessionnels, désireux de connaître les opportunités professionnelles au Japon, est de la même veine et fait encore plus fort. Dans ce département, où seuls les pays miséreux, dictatoriaux sont conseillés par mes élites, élus et autres leaders, ne voilà-t-il pas qu'une association ose, le mot n'est pas trop fort, de proposer le Japon, un des pays les plus riches, les plus modernes et où les ouvriers mettent un brassard au bras pour signaler qu'ils ont en grève car travaillant comme les non-grévistes !
    Enfin le but affiché sonne comme une provocation aux yeux de tous les passéistes qui sont la majorité dans mon Archipel : Un forum destiné aux jeunes et aux socioprofessionnels de la formation à Marie-Galante ainsi qu'à toutes les personnes intéressées par l'ouverture sur ce pays asiatique.
    Et je reproduis cette phrase pour conclure : Au moment où les effets de la mondialisation sont perçus un peu partout dans le monde, la Grande Galette n'est donc pas en reste.
  • moranus - 12.03.2018
    Abandon des enfants en Afrique
    Renseignez vous sur le web, vous serez surpris de voir le nombre d'enfants métis japonais abandonnés en Afrique !
  • rose - 13.03.2018
    Hors sujet. C'était des cadres Japonnais mariés, leur femme Japonaises restée au Japon et qui ne pouvaient pas garder leur braguette fermée . Beaucoup, de passage pour un certain temps au Cameroun, avaient peur des représailles de la mère Africaine abandonnaient l'Africaine et l'enfant métis. Certains tuaient l'enfant.
  • moranus - 14.03.2018
    Hors sujet
    Hors sujet, c'est vite dit. Vous affirmez que les cadres étaient tous mariés et qu'ils fabriquaient l'argent braguette. Vous baratinez ?
  • lenaif1 - 11.03.2018
    N IMPORTE QUOI
    le representant syndical des planteurs de cannes était triste de ne pas trouver à m/gte des coupeurs ce cannes à 80 -96 euros la journée sinon des etrangers qui ne payaient aucune cotisation voilà qu'on veut envoyer au pays du soleil levant des jeunes de la grande galette certes les profils sont peut être différents mais il faut une certaine logique et ne pas penser à la gloriole l'usine a un deficit structurel de 500 000 euros annuel plus l'aide de la region elle date des années 50 à la barde ils ont préféré acheté une nouvelle pour éviter les pannes à répétition et de la perte pour les planteurs faut il parler de l'abattoir deficit encore plus abyssal continuez les gars le pipole avant tout
  • saindou - 11.03.2018
    Fukushima
    On peut les envoyer à Fukushima, il y a de l'irradiation là bas, les japonais se barrent.
  • moranus - 14.03.2018
    retour forcé
    On force certains japonais à retourner dans les zones irradiés. Ce n'est pas hors sujet comme l'affirme Rose qui bientôt s'appellera Jaune.
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION